*** ci-dessous "Livres-mystiques".: un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011

*** ci-dessous "Livres-mystiques".:  un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011
50.000 pages, cliquer sur un ange pour accéder au site

dimanche 26 décembre 2010

FIN DES DIX PRIERES de Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803)le Philosophe Inconnu

Auras-tu la force, ô mon âme, de contempler l'énormité de la dette que l'homme coupable a contractée envers la Divinité ? Mais, si tu as eu celle de te livrer au crime, tu peux bien en considérer toute l'horreur. Mesure donc par la pensée le champ du Seigneur ; rappelle toi que l'homme devait en être le cultivateur ; tâche de te faire une idée de l'immensité des fruits qui auraient dû s'y produire par tes soins ; songe que toutes les créatures qui sont sous le ciel attendaient de ta soigneuse culture leur subsistance et leur soutien ; songe que les champs du Seigneur attendaient de toi leur ornement et leur parure ; songe que le Seigneur lui-même attendait de ta vigilance et de ta fidélité, la gloire et la louange que devait lui attirer l'accomplissement de ses desseins ; songe que toutes ces choses devaient s'opérer par toi sans aucune interruption. Tu es tombé, tu as laissé l'ennemi prendre empire sur toi et corrompre tes voies. Dès l'instant, tu as rendu stérile la terre du Seigneur ; tu as plongé dans la disette tous les habitants de l'univers, et tu as plongé le coeur de Dieu dans la tristesse. Dès ce même instant, tu as comme tari la source de la sagesse et de la moisson dans ce bas monde ; et, depuis cette fatale époque, tu arrêtes chaque jour toutes les productions du Seigneur ; contemple à présent l'énormité de ta dette ; contemple l'impossibilité où tu es de l'acquitter, et frissonne jusque dans les derniers replis de ton être. Tu dois les fruits de chaque année, depuis le moment de ton infidélité ; tu dois la dîme de toutes les heures qui se sont écoulées depuis l'heure fatale ; tu dois tout ce que ces mêmes fruits et cette même dîme auraient rapporté dans les mains où tu aurais dû les déposer ; tu dois tous les fruits que tu empêcheras de croître jusqu'à la consommation des siècles. Quel est donc l'être qui aurait pu jamais t'acquitter envers la justice éternelle, envers cette justice dont les droits ne peuvent s'abolir et dont les plans ne peuvent manquer d'arriver à leur terme et à leur accomplissement? C'est ici, Dieu suprême, que se manifestent les torrents de ta miséricorde et l'abondance intarissable de tes éternels trésors : ici, ton coeur divin s'est ouvert sur ta malheureuse créature, et non seulement ses redevances ont été acquittées, mais elle s'est trouvée encore assez riche pour pouvoir venir au secours de l'indigent. Tu as dit à ton verbe de venir cultiver lui-même le champ de l'homme. Ce verbe sacré, dont l'âme est l'amour, est descendu vers ce champ frappé de stérilité. Il a consumé par le feu de sa parole toutes les plantes parasites et vénéneuses qui s'y étaient semées ; il y a semé en place le germe de l'arbre de vie ; il a ouvert les canaux des fontaines salutaires, et les eaux vives sont venues l'arroser ; il a rendu la force aux animaux de la terre, l'agilité aux oiseaux du ciel ; il a rendu la lumière aux flambeaux célestes, le son et la voix à tous les esprits qui habitent la sphère de l'homme ; et il a rendu à l'âme de l'homme cet amour dont il est lui-même la source et le foyer, et qui a dirigé son saint et admirable sacrifice. Oui, éternel Dieu de toute louange et de toute grâce, il n'y avait qu'un être puissant, comme ton fils divin, qui pût ainsi réparer nos désordres et nous acquitter envers ta justice. Il n'y avait que l'être créateur qui pût payer pour nous ce que nous avions entièrement dissipé, puisqu'il fallait pour cela qu'il se fît une nouvelle création. Puissances universelles, si vous vous sentez si disposées à chanter ses louanges, pour vous avoir rétablies dans vos droits, et pour vous avoir rendu votre activité, quelles actions de grâces ne lui dois-je donc pas, pour s'être lui même rendu caution de toutes mes dettes envers lui, envers vous, envers tous mes frères, et pour les avoir acquittées ? Il est dit de la femme pénitente, que parce qu'elle avait beaucoup aimé, on lui avait beaucoup pardonné. A l'homme on lui a tout remis, on a tout payé pour lui, non seulement avant qu'il ait commencé d'aimer, mais même lorsqu'il était plongé dans les horreurs de l'ingratitude et comme glacé par la dureté de son coeur.
0 hommes ! ô mes frères ! donnons-nous tout entiers maintenant à celui qui a commencé par nous pardonner tout. Chaque mouvement de notre Dieu doit être un mouvement universel, et qui se fasse sentir dans toutes les régions de tous les univers. Qu'à l'exemple de ce Dieu suprême, l'amour fasse un mouvement universel dans tout notre être, et embrasse à la fois toutes les facultés qui nous composent.

Amen.

FIN DES DIX PRIERES Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803) le Philosophe Inconnu.

vendredi 24 décembre 2010

IX / PRIERES DE LOUIS-CLAUDE de SAINT-MARTIN (1743-1803)


Seigneur, comment nous serait-il possible ici-bas de chanter les cantiques de la Cité sainte ? Est-ce du milieu des torrents de nos larmes que nous pouvons faire entendre les chants de la joie et de la jubilation ? Si j'ouvre la bouche pour en former les premiers sons, les sanglots m'oppressent et je ne puis laisser échapper que des soupirs et que les accents de la douleur ; et souvent même ces sanglots s'étouffent dans mon sein, ou bien nulle oreille charitable n'est près de moi pour les entendre et m'apporter du soulagement. Je me sens accabler par l'étendue et la longueur de mes souffrances, et le crime ne cesse de se présenter à moi, pour m'annoncer que dans un instant la mort va le suivre et glacer tout mon être par la froideur de ses poisons ; déjà elle s'est emparée de tous mes membres, et je touche au moment d'être délaissé comme le cadavre qui vient d'expirer, et que les serviteurs abandonnent à la putréfaction. Cependant, Seigneur, puisque tu es la source universelle de tout ce qui existe, tu es aussi la source de l'espérance ; et si ce rayon de feu ne s'est point encore éteint dans mon coeur, je tiens encore à toi, je suis encore lié à ta vie divine par cette immortelle espérance qui découle continuellement de ton trône. J'ose donc t'implorer du sein de mes abîmes ; j'ose appeller à mon secours ta main bienfaisante pour qu'elle daigne s'employer à ma guérison. Comment est-ce qu'elles s'opèrent les guérisons du Seigneur? C'est par la docile soumission aux sages conseils de ce médecin divin. Il faut que je prenne avec reconnaissance et avec un ardent désir, le breuvage amer que sa main me présente ; il faut que ma volonté concoure avec celle qui l'anime pour moi ; il faut que la longueur et les souffrances du traitement ne me fassent pas repousser le bien que veut me faire ce suprême auteur de tout bien ; il se pénètre du sentiment de mes douleurs, je n'ai autre chose à faire que de me pénétrer du sentiment de son charitable intérêt pour moi. C'est par là que la coupe du salut me sera profitable ; c'est alors que ma langue reprendra sa force, et que je chanterai les cantiques de la Cité sainte. Seigneur, quel sera mon premier cantique? Il sera tout entier à l'honneur et la gloire de celui qui m'aura rendu la santé et qui aura opéré ma délivrance. Je le chanterai ce cantique depuis le lever du soleil jusqu'à son coucher ; je le chanterai par toute la terre, non seulement pour célébrer la puissance et l'amour de mon libérateur, mais pour communiquer à toutes les âmes de désir et à toute la famille humaine, le moyen certain et efficace de recouvrer à jamais la santé et la vie. Je leur apprendrai que par là, l'esprit de sagesse et de vérité se reposera sur leur propre coeur, et les dirigera dans toutes leurs voies.

Amen.

dimanche 19 décembre 2010

Catéchismes et Rituels Coëns donnés par le T.:. Ill.:. M.:. Martinez de Pasqually.

Chap. D E S C R I P T I O N Page

I Catéchisme des Philosophes Elus Coëns de l'Univers PAGE 1

II Catéchisme des Maîtres Coëns 26

III Catéchisme des Grands Maîtres Coëns, surnommés Grands Architectes 46

IV Catéchisme des Grands Elus de Zorobabel, soi disants Chevaliers d'Orient 52

V Catéchisme des Commandeurs d'Orient apprentifs R.:+: 59

VI Catéchisme de Commandeur d'Orient apprentif Reaux Croix de l'Ordre de Josué 78

VII Explication Secrète du Catéchisme d'Apprentif, Compagnon et Maître Coën 87

VIIExtrait de ce qui est contenu dans les Grades de l'Ordre des Elus Coëns

Apprentif - - - - - - - - - - 146

Compagnon - - - - - - - - ----150

Maître - - - - - - - - - - - -154

Elu - - - - - - - - - - - - - 156

IX Réception d'Apprentif Coën ou Fort Marqué 161

X Réception de Compagnon Coën ou Double Fort Marqué 163

XI Réception de Maître Coën 166

XII Réception de Grand Architecte 170

XIII Réception de Chevalier d'Orient 179

XIV Réception de Compagnon D. 185

XV Prières et Travaux pour la Réconciliation générale de l'Homme de Désir avec son Etre Spirituel. 193

XVI Lro, du Maître Coën. 225

XVII De Circulo et ejus Compositiones 237

XVIII Devoirs d'un R:+: 255

XIX Correspondances 270

XX Correspondance des Planètes 286

XXI Instruction Secrète sur les différents Feux 292

XXII Des Caractères Hiéroglyphiques 297

XXIII Cérémonial Secret pour un Opérant 302

XXIV Conjuration pour molester les esprits du mal 326

XXV Détails de Plans d'Opérations

Opération d'Adam - - - - - - - - - - -341

Opération de Kaïn - - - - - - - - - - 344

Opération de Noë - - - - - - - - - - 347

Opération d'Abel - - - - - - - - - - 350


SOURCE :
http://kingsgarden.org/french/organisations.f/om.f/Martinez/ManuscritAlger/Contents.htm

Il s'agit des manuscrits du fonds Z, de la main de Saint-Martin. Tout ceci a été publié par Robert Amadou.
Dixit Serge Caillet.


