*** ci-dessous "Livres-mystiques".: un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011

*** ci-dessous "Livres-mystiques".:  un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011
50.000 pages, cliquer sur un ange pour accéder au site

lundi 9 mai 2016

Magie et Franc-Maçonnerie au XVIIIe siècle, manuscrit de l’ordre des Élus Coën, le Cahier vert, Tome I et II

Georges Courts - Le Grand Manuscrit d’Alger Magie et Franc-Maçonnerie au XVIIIe siècle - Manuscrit de L’Ordre des Élus Coën - Le Cahier vert - Tome I - Préface de Rémi Boyer - « Depuis le XVIIIe siècle Le Cahier Vert ou Manuscrit d’Alger, fait l’objet de bien des attentions de la part de nombreux chercheurs et éditeurs. Malgré ce, aucune édition n’avait encore vu le jour. Les Éditions Arqa sont donc heureuses de présenter, pour la première fois, dans une publication exhaustive, avec une étude critique qui fera date, ce document exceptionnel conservé à la BnF, qui met en lumière toute la théurgie des Élus Coën. Le tirage de tête relié plein cuir est numéroté à neuf exemplaires. » Thierry E Garnier - directeur des éditions Arqa - « En Occident, il existe peu d’ordres, dits initiatiques, qui présentent à la fois un véritable corpus et un ensemble de praxis aussi cohérent qu’exigeant. L’Ordre des Chevaliers Maçons Élus Coën de l’Univers est l’un d’eux et la publication du Cahier Vert, plus connu sous le titre de Manuscrit d’Alger, qui constitue une pièce quasi-mythique de ce corpus, est un événement éditorial. » - Rémi Boyer - Préface au Grand Manuscrit d’Alger Georges Courts, dont la qualité du travail de recherches menées depuis tant d’années n’est plus à démontrer, et dont le nom restera notamment attaché à la découverte de celui qui fut le véritable scripteur de ce manuscrit exceptionnel - Pierre André de Grainville - nous propose ici de le suivre, entre sceaux et nuées, dans cet ouvrage d’une rare érudition. La présentation magistrale de ce document d’une extrême importance, où l’Histoire du Martinézisme se réverbère à chaque page dans une connaissance approfondie des pratiques opératives avérées de l’Ordre des Chevaliers Maçons Élus Coën, nous permet assurément de mieux cerner l’authenticité spirituelle et théurgique de cette initiation suprême. Que n’a-t-on pas dit, d’ailleurs, sur cet Ordre chevaleresque si mal connu, de son origine, et surtout de la transmission effective de ses différents états ? Autant l’avouer, c’est dans la réalité de cette « apparition », mais aussi dans la compréhension subtile qu’il s’agit également d’une « invention », à forger de ses propres armes, que se dévoile pour chacun, en la partie la plus ignée de son âme, de façon purement individuée, la réconciliation ultime du corps et de l’esprit… >[Hors Collection] - Grand Format 18 x 27 - Edition originale – tirage limité pour la première édition à 300 exemplaires sur papier centaure ivoire – (380 pages) – ISBN 2-7551-0042-7.
http://www.editions-arqa.com/editions-arqa/spip.php?article85

Le Grand Manuscrit d’Alger tome II - Georges Courts

Georges Courts - Le Grand Manuscrit d’Alger Magie et Franc-Maçonnerie au XVIIIe siècle

Manuscrit de L’Ordre des Élus Coën - Le Cahier vert - Tome II

" Si la fonction sacerdotale est première, elle reste corrélée pour Martinès de Pasqually à la fonction chevaleresque. Les qualités requises pour le combat, en particulier l’éthique chevaleresque, sont indispensables à la pratique du culte. Le corpus martinésiste n’est pas toujours pacifiste. S’il est question de paix, c’est de la paix du Christ, non de celle de l’homme. "
Rémi Boyer - Préface au Grand Manuscrit d’Alger – Tome 2
Dans le cadre des recherches martinésiennes très approfondies menées par Georges Courts depuis tant et tant d’années, une des choses les plus importantes, sinon la plus importante était pour lui - en toute hâte - de prendre son temps pour parachever une œuvre tout à fait considérable entièrement vouée à la connaissance opérative des formes nommées par Martinès de Pasqually. Avec ce tome deuxième, l’auteur nous convie maintenant à considérer avec la plus grande attention que l’entrée de plain-pied dans le palais fermé du Roi - autrement dit dans les infrastructures ignées prônées par Martinès - s’appréhende avec une volonté sans faille et une foi indestructible envers l’œuvre des Élus Coëns.
La connaissance a un coût, le chemin de la réintégration aussi, et pour certains imprudents un peu trop pressés le prix à payer est parfois hors de prix. En termes d’opérativité, le moindre faux-pas amènera sans aucun doute le cherchant indiscipliné dans un val sans retour. Autant dire que les savantes mises en garde de l’auteur de ce second volume sont dès lors à appréhender par le lecteur avec la plus grande lucidité et surtout en pleine connaissance de cause. Il est peu de dire que le Tome I du Grand Manuscrit d’Alger de Georges Courts jeta à sa sortie, en 2009, un lourd pavé bleuté dans le pré carré des petits marquis désireux d’arpenter seuls une aire « spirituelle » qu’il s’agissait pour eux de confondre d’écoles en chapelles et de chapelles en réceptacles à initiations.

Pour nous, ici - enfin - avec éclats, Georges Courts ouvre à tous portes et fenêtres et laisse pénétrer la Lumière indifférenciée pour tout un chacun qui se retrouve à arpenter le Sentier, seul ou accompagné, mais jamais démuni de courage. C’est l’essentiel. 438 pages - ISBN 2-7551-0065-6