*** ci-dessous "Livres-mystiques".: un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011

*** ci-dessous "Livres-mystiques".:  un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011
50.000 pages, cliquer sur un ange pour accéder au site

jeudi 26 novembre 2015

Charles Baudelaire - Chant d'Automne



I

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts !
J'entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.

Tout l'hiver va rentrer dans mon être : colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon coeur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé.

J'écoute en frémissant chaque bûche qui tombe ;
L'échafaud qu'on bâtit n'a pas d'écho plus sourd.
Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
Sous les coups du bélier infatigable et lourd.

Il me semble, bercé par ce choc monotone,
Qu'on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
Pour qui ? - C'était hier l'été ; voici l'automne !
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.

II

J'aime de vos longs yeux la lumière verdâtre,
Douce beauté, mais tout aujourd'hui m'est amer,
Et rien, ni votre amour, ni le boudoir, ni l'âtre,
Ne me vaut le soleil rayonnant sur la mer.

Et pourtant aimez-moi, tendre coeur ! soyez mère,
Même pour un ingrat, même pour un méchant ;
Amante ou soeur, soyez la douceur éphémère
D'un glorieux automne ou d'un soleil couchant.

Courte tâche ! La tombe attend ; elle est avide !
Ah ! laissez-moi, mon front posé sur vos genoux,
Goûter, en regrettant l'été blanc et torride,
De l'arrière-saison le rayon jaune et doux !

Song of Autumn

I
Soon we shall plunge into the cold darkness; 
Farewell, vivid brightness of our short-lived summers! 
Already I hear the dismal sound of firewood 
Falling with a clatter on the courtyard pavements.

All winter will possess my being: wrath, 
Hate, horror, shivering, hard, forced labor, 
And, like the sun in his polar Hades, 
My heart will be no more than a frozen red block.

All atremble I listen to each falling log; 
The building of a scaffold has no duller sound. 
My spirit resembles the tower which crumbles 
Under the tireless blows of the battering ram.

It seems to me, lulled by these monotonous shocks, 
That somewhere they're nailing a coffin, in great haste. 
For whom? — Yesterday was summer; here is autumn 
That mysterious noise sounds like a departure.

II

I love the greenish light of your long eyes, 
Sweet beauty, but today all to me is bitter; 
Nothing, neither your love, your boudoir, nor your hearth 
Is worth as much as the sunlight on the sea.

Yet, love me, tender heart! be a mother, 
Even to an ingrate, even to a scapegrace; 
Mistress or sister, be the fleeting sweetness 
Of a gorgeous autumn or of a setting sun.

Short task! The tomb awaits; it is avid!
Ah! let me, with my head bowed on your knees,
Taste the sweet, yellow rays of the end of autumn,
While I mourn for the white, torrid summer!