La Lettre du Crocodile


















La Lettre du Crocodile a pris naissance comme supplément de la revue L’Esprit des Choses publiée par le CIREM, Centre International de Recherches et d’Etudes Martinistes. Très vite, La Lettre du Crocodile s’est affirmée comme une publication à part entière, dépassant largement le cadre fixé initialement et dépassant l’objet et les compétences du CIREM. La Lettre du Crocodile se doit en effet de pouvoir aborder tout sujet touchant de près ou de loin aux domaines de la Franc-maçonnerie, des mouvements religieux, des traditions initiatiques, des philosophies de l’éveil, des avant-gardes, de l’art… et de prendre le cas échéant position, si la situation l’exige.
En avril 1996, le CIREM a donc confié La Lettre du Crocodile a une association soeur, indépendante, le CIRER, Centre International de Recherches et d’Etudes Rabelaisiennes. Ceux qui se sont intéressés en profondeur à l’œuvre de Rabelais en auront reconnu plus particulièrement sa dimension philosophique et hermétiste, mais aussi son caractère libertaire et rebelle. Le choix de Rabelais est donc une indication de l’état d’esprit dans lequel nous travaillons.
La Lettre du Crocodile (et son supplément Le Crocodile en Intelligence) est diffusée principalement en Europe dans des loges maçonniques de toutes obédiences, dans des centres de recherches traditionnelles de courants divers, dans des centres d’art, des mouvements d’avant-gardes, des lieux de lecture.
L’abonnement annuel à La Lettre du Crocodile couvre l’année civile. Il est de 25 Euro pour quatre numéros en version papier. La version numérique (fichier Word-PC ou PDF) envoyée par internet est gratuite.


Bulletin d’abonnement 2011

Nom :………………………………………………………………………………………………………………..
Prénom : …………………………………………………………………………………………………………..
Ou
Raison sociale : ………………………………………………………………………………………………….
Adresse : …………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………….………………………………………………………………………………………………………………………..
Option papier O Option internet O
Adresse internet (très lisible) :
…………………………………………………………………………………..
Règlement par chèque au nom du CIRER.

CIRER
BP 08
58130 Guérigny
France

cirer@club-internet.fr

vendredi 17 décembre 2010

Martines à l’œuvre dans la Chose : l'Ordre des élus coëns



Martines à l’œuvre dans la Chose : l'Ordre des élus coëns
Par : Serge Caillet - Décembre 2010.

Au milieu du XVIIIe siècle un météore traverse les cieux de l'illuminisme français: Martines de Pasqually. Il reste un personnage énigmatique, son identité est incertaine, et de nombreuses légendes circulent encore à son sujet.
Ce qui est sûr c'est que la doctrine martinésiste a été transmise par Martines de Pasqually au sein de l'Ordre des chevaliers maçons élus coëns de l'univers, un ordre initiatique mystique. Son influence a perduré jusqu'à nos jours grâce à l'œuvre de deux de ses disciples, Louis Claude de Saint-Martin et Jean-Baptiste Willermoz.

Serge Caillet structure son exposé en quatre parties symboliques selon une ascension de dévoilements progressifs. En premier lieu, il aborde « le vêtement » ou forme temporelle, ensuite « le corps » ou véhicule temporel, puis « l'âme » ou le véhicule animique et enfin « l'esprit » ou la Chose.

Serge Caillet souligne tout d'abord l'indépendance de Martines vis-à-vis de la franc-maçonnerie française de son époque, franc-maçonnerie que Martines aurait aimé réformer ; et cette tentative de rectification, faute de s’être appliquée à la franc-maçonnerie, prendra forme en grades successifs au sein de l’Ordre des élus coëns.
Ce système est-il complet et cohérent ? Pouvons-nous le considérer comme un rite maçonnique? Quels sont ses grades? Quelle est la véritable fonction de ce vêtement extérieur?
En effet, soulever le voile maçonnique des coëns, nous fait approcher du corps de l'ordre coëns : quelles sont ses classes et les cérémonies qui le constituent? Quelle est la signification de ses rituels et l’importance de l’arithmosophie?
Ce corps avec ses formes sacramentelles théurgiques est un corps "animé". Le second voile se lève et Serge Caillet entre dans la troisième partie de son exposé : "l'âme de l'ordre coëns est un véhicule", nous dit-il. De quelle façon faut-il entendre le terme véhicule? Quels sont les dépôts qui sédimentent la tradition de cet ordre?

La quatrième et dernière partie est consacrée à l'esprit ou la Chose. Ultime voile: La Réintégration des Etres . Le grand œuvre de Martines de Pasqually ne se laisse pas réduire aux vêtements nécessaires à sa manifestation, ni à sa forme temporelle d'une école basée sur la prière et la vertu. L'ordre des élus coëns est avant tout une réalité spirituelle, où « la Gnose vient couronner la foi » nous dit Serge Caillet.

Quelle est la finalité ultime de la recherche des élus coëns? Quel fut dans cette recherche le rôle de Martines de Pasqually et que voulut-il offrir au monde?

Les différents voiles que le chemin des élus coëns invite à soulever est-il comparable à ce que Karl von Eckartshausen nomma « l’Eglise intérieure » dans son ouvrage la Nuée sur le Sanctuaire ?

Réponse de Serge Caillet dans cette conférence de 30mn prononcée lors du colloque du tricentenaire de Martines de Pasqually, organisé par l'Institut Eléazar et la revue Renaissance Traditionnelle, à Marseille, les 18 et 19 septembre 2010.

http://tricentenairedemartinesdepasqually.blogspot.com/2010/09/des-nouvelles-fraiches-du-colloque.html

Achat de cette vidéo chez BAGLIS. TV :
http://www.baglis.tv/franc-maconnerie-video/illuminisme/1567-chose-ordre-elus-coens.html

Quelques extraits sur DAILYMOTION :
1/

Les différents grades des élus coëns - Martines de Pasqually
envoyé par baglistv. - Plus de vidéos de blogueurs.

2/

« La Gnose vient couronner la foi » (Clément d’Alexandrie)
envoyé par baglistv. - Plus de vidéos de blogueurs.

lundi 13 décembre 2010

VIII / PRIERES DE LOUIS-CLAUDE de SAINT-MARTIN (1743-1803).


Unissons-nous, hommes de paix, hommes de désirs ; unissons-nous pour contempler dans un saint tremblement l'étendue des miséricordes de notre Dieu, et disons-lui en commun que toutes les pensées des hommes, tous leurs désirs les plus purs, toutes leurs actions les plus régulières, ne pourraient ensemble approcher du moindre acte de son amour. Comment pourrions-nous donc exprimer cet amour, lorsqu'il ne se borne point à des actes particuliers et d'un moment, mais qu'il développe à la fois tous ses trésors, et cela d'une manière constante, universelle et imperturbable. Oui, Dieu de vérité et de charité inépuisable, voilà comment tu en agis journellement avec l'homme ! Qui suis-je ? Un vil amas de dégoûtantes ordures qui ne répandent en moi et autour de moi que l'infection. Eh bien ! c'est au milieu de cette infection que ta main infatigable se plonge sans cesse, pour trier le peu qui reste encore en moi de ces éléments précieux et sacrés dont tu formas mon existence. Telle que cette femme soigneuse qui dans l'Evangile consume sa lumière, pour retrouver la drachme qu'elle a perdue, tu ne cesses de tenir tes lampes allumées, et tu te courbes continuellement jusqu'à terre, espérant toujours que tu vas retrouver dans la poussière cet or pur qui s'est échappé de tes mains. Hommes de paix, comment ne contemplerions-nous pas dans un saint tremblement l'étendue des miséricordes de notre Dieu ! Nous sommes mille fois plus coupables envers lui, que ces malfaiteurs, selon la justice humaine, qui sont conduits au travers des villes et dans les places publiques, couverts de tous les signes de l'infamie, et que l'on force de confesser hautement leurs crimes aux pieds des temples et de toutes les puissances qu'ils ont méprisées. Nous devrions comme eux, et avec mille fois plus de justice qu'eux, être traînés ignominieusement au pied de toutes les puissances de la nature et de l'esprit ; nous devrions être amenés comme des criminels devant toutes les régions de l'univers, tant visibles qu'invisibles, et recevoir en leur présence, les terribles et honteux châtiments que méritent avec justice nos effroyables prévarications ; mais au lieu d'y trouver des juges redoutables, armés de la vengeance, qu'y rencontrons-nous ? Un roi vénérable dont les yeux annoncent la clémence, et dont la bouche ne cesse de prononcer le pardon pour tous ceux qui seulement veulent bien ne point s'aveugler au point de ne se pas croire innocents. Loin de vouloir que nous portions plus longtemps les vêtements de l'opprobre, il ordonne à ses serviteurs de nous rendre notre première robe, de nous mettre un anneau au doigt et des souliers à nos pieds, et, pour le déterminer à nous combler de pareilles faveurs, il suffit que, comme de nouveaux enfants prodigues, nous reconnaissions ne pas pouvoir trouver dans la maison des étrangers le même bonheur que dans la maison de notre père. Hommes de paix, comment ne contemplerions-nous pas dans un saint tremblement l'étendue de l'amour et des miséricordes de notre Dieu ! Et comment ne formerions-nous pas une sainte résolution de rester à jamais fidèles à ses lois et aux bienfaisants conseils de sa sagesse ? Non, je ne peux aimer que toi, Dieu incompréhensible dans ton indulgence et dans ton amour ; je ne veux plus aimer que toi, puisque tu m'as tant pardonné ; je ne veux plus trouver d'autre lieu de repos que le sein et le coeur de mon Dieu. Il embrasse tout par sa puissance, et quelque mouvement que je fasse, je trouve partout un appui, un secours et des consolations, parce que sa source divine verse partout à la fois tous ces biens. Il s'élance lui-même dans le coeur de l'homme, il ne s'y élance pas une seule fois, mais constamment et par des actes réitérés. C'est par là qu'il engendre et multiplie en nous sa propre vie, parce qu'à chacun de ces actes divins, il établit en nous des rayons purs et extraits de sa propre essence, sur lesquels il aime à se reposer, et qui deviennent en nous les organes de ses générations éternelles. De ce foyer sacré, il envoie dans toutes les facultés de notre être de semblables émanations qui, à leur tour, répétant sans cesse leur action dans tout ce qui nous compose, multiplient ainsi continuellement notre activité spirituelle, nos vertus et nos lumières. Voilà pourquoi il est si utile de lui élever un temple dans notre coeur. O hommes de paix, ô hommes de désirs, unissons-nous pour contempler dans un saint tremblement l'étendue de l'amour, des miséricordes et des puissances de notre Dieu.

Amen

vendredi 10 décembre 2010

7 / PRIERES DE LOUIS-CLAUDE de SAINT-MARTIN (1743-1803).


Je viens me présenter aux portes du temple de mon Dieu, et je ne quitterai point cette humble place de l'indigent, que le père de ma vie ne m'ait distribué mon pain de chaque jour. Le voici qui s'avance, ce pain de chaque jour ; je l'ai reçu, je l'ai goûté, et je veux annoncer sa douceur aux races futures. L'éternel Dieu des êtres ; le titre sacré qu'il a pris pour se faire connaître aux nations visibles et invisibles ; celui qui s'est fait chair l'esprit de celui au nom de qui tout doit fléchir le genou au ciel, sur la terre et dans les enfers voilà les quatre éléments immortels qui composent ce pain de chaque jour. Il se multiplie sans cesse comme l'immensité des êtres qui s'en nourrissent, et à quelque terme que parvienne leur nombre, ils ne pourront jamais en diminuer l'abondance, ni se trouver dans la disette ; ce pain de chaque jour a développé en moi les germes éternels de ma vie, et les a mis à même de faire passer dans mon sang la sève sacrée de mes racines originelles et divines. Les quatre éléments qui le composent ont fait disparaître du chaos de mon coeur les ténèbres et la confusion ; ils y ont rétabli une vivante et sainte lumière, au lieu de la froide obscurité qui l'enveloppait ; leur force créatrice m'a transformé dans un nouvel être, et je suis devenu le dépositaire et l'administrateur de leurs saints caractères et de leurs signes vivifiants. Alors, pour manifester la gloire de celui qui a choisi l'homme comme son ange et son ministre, je me suis présenté à toutes les régions ; j'ai considéré et comme passé en revue tous les ouvrages de ses mains, et j'ai distribué sur chacun d'eux ces caractères qu'il avait imprimés sur moi pour les transmettre à toutes ses créatures, et pour leur confirmer les propriétés et la puissance du nom qu'elles avaient reçues. Je n'ai point borné mon ministère à agir ainsi sur les ouvrages réguliers de l'éternelle sagesse ; je me suis approché de tout ce qui était difforme, et j'ai laissé tomber sur ces fruits du désordre les signes de justice et de vengeance attachés aux secrets pouvoirs de mon élection. Ceux de ces fruits que j'ai pu arracher à la corruption, je les ai offerts en holocauste au Dieu suprême, et j'ai composé mes parfums des pures louanges de mon esprit et de mon coeur, afin que tout ce qui respire reconnaisse qu'à ce seul Dieu suprême sont dus tous les hommages, toute la gloire et tous les honneurs, comme étant l’ unique source de toute puissance et de toute justice ; et je lui ai dit dans les transports de mon amour: Heureux l'homme, puisque tu as bien voulu le choisir pour en faire le siège de ton autorité, et le ministre de ta gloire dans l'univers ! Heureux l'homme, puisque tu as permis qu'il sentît jusque dans les profondeurs de ton essence, la pénétrante activité de ta vie divine ! Heureux l'homme, puisque tu as permis qu'il osât t'offrir un sacrifice de reconnaissance puisé dans le sentiment ineffable de toutes les vertus de ta sainte universalité.

Il ne vous a pas traitées ainsi, puissances terrestres, puissances de l'univers : il vous a rendues les simples agents de ses lois et les forces opérantes de l'accomplissement de ses desseins ; aussi n'y a-t-il pas un être dans la nature, n'y a-t-il pas un être parmi vous qui ne le seconde dans son oeuvre, et qui ne coopère à l'exécution de ses plans. Mais il ne s'est point fait connaître à vous comme le Dieu de paix et comme le Dieu d'amour ; et, lors même qu'il vous donna l'existence, vous étiez encore agitées par les suites de la rébellion, puisqu'il recommanda à l'homme de vous soumettre et de vous dominer. Bien moins encore, puissances perverses et corrompues, vous a-t-il traitées avec les mêmes faveurs dont il lui a plu de combler l'homme. Vous n'avez pas su conserver celles qu'il vous accorda par votre origine ; vous avez eu l'imprudence de croire qu'il pouvait y avoir pour vous un plus beau sort, un privilège plus glorieux, que d'être l'objet de sa tendresse, et dès lors vous n'avez plus mérité que d'être l'objet de sa vengeance. C'est l'homme seul à qui il confie les trésors de sa sagesse ; c'est dans cet être, selon son coeur, qu'il a mis toute son affection et tous ses pouvoirs. Il lui a dit en le formant : « Répands sur tout l'univers l'ordre et l'harmonie dont je t'ai permis de puiser les principes dans ma propre source ; il ne peut me connaître que par la régularité de mes oeuvres et la fixité de mes lois ; il ne peut être initié dans les mystères de mon sanctuaire ; il n'a en lui que la mesure de mes puissances, c'est à toi de les exercer dans tous ses domaines, puisque c'est par les actes seuls de mes puissances qu'il peut savoir qu'il y a un Dieu. Pour mes ennemis, lance sur eux tous les traits de ma colère, ils sont encore plus loin de moi que les puissances de la nature, et la sainteté de ma gloire ne me permet plus de me manifester à eux que par le poids de ma justice. Toi seul, homme, toi seul réuniras désormais aux dons de mes puissances et de ma justice, celui de pouvoir sentir les vivantes délices de mon amour, et de les faire partager à ceux qui s'en rendront dignes. C'est pour cela que je t'ai formé seul à mon image et à ma ressemblance ; car l'être qui n'aime point, ne pourrait pas être mon image. C'est de ce trône sacré où je t'ai placé, comme un second Dieu, que je verrai se répandre sur tout ce qui est sorti de mes mains, les divers attributs de mon être, et tu me seras cher au-dessus de toutes mes productions, puisque si je t'ai choisi pour être mon organe universel, il n'y aura plus rien de moi qui ne soit connu. »

Souverain auteur de mon esprit, de mon âme et de mon coeur, sois béni à jamais dans toutes les régions et dans tous les siècles, pour avoir permis que l'homme, cette ingrate et criminelle créature, put recouvrer des vérités aussi sublimes. Il s'en était rendu indigne par son crime ; et, si le souvenir de ton antique et sainte alliance n'eût engagé ton amour à les lui rendre, elles seraient demeurées éternellement perdues pour lui. Louanges et bénédictions à celui qui avait formé l'homme à son image et à sa ressemblance, et qui, malgré tous les efforts et les triomphes des enfers, a su le réhabiliter dans sa splendeur, dans la sagesse et dans les félicités de son origine.

Amen.

mercredi 1 décembre 2010

journal La Vérité, journal du spiritisme


Vous trouverez sur cette page

http://www.boutin-jl.net/smlyon/journal-verite



l'ensemble des articles que le journal La Vérité, journal du spiritisme a
publié sur l'abbé Fournié et sur Saint-Martin en 1863 et 1865.

Dans la série des Précurseurs du spiritisme, vous trouverez également Madame Guyon et le quiétisme, Dupont de Nemours

"Martines à l’œuvre dans la chose : l'Ordre des élus coëns"


Chers amis

Nous nous apprêtons à mettre ce vendredi la vidéo de Serge Caillet :

"Martines à l’œuvre dans la chose : l'Ordre des élus coëns"


Filmée à Marseille en septembre dernier, celle-ci inaugurera les suivantes qui seront mise en ligne tous les quinze jours en moyenne.

Merci, si vous le souhaitez / pouvez, de relayer cette information auprès de vos amis, vendredi, lorsque la vidéo paraitra.

Le film sera disponible en intégralité sur le site

http://www.baglis.tv

lundi 29 novembre 2010

La Librairie Ritman d'Amsterdam, ou Bibliotheca Philosophica Hermetica, est menacée de pillage par la Finance Internationale & les Banques…


La Librairie Ritman d'Amsterdam, ou Bibliotheca Philosophica Hermetica, est menacée de pillage par la Finance Internationale & les Banques…

http://www.ritmanlibrary.nl

Dans les années 90, la Librairie fut en danger et la Banque ING la racheta bien que le gouvernement Hollandais entra dans le capitale à hauteur de 40 %.

Le changement de gouvernement & la crise actuelle menace de nouveau cette Bibliothèque incomparable.

La semaine dernière, un manuscrit médiéval des collections de la Bibliothèque, sur le Graal, de Rochefoucauld, fut mis en vente chez Sotheby's.

La Banque Friesland tente de vendre 60 % du fond et veut licencier le personnel.

La Librairie est actuellement fermée, et un démantèlement est en cour.

Une pétition a été mise en ligne afin de sauver la Bibliotheca Philosophica Hermetica.


http://www.ipetitions.com/petition/ritmanlibrary

Voir l'article :
http://heterodoxology.wordpress.com/2010/11/24/save-the-bibliotheca-philosophica-hermetica

Que tous les Hermétistes, Rose Croix, Franc-Mac ect… se mobilise contre ce nouveau scandale…

In LVX

Fred MacParthy


-----------------------

This morning we received the following communication on behalf of Professor Wouter Hanegraaff, Professor of History of Hermetic Philosophy and related currents, University of Amsterdam.
Everyone in our field should know of the vital importance the Bibliotheca Philosophica Hermetica has played in the collection, conservation, and dissemination of esoteric literature, much of it in rare and first editions from the fifteenth century to the present. Its helpful and highly qualified staff, publications, exhibitions, and open-bay collections have fostered scholarship to an unprecedented extent in Europe and more widely in the international community since 1957.
The collection is now in danger of sale and disposal.
Prof. Wouter Hanegraaff, Chair of the History of Hermetic Philosophy at the University Amsterdam, would welcome all expressions of support for the maintenance of this unique and irreplaceable resource for our studies. Please write to him expressing your support for the BPH.
Unfortunately I have news that will come as a great shock to everybody involved in hermetic studies and related fields. It is widely known that the Bibliotheca Philosophica Hermetica in Amsterdam, founded by J.R. Ritman, was in great danger in the 1990s, when the ING bank took possession of the collection and threatened to sell it. Fortunately, the Dutch government intervened: the BPH was put on the list of protected Dutch heritage, and the state eventually acquired over 40% of it. The books remained at the same physical location, integrated with the rest of the collection, and the government would eventually acquire all of it. As part of this process, there were great plans for further expansion. All of this was taking some time, partly due to the financial crisis and a change of government, but nobody doubted that the library was safe.
Last week this turned out to be incorrect. An extremely valuable medieval manuscript owned by the BPH (The Grail of Rochefoucauld) was put on sale at Sotheby’s, and this triggered a reaction from the Friesland Bank, which took possession of the library, that had apparently been brought in as collateral, in order to get back a 15 million loan from mr Ritman. At present the BPH is closed, and intense negotiations are going on behind closed doors. It is impossible at this moment to predict the outcome, but there is no doubt that the situation is extremely serious. There is a very real possibility that the Friesland bank will try to sell at least the 60% of the library that is still owned by mr Ritman, and nobody knows what implications this will have for the rest of the collection and the BPH as a whole, including its staff. The Netherlands have a brandnew right-wing government that has announced a program of radical financial cuts in the culture section and elsewhere, which makes a renewed intervention from that side highly unlikely.
The story is just beginning to be picked up by the Dutch media but doesn’t yet seem to have spread abroad. If the Ritman library would go down, this would mean an enormous blow to international scholarship in hermetic studies. The damage would be irreversible. It is important to raise awareness about what is going on, so feel free to circulate this document to anybody of your acquaintance who is involved in the study of hermeticism and related domains. To express your concern by means of a letter, email Wouter J. Hanegraaff (Professor of History of Hermetic Philosophy and related currents, University of Amsterdam):
w.j.hanegraaff@uva.nl

Link to Ritman Library website:

http://www.ritmanlibrary.nl

mercredi 24 novembre 2010

Les élus coëns et le régime écossais rectifié


Parmi plusieurs ouvrages récents – sur lesquels nous reviendrons - consacrés au rite écossais rectifié, Les élus coëns et le Régime Ecossais Rectifié. De l’influence de la doctrine de Martinès de Pasqually sur Jean-Baptiste Willermoz, sous la signature de Jean-Marc Vivenza (Grenoble, Le Mercure Dauphinois, 2010) apporte une réponse définitive à la question récurrente des sources coëns du rite écossais rectifié. Car l’affaire est entendue pour qui a des oreilles pour entendre et des yeux pour lire les rituels et les instructions de ce régime singulier dont l’élu coën lyonnais Jean-Baptiste Willermoz a été l’artisan (convent de Lyon, 1778, convent de Wilhelmsbad, 1782), après avoir suivi, de 1766 à 1774, les leçons de Martines de Pasqually, au sein de l’Ordre des chevaliers maçons élus coëns de l’univers. Car Willermoz a voulu préserver dans le régime qu’il a forgé l’essentiel du dépôt de la doctrine de la réintégration..
Pour lire la suite de ce petit compte rendu, rendez-vous sur :

http://institut-eleazar.blogspot.com
Serge Caillet
sergecaillet@gmail.com

mardi 16 novembre 2010

LOUER OU ACHETER Le VOYAGE ALCHIMIQUE


Ce coffret rassemble les 7 DVD du Voyage Alchimique.
Il contient aussi le livret Carnet de Voyage.
Ce coffret constitue ainsi la somme de cette aventure qui commença sur le Grand’Place de Bruxelles le 27 décembre 2004 pour se terminer six ans plus tard, en décembre 2010. Que de chemin parcouru !
Ce Carnet de Voyage, inclus dans le coffret, comporte 128 pages et plus de 150 illustrations. Il est destiné à accompagner les DVD. Patrick Burensteinas et Georges Combe y racontent comment s’est concrétisée cette idée du Voyage Alchimique. Ils livrent aussi des développements sur l’alchimie, son histoire, ses symboles, ses rapports avec la science et les arts, qui auraient été trop longs pour trouver place dans le cours des films. Enfin, Patrick Burensteinas explicite le symbolisme des divers animaux que nous avons rencontrés au fil de nos étapes. Ils constituent un véritable bestiaire alchimique.
Tous les dvd sont bilingues, français/anglais, au format 16/9 et pressés au standard PAL avec un son stéréophonique.
De nombreuses personnes ont déjà acquis les dvd du Voyage alchimique, au fur et à mesure de leur parution. Si elles le désirent, elles pourront se procurer séparément le coffret (sans les DVD) et le livret Carnet de Voyage (prix 14 euros TTC).


---------------

BANDE ANNONCE :
http://www.filmsdocumentaires.com/films/388-le-voyage-alchimique-1/trailer

----------------

Etape 1 : BRUXELLES,
La Grand'Place. Sur les façades richement décorées de la Grand'place, les Alchimistes ont laissé des messages énigmatiques. Patrick Burensteinas les déchiffre pour nous : les trois phases du grand œuvre, les trois Principes et enfin le but de l'Alchimie : il est à la fois matériel et spirituel. Cette Place, est le point de départ de notre voyage alchimique...
voir résumé sur :
http://www.filmsdocumentaires.com/films/388-le-voyage-alchimique-1

Sur les chemins de la Pierre philosophale.
Etape 2 : CHARTRES.

Lors de cette deuxième étape, nous accompagnons Patrick Burensteinas dans le parcours que lui inspire la Cathédrale de Chartres : l'architecture, les Vierges noires, les vitraux, le labyrinthe, la crypte et son puits celtique nous aident à percevoir la philosophie de l'Alchimie. La cathédrale est une porte qui s'ouvre sur les dimensions subtiles et spirituelles qui permettent de ressentir le sens de la quête des Alchimistes.
voir résumé sur :
http://www.filmsdocumentaires.com/films/389-pierre-philosophale

Etape 3 : Le Mont Saint-Michel.
Le Mont Saint-Michel nous invite à voir au-delà des apparences. Sa situation, sa structure et son histoire attirent les mythes et les légendes. C'est aussi une frontière. Si nous la traversons, nous entrons dans une autre "réalité", une réalité mouvante, à l'image des sables qui l'entourent...
Aussi découvrirons-nous la fameuse langue secrète des alchimistes, la "langue des oiseaux". Cette étrange visite transformera notre perception du monde. Nous serons prêts, désormais, à goûter l'essence même de la Nature, cette Nature sur laquelle et avec laquelle travaille l'alchimiste...
voir résumé sur :
http://www.filmsdocumentaires.com/films/413-alchimie

Etape 4 : Rocamadour.
La quatrième étape de notre Voyage Alchimique nous entraîne dans les profondeurs de la vallée de Rocamadour où nous allons peu à peu ressentir la présence mystérieuse et subtile des "élémentaux", c'est-à-dire les "esprits" des éléments. Ce dialogue de l'alchimiste avec les forces naturelles que nous découvrons ne se fait pas avec le "mental" et le conscient. Il fait appel aux archétypes et à l'imaginaire universel. Toutes les mythologies ont mentionné ces "esprits" de la nature et l'alchimie s'inscrit dans cette pensée aussi ancienne que le monde.
voir résumé sur :
http://www.filmsdocumentaires.com/films/423-les-alchimistes

Etape 5 : Saint-Jacques de Compostelle
L'alchimie donne un sens particulier au pélerinage de Saint-Jacques de Compostelle. Faire le chemin, c'est se dépouiller. Ce que fait l'alchimiste qui doit à la fois purifier sa matière et sa pensée. Arrivé à Compostelle, il découvre que ce n'est pas le véritable but de son voyage, mais la côte de la Galice, la "côte de la mort". Là, il comprend ce qu'est la matière première, la base du Grand Oeuvre. C'est le début d'un nouveau voyage...
voir résumé sur :
http://www.filmsdocumentaires.com/films/446-alchimistes

Etape 6 : Paris et Nicolas Flamel
Nicolas Flamel et les techniques de l'alchimie. L'alchimiste revoit la cathédrale de Chartres, mais avec d'autres yeux. Il peut y lire des indications techniques. A Paris, l'exemple de Nicolas Flamel, qui était aussi allé à Compostelle, lui donne d'autres clefs, qu'il vérifie au laboratoire. Les décorations de certaines églises les complètent. Si les alchimistes ont pu glisser des messages techniques dans les images pieuses, ne serait-ce pas qu'alchimie et religions participent d'une même connaissance ?
voir résumé sur :
http://www.filmsdocumentaires.com/films/579-nicolas-flamel

Etape 7 : Notre-Dame de Paris
Comment réaliser la Pierre Philosophale ?

Le message alchimique le plus complet est inscrit au coeur de Paris, sur Notre-Dame. Sous une apparence religieuse, les médaillons du porche central, montrent toutes les phases de l'Oeuvre. Depuis longtemps, les alchimistes avaient remarqué cette double signification. Notre voyage se termine donc par la lecture de ces médaillons et leur illustration au laboratoire. On perçoit ainsi le sens ultime de la recherche des alchimistes.
voir résumé sur :
http://www.filmsdocumentaires.com/films/775-notre-dame-de-paris

Un film de Georges Combe

Ce film est en français, mais il est également disponible en version anglaise.
This film is in French, but it is also available in English.

vendredi 5 novembre 2010

compte rendu du dernier numéro de la revue Historia occultae :


sur le blog de Serge Caillet

http://sergecaillet.blogspot.com

Ce numéro contient notamment un long entretien avec Serge Caillet où il est beaucoup question de Robert Amadou et du martinisme.

dimanche 24 octobre 2010

6 / PRIERES DE LOUIS-CLAUDE de SAINT-MARTIN (1743-1803


Écoute, mon âme, écoute, et console-toi dans ta détresse :

Il y a un Dieu puissant qui veut se charger du soin de guérir toutes les plaies.
Il est le seul, oui, il est le seul qui ait ce suprême pouvoir, et il ne l'exerce qu'envers ceux qui l'en reconnaissent comme le possesseur et comme le jaloux administrateur. Ne va point à lui sous un déguisement comme la femme de Jéroboam, que le prophète Akia accabla de reproches ; vas-y plutôt avec l'humilité et la confiance que doit te donner le sentiment de tes effroyables maux, et de l'universelle puissance de celui qui ne veut point la mort du pécheur, puisque c'est lui qui a créé les âmes. Laisse au temps accomplir sa loi sur toi, dans tout ce qui tient au temps ; n'accélère point son oeuvre par tes désordres ; ne la retarde point par tes désirs faux et tes vaines spéculations qui sont le partage de l'insensé. Mais uniquement occupé de ta guérison intérieure et de ta délivrance spirituelle, rassemble soigneusement le peu de forces que chaque degré du temps développe en toi ; sers toi de ces secrets mouvements de la vie, pour te rapprocher chaque jour de plus en plus de celui qui voudrait déjà te posséder dans son sein, et te faire partager avec lui, la douce liberté d'un être qui jouit pleinement de l'usage de toutes ses facultés, sans jamais connaître aucun obstacle. Dans les moments où ces heureux élans s'empareront de toi, soulève-toi sur ton lit de douleurs, et dis à ce Dieu de miséricorde et de toute-puissance Jusqu'à quand, Seigneur, laisserez-vous languir dans l'esclavage et dans l'opprobre, cette antique image de vous-même que les siècles ont pu ensevelir sous leurs décombres, mais qu'ils n'ont jamais pu effacer ? Elle a osé vous méconnaître dans ces temps où elle habitait dans la splendeur de votre gloire ; et vous, vous n'avez eu autre chose à faire, que de fermer sur elle l'oeil de votre éternité, et dès l'instant elle s'est trouvée plongée dans les ténèbres, comme dans un abîme. Depuis cette lamentable chute, elle est devenue journellement la risée de tous ses ennemis ; ils ne se contentent pas de la couvrir de leurs dérisions ; ils l'infestent de leurs venins ; ils la chargent de chaînes, pour qu'elle ne puisse pas se défendre, et pour qu'ils aient plus de facilité à diriger sur elle leurs flèches empoisonnées. Seigneur, Seigneur, cette longue et humiliante épreuve n'est elle pas suffisante, pour que l'homme reconnaisse ta justice et rend hommage à ta puissance ? Cet amas infect des dédains et des mépris de son ennemi, n'a-t-il pas séjourné assez longtemps sur cette image de toi-même pour lui dessiller les yeux, et la convaincre de ses illusions ? Ne crains-tu pas qu'à la fin ces substances corrosives n'effacent entièrement son empreinte, et la rendent absolument méconnaissable ? Les ennemis de ta lumière et de ta sagesse ne manqueraient pas de confondre cette longue chaîne de mes opprobres avec ton éternité même ; ils croiraient que leur règne d'horreur et de désordre est la seule et réelle demeure de la vérité ; ils croiraient l'avoir emporté sur toi et s'être emparé de ton royaume. Ne permets donc pas, ô Dieu de zèle et de jalousie, que ton image soit profanée plus longtemps. Ta propre gloire me touche encore plus que mon propre bonheur qui ne serait pas fondé sur ta propre gloire. Lève-toi de ton trône immortel, de ce trône où repose ta sagesse, et qui est tout resplendissant des merveilles de ta puissance ; entre un instant dans la vigne sainte que tu as plantée de toute éternité ; prends un seul grain de ce raisin vivifiant qu'elle ne cesse de produire ; presse-le de ta main divine, et fais couler sur mes lèvres le jus sacré et régénérateur qui seul peut réparer mes forces ; il humectera ma langue desséchée ; il descendra jusque dans mon coeur ; il y portera la joie avec la vie ; il pénétrera tous mes membres ; il les rendra sains et robustes, et je paraîtrai vif, agile et vigoureux, comme je l'étais le premier jour que je sortis de tes mains. C'est alors que tes ennemis, déçus dans leurs espérances, rougiront de honte, et frissonneront de frayeur et de rage, de voir que leurs efforts contre toi auront été vains, et que ma sublime destinée aura atteint son accomplissement, malgré leurs audacieuses et opiniâtres entreprises.

Ecoute donc, ô mon âme, écoute et console-toi dans ta détresse :

Il y a un Dieu puissant qui veut se charger du soin de guérir toutes les plaies.

mardi 19 octobre 2010

Trois nouveaux manuscrits du Traité sur la réintégration des êtres viennent d'être découverts


















Trois nouveaux manuscrits du Traité sur la réintégration des êtres viennent d'être découverts, consultez (pour les amateurs) en cliquant sur le lien suivant :

http://www.philosophe-inconnu.com/Maitres/traites_mp4.htm

samedi 16 octobre 2010

Introduction au symbolisme chrétien


Etat des lieux

Le symbolisme chrétien a connu son âge d’or au temps des cathédrales, c’est-à-dire au Moyen Age, il a évolué mais est resté vivant à la Renaissance et il a connu un certain déclin à partir des Temps Modernes.

Aujourd’hui, il est plutôt l’affaire de spécialistes et si les générations d’avant la seconde guerre mondiale ont encore eu des notions de symbolisme, ces notions s’effacent comme dessins sur le sable au niveau des nouvelles générations.

Comment en est-on arrivé là ?

La déchristianisation progressive de notre société y est pour beaucoup, certes, mais le fait que les fidèles n’ont plus trouvé au sein du clergé les guides qui pouvaient leur donner les clefs du symbolisme chrétien n’y est certainement pas non plus étranger.

Au cours des dernières décennies, l’Eglise s’est de plus en plus contentée de répondre aux questions des fidèles par des dogmes et des encycliques, c'est-à-dire de simples affirmations, sur base du principe qu’il est plus important de croire que de comprendre. C’est sans doute satisfaisant pour le gros des fidèles, mais de tous temps il a existé des croyants qui souhaitaient croire ET comprendre, l’un n’excluant pas l’autre.

Mais, direz-vous, pourquoi donc faut-il un guide qui donne des clefs ? Un dictionnaire des symboles ne suffit-il pas ?

En fait, pour être décrypté, un symbole doit rester, ou être replacé, dans le contexte qui peut l’éclairer. Sorti de son contexte, le symbole ne parle plus à l’âme de celui qui essaie de le comprendre. Et tout le problème est là, car le symbole chrétien parle à l’âme et non à la raison ou à l’intellect.

Un adage hermétique dit : « Tout est symbole ». C’est sans doute vrai, encore faut-il interpréter le symbole dans son domaine d’action.
Objectif du site

-----------------

Organisation du site

Les Personnes admirables

Sainte Aline

Sainte Dymphne

Sainte Gudule

Saint Guidon

Marie-la-Misérable

Marie Madeleine

Les Lieux à visiter

Notre-Dame d'Avioth (Lorraine)

Saints Pierre et Guidon, Anderlecht

Chimay et l'Abbaye de Scourmont

Mons et Sainte Waudru

Saint Hermès à Renaix

Saint-Maximin et Marie Madeleine (Var)

Autres Lieux à admirer

Les Idées

Martines de Pasqually

Jean-Baptiste Willermoz

Louis-Claude de Saint-Martin

l'Initiation chrétienne

Messe et Alchimie

Miroir, dis moi ...

Les Symboles

Symbolisme chrétien

Arobase

http://mirandum.wifeo.com/symbolisme-chretien.php

lundi 30 août 2010

Les élus coëns et le Régime Écossais Rectifié


Les élus coëns et le Régime Écossais Rectifié

Publié le 25 août 2010 par Jean-Marc Vivenza

A paraître en septembre 2010

De l’influence de la doctrine de Martinès de Pasqually

sur Jean-Baptiste Willermoz

par Jean-Marc Vivenza

L’évidente présence des sources provenant de l’Ordre des Élus Coëns au sein du Régime Écossais Rectifié est l’un des points les plus intéressants qui soient, nous faisant découvrir l’origine véritable du système initiatique fondé par Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824), qui joua un rôle fondamental au sein de la franc-maçonnerie au XVIIIe siècle.

Pourtant deux attitudes erronées se rencontrent de manière régulière à propos de cette question des sources willermoziennes : l’une consistant à considérer le Régime Écossais Rectifié comme une simple reproduction, bien que privée de sa partie théurgique, de l’Ordre des Chevaliers Maçons Élus Coëns de l’Univers, l’autre visant à ne reconnaître aucun lien ni rapport entre le système de Willermoz et les enseignements dispensés par Martinès de Pasqually.

Il convenait donc de rappeler combien ces deux conceptions sont inexactes, dans la mesure où le Régime Écossais Rectifié, s’il est aujourd’hui entièrement redevable aux bases symboliques et théoriques de la doctrine de la Réintégration – qui échappèrent par miracle à la corruption du temps – a néanmoins «opéré» une christianisation importante de cette doctrine aboutissant à un Rite maçonnique original, à la fois dépositaire du trésor spirituel des élus coëns, mais également libéré de ses méthodes en raison de son insistance sur ce que signifie, comme radical bouleversement, le passage de l’Ancienne à la Nouvelle Alliance.

On comprend ainsi, aisément, pourquoi il était utile que soit enfin proposée une analyse sérieuse sur ce sujet, capable de répondre véritablement aux diverses réflexions qu’elle fait surgir, nous faisant découvrir qu’il y a bien un secret partagé entre le Régime Écossais Rectifié et les disciples de Martinès de Pasqually, puisque l’objectif fixé par Willermoz à son Ordre « est d’atteindre, à sa manière, le but fixé à l’Ordre des Élus Coëns ».

- Editions Le Mercure Dauphinois - 370 p. SOMMAIRE

Introduction

Avertissement

I - Martinès de Pasqually et la doctrine des « élus coëns ».

1. Sources spirituelles

- a) L’illuminisme chrétien

- b) Le soufisme

- c) La kabbale

- d) Le dualisme zoroastrien et mazdéen

- e) Le judéo-christianisme : ébionisme et elkassaïsme

2. Eléments doctrinaux

3. Perspective sacerdotale

II - La rencontre de Jean-Baptiste Willermoz avec Martinès de Pasqually

III - De la Stricte Observance dite « Templière » au « Convent des Gaules » (1778).

IV. Eléments martinésiens présents au sein du Régime Ecossais Rectifié

V. Expiation, purification, réconciliation et sanctification : les quatre temps de la réédification du Temple du mineur spirituel

1. L’Expiation

2. La Purification

3. La Réconciliation

4. La Sanctification

VI - Les éléments coëns présents au sein du Régime Ecossais Rectifié : moyens et outils symboliques de la « Réintégration »

1) La structure ternaire du composé matériel et la place des essences spiritueuses

2) Triangle, « Lame d’or et Delta d’Orient

3) Le Temple coën et la loge rectifiée

4) La symbolique des nombres

5) La défiance du Régime Rectifié vis-à-vis de la matière

6) La noblesse de l'origine de l'homme et sa haute destination spirituelle

7) La Batterie 00 0, omniprésente au 1er grade

8) La substance sénaire de la Création

9) Le sens du double triangle

VII - La double nature et son implication spirituelle

VIII - La symbolique de la réédification du Temple comme figure de l'image et de la ressemblance

IX. L'origine de la Franc-maçonnerie selon le Régime Ecossais Rectifié et le rattachement au Haut et saint Ordre

Conclusion

Appendices

I. La Sainte Trinité
II. La nature de l’Air selon le Philosophe Inconnu
III. Les objets et meubles sacrés du Tabernacle présents sur le second tableau de la loge de Maître Ecossais de Saint-André : ou la mise en lumière du passage de l’Ancienne à la Nouvelle loi, manifesté par l'œuvre du Divin Réparateur.

· La « mer d'airain » et sa fonction purificatrice

· La table des pains de proposition, image annonciatrice du mémorial eucharistique.

· Le chandelier à sept branches en tant qu'évocation de la vraie Lumière.

· L'Arche Sainte, manifestation de l'Alliance éternelle entre Dieu et les hommes.

· L'autel des parfums ou l'instauration du sacerdoce éternel par la « Nouvelle loi de grâce et de vraie lumière ».

IV. Le rôle essentiel de la « grâce » et la raison de la proclamation de la supériorité de la « Nouvelle loi » au sein du Régime Ecossais Rectifié.

· Une nouvelle relation à Dieu par la grâce.

· Le changement radical des économies entre le temps de la loi et celui de la grâce.

· L'incomparable supériorité de la « Nouvelle loi de grâce ».

Annexes

I. Lettres de Martinès de Pasqually à Jean-Baptiste Willermoz

Lettre du 19 juin 1767

Lettre du 11 septembre 1768

Lettre du 12 octobre 1773

Lettre du 24 avril 1774

Lettre du 3 août 1774

II. Lettre de Louis-Claude de Saint-Martin à M. Erhmann

III. L’invocation de réconciliation des Elus coëns

IV. Méthode pour lire le Traité de la réintégration selon Willermoz

Bibliographie

samedi 28 août 2010

5 / PRIERES DE LOUIS-CLAUDE de SAINT-MARTIN (1743-1803


Ote-moi ma volonté, Seigneur, ôte-moi ma volonté ; car si je peux un seul instant suspendre ma volonté devant toi, les torrents de ta vie et de ta lumière entreront en moi avec impétuosité, comme n'y ayant plus d'obstacle qui les arrête. Viens m'aider toi-même à briser ces funestes barrières qui me séparent de toi ; arme-toi contre moi-même, afin que rien en moi ne résiste à ta puissance, et que tu triomphes en moi de tous tes ennemis et de tous les miens, en triomphant de ma volonté. O principe éternel de toute joie et de toute vérité, quand est-ce que je serai renouvelé au point de ne me plus apercevoir moi-même que dans la permanente affection de ta volonté exclusive et vivifiante Quand est-ce que les privations en tout genre me paraîtront un profit et un avantage, en ce qu'elles me préservent de tous les esclavages, et me laissent plus de moyens de me lier à la liberté de ton esprit et de ta sagesse ? Quand est-ce que les maux me paraîtront une faveur de ta part, comme autant d'occasions de remporter des victoires, et de recevoir de ta main les couronnes de gloire que tu distribues à tous ceux qui combattent en ton nom ? Quand est-ce que tous les avantages et les joies de cette vie, me paraîtront autant de pièges que l'ennemi ne cesse de nous dresser pour établir dans nos coeurs un Dieu de mensonge et de séduction, en place du Dieu de paix et de vérité qui devrait toujours y régner ? Enfin, quand est-ce que le saint zèle de ton amour et l'ardeur de mon union avec toi me domineront jusqu'à donner avec délices ma vie, mon bien-être, et toutes les affections étrangères à ce but exclusif de l'existence de l'homme qui est ta créature, et que tu as chéri jusqu'à vouloir l'aider par ton exemple, en te donnant toi-même tout entier pour lui. Non, Seigneur, celui qui n'est pas emporté par ce saint dévouement n'est pas digne de toi, et il n'a pas encore fait le premier pas dans la carrière. La connaissance de ta volonté et le soin du serviteur fidèle de ne jamais s'en séparer un seul instant, voilà l'unique et véritable lieu de repos pour l'âme de l'homme ; il ne peut en aborder sans être sur le champ rempli de délices, comme si tout son être était renouvelé et revivifié dans toutes ses facultés, par les sources de ta propre vie ; il ne peut s'en écarter, sans se voir sur le champ livré à toutes les horreurs de l'incertitude, des dangers et de la mort. Hâte-toi, Dieu de consolation, Dieu de puissance ; hâte-toi de faire descendre dans mon cœur un de ces purs mouvements de ta volonté sainte et invincible. Il ne faut qu'un seul de ces mouvements divins pour établir en moi le règne de ton éternité, et pour résister constamment et universellement à toutes les volontés étrangères qui viendraient se réunir pour le combattre dans mon âme, dans mon esprit et dans mon corps. C'est alors que je m'abandonnerai à mon Dieu dans la douce effusion de ma foi, et que je publierai ses merveilles. Les hommes ne sont pas dignes de tes merveilles, ni de contempler la douceur de ta sagesse et la profondeur de tes conseils ! Mais suis-je digne moi-même de prononcer de si beaux noms, vil insecte que je suis, et qui ne mérite que les vengeances de la justice et de la colère ? Seigneur, Seigneur, fais reposer un instant sur moi l'étoile de Jacob, et ta sainte lumière s'établira dans ma pensée, comme ta volonté pure dans mon coeur.

lundi 23 août 2010

4/ PRIERES DE LOUIS-CLAUDE de SAINT-MARTIN (1743-1803)


Seigneur, comment oserais-je me regarder un instant sans frissonner d'horreur sur ma misère ! J'habite au milieu de mes propres iniquités qui sont les fruits de mes abus dans tous les genres, et qui sont devenus comme mon vêtement ; j'ai abusé de toutes mes lois, j'ai abusé de mon âme, j'ai abusé de mon esprit, j'ai abusé et j'abuse journellement de toutes les grâces que ton amour ne cesse journellement de répandre sur ton ingrate et infidèle créature. C'est à toi que je devais tout offrir et tout sacrifier, et je ne devais rien offrir au temps qui est devant tes yeux, comme les idoles, sans vie et sans intelligence, et cependant je ne cesse d'offrir tout au temps, et rien à toi ; et par là je me précipite d'avance dans l'horrible abîme de la confusion, qui n'est occupée qu'au culte des idoles, et où ton nom n'est pas connu. J'ai fait comme les insensés et les ignorants du siècle qui emploient tous leurs efforts pour anéantir les redoutables arrêts de la justice, et faire en sorte que cette terre d'épreuve que nous habitons, ne soit plus à leurs yeux une terre d'angoisse, de travail et de douleur. Dieu de paix, Dieu de vérité, si l'aveu de mes fautes ne suffit pas pour que tu me les remettes, souviens-toi de celui qui a bien voulu s'en charger et les laver dans le sang de son corps, de son esprit et de son amour ; il les dissipe et les efface, dès qu'il daigne en faire approcher sa parole. Comme le feu consume toutes les substances matérielles et impures, et comme ce feu qui est son image, il retourne vers toi avec son inaltérable pureté, sans conserver aucune empreinte des souillures de la terre. C'est en lui seul et par lui seul que peut se faire l'oeuvre de ma purification et de ma renaissance ; c'est par lui seul que ta majesté sainte peut contempler l'homme ; et c'est pour cela que tu veux opérer notre guérison et notre salut, puisqu'en employant les yeux de son amour qui purifie tout, tu ne vois plus dans l'homme rien de difforme, tu n'y vois plus que cette étincelle divine qui te ressemble et que ta sainte ardeur attire perpétuellement à elle comme une propriété de ta divine source. Non, Seigneur, tu ne peux contempler que ce qui est vrai et pur comme toi ; le mal est inaccessible à ta vue suprême. Voilà pourquoi l'homme méchant est comme l'être dont tu ne te souviens plus, et que tes yeux ne sauraient fixer, puisqu'il n'a plus aucun rapport avec toi ; et voilà cependant cet abîme d'horreur où je n'ai pas craint de faire mon séjour. Il n'y a pas d'autre alternative pour l'homme : s'il n'est perpétuellement plongé dans l'abîme de ta miséricorde, c'est l'abîme du péché et de la misère qui l'inonde ; mais aussi, il n'a pas plutôt détourné son coeur et ses regards de cet abîme d'iniquité, qu'il retrouve cet océan de miséricorde dans lequel tu fais nager toutes les créatures. C'est pourquoi je me prosternerai devant toi dans ma honte et dans le sentiment de mon opprobe; le feu de ma douleur desséchera en moi l' abîme de mon iniquité, et alors il n' existera plus pour moi que le royaume éternel de ta miséricorde.

dimanche 22 août 2010

3/ PRIERES DE LOUIS-CLAUDE de SAINT-MARTIN ( 1743-1803).


Epoux de mon âme, toi par qui elle a conçu le saint désir de la sagesse, viens m'aider toi-même à donner la naissance à ce fils bien aimé que je ne pourrai jamais trop chérir. Dès qu'il aura vu le jour, plonge-le dans les eaux pures du baptême de ton esprit vivifiant, afin qu'il soit inscrit sur le livre de vie, et qu'il soit reconnu pour jamais comme étant au nombre des fidèles membres de l'Eglise du Très-Haut. En attendant que ses faibles pieds aient la force de le soutenir, prends le dans tes bras comme la mère la plus tendre, et préserve-le de tout ce qui pourrait lui nuire. Epoux de mon âme, toi que l'on ne connaît jamais, si l'on n'est humble, je rends hommage à ta puissance, et je ne veux pas confier à d'autres mains que les tiennes, ce fils de l'amour que tu m'as donné. Soutiens-le toi-même, lorsqu'il commencera à former ses premiers pas. Quand il sera dans un âge plus avancé et susceptible de l'entendre, instruis-le de l'honneur qu'il doit à son père, pour qu'il obtienne de longs jours sur la terre ; inspire-lui le respect et l'amour pour la puissance et les vertus de celui qui lui a donné l'être. Epoux de mon âme, inspire-moi la première à nourrir continuellement ce fils chéri de ce lait spirituel que tu formes toi-même dans mon sein ; que je ne cesse de contempler dans mon fils l'image de son père, et dans son père l'image de mon fils, et de tous ceux que tu peux engendrer en moi dans le cours non-interrompu de toutes les éternités. Epoux de mon âme, toi que l'on ne connaît jamais, si l'on n'est sanctifié, sers à la fois de mentor et de modèle à ce fils de ton esprit, afin que dans tous les temps et dans tous les lieux, ses couvres et son exemple annoncent et manifestent sa céleste origine ; tu poseras ensuite toi-même sur sa tête la couronne de gloire, et il sera pour les peuples un monument éternel de la majesté de ton nom. Epoux de mon âme, telles sont les délices que tu prépares à ceux qui t'aiment et qui cherchent à s'unir à toi. Périsse à jamais celui qui me presserait de rompre notre sainte alliance ! Périsse à jamais celui qui voudrait m'engager à te préférer un autre époux ! Epoux de mon âme, prends-moi toi même pour ton propre fils ; que lui et moi nous ne fassions qu'un à tes yeux, et verse abondamment sur l'un et sur l'autre, les grâces que nous ne pouvons tous deux recevoir que de ton amour. Je ne puis plus vivre, si tu n'accordes à la voix de mon fils et à la mienne de s'unir ensemble pour chanter éternellement tes louanges, et pour que nos cantiques soient comme des fleuves intariss.ables engendrés sans cesse par le sentiment de tes merveilles et de ton ineffable puissance

vendredi 20 août 2010

2/ PRIERES DE LOUIS-CLAUDE de SAINT-MARTIN ( 1743-1803).



J'irai vers toi, Dieu de mon être ; j'irai vers toi, tout souillé que je suis ; je me présenterai devant toi avec confiance. Je m'y présenterai au nom de ton éternelle existence, au nom de ma vie, au nom de ta sainte alliance avec l'homme ; et cette triple offrande sera pour toi un holocauste d'agréable odeur sur lequel ton esprit fera descendre son feu divin pour le consumer et retourner ensuite vers ta demeure sainte, chargé et tout rempli des désirs d'une âme indigente qui ne soupire qu'après toi. Seigneur, Seigneur, quand entendrai-je prononcer au fond de mon âme, cette parole consolante et vive avec laquelle tu appelles l'homme par son nom, pour lui annoncer qu'il est inscrit dans la milice sainte, et que tu veux bien l'admettre au rang de tes serviteurs ? Par la puissance de cette parole sainte, je me trouverai bientôt environné des mémorials éternels de ta force et de ton amour, avec lesquels je marcherai hardiment contre tes ennemis, et ils pâliront devant les redoutables tonnerres qui sortiront de ta parole victorieuse. Hélas, Seigneur, est-ce à l'homme de misère et de ténèbres à former de pareils voeux et à concevoir de si superbes espérances ! Au lieu de pouvoir frapper l'ennemi, ne faut-il pas qu'il songe lui-même à en éviter les coups ? Au lieu de paraître, comme autrefois, couvert d'armes glorieuses, n'est-il pas réduit comme un objet d'opprobre, à verser des pleurs de honte et d'ignominie dans les profondeurs de sa retraite, n'osant pas même se montrer au jour ? Au lieu de ces chants de triomphe qui autrefois devaient le suivre et accompagner ses conquêtes, n'est-il pas condamné à ne se faire entendre que par des soupirs et par des sanglots ? Au moins, Seigneur, fais-moi une grâce, c'est que toutes les fois que tu sonderas mon coeur et mes reins, tu ne les trouves jamais vides de tes louanges et de ton amour ; je sens, et je voudrais ne jamais cesser de sentir, que ce n'est point assez du temps entier pour te louer ; et que, pour que cette oeuvre sainte soit accomplie d'une manière qui soit digne de toi, il faut que tout mon être soit saisi et mû par ton éternité ; permets donc, ô Dieu de toute vie et de tout amour, permets à mon âme de chercher à fortifier sa faiblesse dans ta puissance ; permets-lui de former avec toi une ligue sainte qui me rende invincible aux yeux de mes ennemis, et qui me lie tellement à toi par les voeux de mon coeur et du tien, que tu me trouves toujours aussi ardent et aussi empressé pour ton service et pour ta gloire, que tu l'es pour ma délivrance et pour mon bonheur.

à suivre...

jeudi 19 août 2010

1/ PRIERES de LOUIS-CLAUDE de SAINT MARTIN ( 1743-1803 )



Source éternelle de tout ce qui est, toi qui envoies aux prévaricateurs des esprits d'erreur et de ténèbres qui les séparent de ton amour, envoie à celui qui te cherche un esprit de vérité qui le rapproche de toi pour jamais. Que le feu de cet esprit consume en moi jusqu'aux moindres traces du vieil homme, et qu'après l'avoir consumé, il fasse naître de cet amas de cendres, un nouvel homme sur qui ta main sacrée ne dédaigne plus de verser l'onction sainte. Que ce soit là le terme des longs travaux de la pénitence, et que ta vie universellement une transforme tout mon être dans l'unité de ton image, mon coeur dans l'unité de ton amour, mon action dans une unité d'oeuvres de justice, et ma pensée dans une unité de lumières. Tu n'imposes à l'homme de grands sacrifices que pour le forcer à chercher en toi toutes ses richesses et toutes ses jouissances, et tu ne le forces à chercher en toi tous ces trésors, que parce que tu sais qu'ils sont les seuls qui puissent le rendre heureux, et que tu es le seul qui les possède, qui les engendre et qui les crée. Oui, Dieu de ma vie, ce n'est qu'en toi que je peux trouver l'existence et le sentiment de mon être. Tu as dit aussi que c'était dans le coeur de l'homme que tu pouvais seulement trouver ton repos ; n'interromps pas un instant ton action sur moi, pour que je puisse vivre, et en même temps pour que ton nom puisse être connu des nations : tes prophètes nous ont enseigné que les morts ne pouvaient te louer ; ne permets donc jamais à la mort de m'approcher : car je brûle de rendre ta louange immortelle, je brûle du désir que le soleil éternel de la vérité ne puisse reprocher au coeur de l'homme d'avoir apporté le moindre nuage et causé la moindre interruption dans la plénitude de ta splendeur. Dieu de ma vie, toi que l'on prononce et tout s'opère, rends à mon être ce que tu lui avais donné dans son origine, et je manifesterai ton nom aux nations, et elles rapprendront que toi seul es leur Dieu et la vie essentielle, comme le mobile et le mouvement de tous les êtres. Sème tes désirs dans l'âme de l'homme, dans ce champ qui est ton domaine et que nul ne peut te contester, puisque c'est toi qui lui as donné son être et son existence. Sèmes-y tes désirs, afin que les forces de ton amour l'arrachent en entier aux abîmes qui le retiennent et qui voudraient l'engloutir pour jamais avec eux. Abolis pour moi la région des images ; dissipe ces barrières fantastiques qui mettent un immense intervalle et une épaisse obscurité entre ta vive lumière et moi, et qui m'obombrent de leurs ténèbres. Approche de moi le caractère sacré et le sceau divin dont tu es le dépositaire, et transmets jusqu'au sein de mon âme le feu qui te brûle, afin qu'elle brûle avec toi, et qu'elle sente ce que c'est que ton ineffable vie et les intarissables délices de ton éternelle existence. Trop faible pour supporter le poids de ton nom, je te remets le soin d'élever en entier l'édifice, et d'en poser toi-même les premiers fondements au centre de cette âme que tu m'as donnée pour être comme le chandelier qui porte la lumière aux nations, afin qu'elles ne restent pas dans les ténèbres. Grâces te soient rendues, Dieu de paix et d'amour ! grâces te soient rendues de ce que tu te souviens de moi, et de ce que tu ne veux pas laisser languir mon âme dans la disette! Tes ennemis auraient dit que tu es un père qui oublie ses enfants, et qui ne peut pas les délivrer.

à suivre...

dimanche 15 août 2010

La suite de la biographie de Roger Caro (Radiesthésie) est maintenant en ligne !


























Cher(e)s Ami(e)s,

Pour y accéder, nous vous invitons à cliquer sur l'onglet "Articles" situé dans le menu horizontal, en haut de la page d'accueil.

"Biographie de Roger Caro" puis "Radiesthésie - vous donneront accès à ce texte.

Plus simplement en cliquant sur le lien ci-dessous vous serez automatiquement dirigés vers

http://www.massanne.com

Nous vous souhaitons une très bonne lecture.

Bien cordialement

samedi 17 juillet 2010

Bonsoir, 1 livre, 1 jour,


Voyage au pays éternel des hommes. Suivant que vous soyez homo economicus, homo erectus basicus, homo sapiens ( ben tiens !), homo religiosus, vous lirez d'une façon bien différente ce travail bien fourni mais à charge. A chacun de tirer le bon grain de l'ivraie! ( Les Primitifs . La Chaldée . L'egypte . Les Hébreux . La Grèce . Rome . l'Orient . Le Monde Arabe . Les Barbares . Le Moyen Age . De La Renaissance Au XX Siècle . Survivances . Le Procès De La Superstition . )

A. RUFFAT, La superstition à travers les âges, Payot, 1951, in-, broché , 258 pp. Bon état - PRIX = 23 euros frais de port inclus

( Attention, prière d'attendre ma réponse avant de m'envoyer votre règlement, SVP.) Merci à tous les correspondants qui m'ont alimenté de leurs critiques constructives et de leurs encouragements.

Adresse pour le règlement :

Jean-Christophe FAURE - 5 Passage des Papes Limousins -

19000 TULLE ----------

P.S.:

Si certains d'entre vous recherchent des ouvrages, vous pouvez m'en faire part et je vous contacterai directement. (Comme pour la Feuille du Grand Chêne, l' ouvrage présenté est disponible en 1 seul exemplaire . Cette liste est envoyée à plusieurs personnes )

Jean-Christophe FAURE.
Librairie le Grand Chene

http://www.le-grand-chene.com/

vendredi 16 juillet 2010

Chroniques du pays réel des Sages. Ceci n'est pas une revue habituelle, loin de là. Ce document, de haute teneur scientifique, n'a pas d'équivalent


Cher(e)s Ami(e)s,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie d'une toute nouvelle revue :

Chroniques du pays réel des Sages.
Ceci n'est pas une revue habituelle, loin de là.
Ce document, de haute teneur scientifique, n'a pas d'équivalent actuellement.
Véritable outil de travail plus que lecture traditionnelle, le contenu des Chroniques est un monument dédié à l'Alchimie et nous ne pouvons que saluer l'énorme travail de Chalybe qui en est le Directeur de publication.

Nous souhaitons longue vie à cet ouvrage et attendons les autres avec impatience.Nous vous souhaitons une très bonne lecture.

revue disponible chez MASSANNE :

http://www.massanne.com/index.php?option=com_virtuemart&page=shop.product_details&category_id=17&product_id=224

mercredi 7 juillet 2010

BLOG DU COLLOQUE TRICENTENAIRE DE MARTINES DE PASQUALLY : NOUVELLE ADRESSE
















Organisé par l’Institut Eléazar et la revue Renaissance Traditionnelle, en partenariat avec Les Amis Provençaux de Renaissance Traditionnelle, la Société Martines de Pasqually et la librairie l’Etoile du Mage à Marseille, samedi 18 et dimanche 19 septembre 2010

Maître spirituel de Louis-Claude de Saint-Martin, de Jean-Baptiste Willermoz et de quelques autres émules réunis par lui dans l'Ordre des chevaliers-maçons élus-coëns de l'Univers, Martinès de Pasqually (1710 ?-1774) est une figure essentielle de l'illuminisme. A ce titre, il a marqué le XVIIIe siècle et il continue de marquer le nôtre. Il n'en échappe pas moins partiellement à l'histoire et aux historiens et reste pour les meilleurs de ses biographes le Théurge Inconnu.

A l'occasion du tricentenaire supposé de sa naissance, des spécialistes de sa vie et de son oeuvre, historiens, philosophes, théologiens, théosophes, se proposent d'essayer de répondre à la question que beaucoup de posent :

Qui était Martinès de Pasqually ?

POur la suite de l' annonce voir le blog de la Société Martinès de Pasqually :

http://tricentenairedemartinesdepasqually.blogspot.com

jeudi 1 juillet 2010

Je vous communique le sommaire du numéro 2/2010 de la revue "L'initiation" qui vient juste de paraître.

- Ceux qui nous précèdent ; Élie Merle, Marc Bariteau et Pierre Rispal, par Yves-Fred Boisset.

- «Hermès, chemins buissonniers», par Marie-Dominique Massoni et Éric Auzanneau.

- «Deux ordres de thérapeutes : les Antonins et Saint-Lazare», par J.-A. Clergue.

- «Les yeux ordinaires», par Robert Delafolie.

- «La résurrection de Jésus-Christ», par J.-W. Varlot.

- «Mystique religieuse et parcours initiatique», par Serge Le Guyader.

- Poème d'Émile Gigleux.

- «L'harmonie de la vie», par Chris Bernard

- Les livres et les revues.

- Informations diverses.

Merci de le diffuser et mes très fraternelles pensées.

Yves-Fred Boisset
Tél. et fax : 0147818479
Mobile : 0689358559


yvesfred.boisset@papus.info


http://www.yves-fred.over-blog.com

jeudi 24 juin 2010

Autrefois l'alchimiste travaillait à la transformation de la matière dans un laboratoire. Ce mot en contient 2: laborare : travailler, orare : prier..




Auteur, conférencier et formateur international, Patrick Burensteinas est reconnu autant pour son enthousiasme, sa convivialité et son esprit de synthèse que pour sa faculté à vulgariser les principes et notions de l'Alchimie.

Scientifique de formation, il s'est très jeune intéressé à l'Alchimie, trouvant dans cette science une résonance avec ses propres recherches. Pour lui il, n'y a pas de différence entre la science et l'Alchimie; ce ne sont que deux points de vue différents.

« L'Alchimie est pour moi, un moyen pour l'Homme de retrouver sa place, de renouer le dialogue avec même la nature et avec lui-, non pas dans une vision magico-lyrique, mais dans un monde bien réel. Notre vision ne s'arrête pas à notre savoir, elle nous pousse vers la connaissance. » Fidèle à la philosophie de l'Alchimie, Patrick Burensteinas a crée la Trame, une technique thérapeutique vibratoire.

Pour plus d'informations sur la Trame, visitez le site

http://www.la-trame.com.

Il a également développé une nouvelle approche de l'enseignement de la Kabbale et de la transmission de la Voie de l'Alchimie.

Il a ainsi créé de nombreux outils de développement personnel puissants et faciles à mettre en pratique dans notre vie moderne. Ces outils sont accessibles à travers des formations et voyages initiatiques divers qui visent tous un même but : l'actualisation d'une Connaissance ancestrale afin de comprendre la Philosophie de cette tradition occidentale millénaire et peut-être de prendre le chemin de la Voie.

Il publie aux éditions du Mercure Dauphinois :

- La Trame, Se soigner par l'énergie du monde
- Le Disciple, trois contes alchimiques
- De la Matière à la Lumière

Il participe également à la série de 7 films Le Voyage Alchimique de Bruxelles à Saint-Jacques de Compostelle réalisée par Georges Combe.
C'est un grand voyage initiatique en 7 étapes :

- la Grand'Place de Bruxelles

- la cathédrale de Chartres

- le Mont Saint-Michel

- Rocamadour

- Saint-Jacques de Compostelle

- Paris et Nicolas Flamel

- Notre-Dame de Paris

Sept lieux qui vont vous familiariser avec les secrets du Grand Oeuvre à la lumière des travaux de l'alchimiste dans son laboratoire.

Patrick a participé à plusieurs émissions de radio à l'antenne de Ici & Mainteant qui sont disponibles en téléchargement via leur catalogue des programmes.

Il est membre expert du comité scientifique d'Afrique initiatives en tant que spécialiste des médecines traditionnelles.

Il est aussi créateur de produits naturopathiques et énergétiques et de compléments nutritionnels (Transnutrition).

dimanche 20 juin 2010

"Cas du Mars dans l'Oeuvre alchimique".





Cher(e)s Ami(e)s,

Nous vous invitons à lire l'article de Chalybe :

"Cas du Mars dans l'Oeuvre alchimique".

http://www.massanne.com/index.php?option=com_content&view=article&id=101:cas-dumars-dans-loeuvre-alchimique&catid=36&Itemid=58

Cet extrait est tiré d'un article plus complet : "Vaisseaux d' oeuvre et Vitriols minéraux", dont le texte intégral va bientôt paraître dans une toute nouvelle revue : "Chroniques du pays réel des Sages."
Nous vous souhaitons une très bonne lecture.

Bien cordialement

http://www.massanne.com/home.html

vendredi 18 juin 2010

Collection Carnets d' un Elus Coën : 1627 -3974

L' idée du culte dans le Traité de la Réintégration de Martinès de Pasqually et son enseignement

par

Georges COURTS

--------------

ISSN Collection Carnets d' un Elus Coën : 1627 -3974

ISBN : 2-911414-16-O

Dépôt légal juin 2010

-----

Edition et impression CIREM

BP 08

5810 - GUERIGNY-FRANCE

----------------------

Avant-propos

C'est une grande joie de reprendre la collection des Carnets d'un Elu Coën, initiée et voulue par Robert Amadou, avec ce texte de Georges Courts.

Ce texte a en effet une histoire d'où n'est pas absent Robert Amadou. Alors que j'insistais auprès de Georges Courts pour considérer l'idée du Culte Primitif, que Robert Amadou a brillamment décelée chez Martines de Pasqually avant de la développer, Georges me répétait que n'apparaissait pas chez Martines de Pasqually de Culte Primitif en tant que tel. Les débats, nécessaires, à la fois sur le plan de la théorie et sur celui de la pratique opérative, devaient conduire à une investigation systématique de l'oeuvre de Martines.

En effet, cette idée de Culte Primitif, sous d'autres appellations, se retrouvent en d'autres rites ou traditions. Nous penserons, pour rester dans l'illuminisme, au rite swedenborgien, entre autres. Il y aurait un culte premier dont les autres ne seraient que la projection ou la répétition, ou encore la célébration. Les rites « seconds », ou dérivés, devraient donc être traversés pour rejoindre ce Culte Primitif. De ce point de vue, ils seraient donc bien des rites de passage, de la forme au non forme, du duel au non duel.

Georges Courts a donc fait l'effort de reprendre l'oeuvre de Martines de Pasqually pour relever, annoter et commenter toutes les références à ce qui pourrait s'apparenter à l'idée-force d'un Culte Primitif. Travail important et passionnant.

Chacun d'entre nous, simple lecteur ou pratiquant de la théurgie si particulière de l'Ordre des Chevaliers Maçons Elus Coëns de 1gJnivers, trouvera donc dans les pages qui suivent matière à se forger sa propre idée ou expérience du culte.

Rémi Boyer - CIREM.

mardi 15 juin 2010

INCONTOURNABLE CONFERENCE : Louis-Claude de Saint-Martin et la Franc-maçonnerie au XVIIIème siècle.


Illustration de gauche à droite : J.-François Var, Jean-Marc Vivenza, Roger Dachez.

Par : Jean-Marc Vivenza

Jean-Marc Vivenza évoque la place du Philosophe Inconnu au sein de la Franc-maçonnerie du XVIIIème siècle et nous livre une vaste fresque chronologique et biographique du parcours initiatique que vécut le théosophe d’Ambroise.
Ses débuts au sein des Elus–Cohens alors qu’il séjournait à Foix dans un régiment d’infanterie. Son accession au grade ultime de Réau-Croix en 1772 suivie du départ de son Maître, Martines de Pasqually, le laissant seul, à la tête des Elus-Cohens. Sa première rencontre avec Jean-Baptiste Willermoz et leurs efforts conjoints visant à rectifier la Franc-maçonnerie d’alors, dans ce qui allait devenir, le RER : Régime Ecossais Rectifié.

Par la lecture de nombreux extraits de la correspondance de Saint-Martin, Jean-Marc Vivenza nous en offre un éclairage inédit :

drôle, parfois corrosif et très critique envers la Franc-maçonnerie de son époque.

Louis-Claude de Saint-Martin consacra sa vie et ses écrits afin que les hommes et femmes de désir prennent conscience des signatures divines qui résident dans la nature ainsi qu’en chacun de nous…

Souhaitez-vous vous familiariser avec la pensée de ce théosophe ? Vous intéressez-vous à la doctrine de la réintégration ?

Ces deux volets de 50 minutes filmés à Toulon lors du colloque « Martinisme et Franc-maçonnerie » organisé par la Librairie de la Table d'Hermes (Toulon) vous y aideront !
.

Conférence sur BAGLIS TV :

http://www.baglis.tv/esoterisme-video/martinisme/863-louis-claude-de-saint-martin-franc-maconnerie.html

lundi 14 juin 2010

ALCHIMIE - BOUTIQUE SUR EBAY DES EDITIONS de MASSANNE :



Spécialisées depuis quinze ans dans l’édition et la diffusion d’ouvrages alchimiques, les Éditions de Massanne mettent à la disposition du lecteur les plus grands textes alchimiques, connus et moins connus, en fac-similé (reprints) ou en réédition moderne. Tous les ouvrages présentés sur ce site sont en stock, disponibles sur demande. Nous portons une attention toute particulière à la qualité de nos emballages afin de garantir l'envoi de nos ouvrages dans les meilleures conditions pour nos clients.

Boutique sur Ebay, 196 ouvrages proposés :

Page d'accueil de la Boutique
Initiation-Déc​ouverte (8)
Roger CARO (8)
Fulcanelli - Canseliet (8)
Traités pratiques (72)
Dictionnaire-C​atalogue (2)
Spagyrie (14)
Symboles (1)
Traités symboliques (12)
Etudes générales (46)
Compilations (2)
Mythologie-Fab​les (3)
Histoire (8)
Chimie Ancienne (5)
Alchimistes Grecs (2)
Bulletins et Revues (1)
Biographies (1)
Hyperchimie (3)


http://stores.shop.ebay.fr/EDITIONS-de-MASSANNE__W0QQ_armrsZ1

Site : http://massanne.com