*** ci-dessous "Livres-mystiques".: un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011

*** ci-dessous "Livres-mystiques".:  un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011
50.000 pages, cliquer sur un ange pour accéder au site

dimanche 28 décembre 2008

Ce numéro célèbre le 100e anniversaire du décès de Saint-Yves d'Alveydre.


« Le marquis de Saint-Yves d’Alveydre est mort le 5 février 1909, à l’âge de 67 ans, à Pau où il s’était retiré depuis quelques semaines pour essayer d’améliorer un état de santé déjà inquiétant.

« Ce sera, pour tous les véritables amis de la Vérité, une véritable douleur que de sentir disparu du plan physique ce savant aussi prodigieux que modeste, ce causeur charmant et cet homme du monde accompli qu’était Saint-Yves pour ses intimes.

« Personnellement, notre douleur est profonde, car c’est notre maître intellectuel qui disparaît. Jadis, l’auteur des Missions voulut bien nous accueillir avec sa bonté habituelle et nous sommes reconnaissants au ciel d’avoir permis si longtemps la continuité de cette amitié.

« Le disciple doit être reconnaissant à l’invisible quand il peut demeurer fidèle jusqu’au terme de la voie terrestre à celui qui guida ses études. Que d’écrivains venus avec des paroles de reconnaissance et de dévouement auprès de Saint-Yves se sont ensuite détournés de celui auquel ils devaient tant et l’ont de plus insulté par jalousie de sa réelle et incontestable supériorité intellectuelle.

« Tout entier à sa communion mystique avec l’Ange de sa vie, Saint-Yves n’a jamais daigné répondre à ces attaques de roquets à face humaine.

« C’est que, dans cette époque d’arrivisme à outrance, Saint-Yves fut un méditatif, dédaignant l’immédiat pour l’immortel et si cet admirable ami n’est plus physiquement, du moins son œuvre nous reste et peut encore sauver bien des générations.

« On peut même dire que c’est maintenant que commence vraiment la phase féconde de la vie spirituelle de notre Maître.

« En effet, après ces Missions dont la portée sociale sera considérable quand on les comprendra, Saint-Yves s’était voué depuis bientôt vingt ans à la création de ce qu’il a nommé l’Archéomètre, c'est-à-dire l’instrument de la mesure des principes.

« Cet instrument permet de remplacer par des règles mathématiques les données instinctives qui président à tous les arts.

« Il permet de plus de reconstituer mathématiquement toute la science antique dans ses diverses adaptations et de déterminer la part de vérité contenue dans les visions de tous les fondateurs de religions.

« L’Archéomètre rend scientifiquement au Christ la place prépondérante qu’il occupe dans l’invisible. Nous espérons que les efforts considérables en travail et en dépense matérielle faits pour l’Archéomètre par son auteur ne seront pas perdus et nous appelons de tous nos vœux la réalisation de cette œuvre admirable et féconde. »

--------------------------


Si j’ai cédé la place à notre cher Papus, fondateur et premier directeur et rédacteur en chef de « L’Initiation », pour l’éditorial du présent numéro de la revue, c’est parce que nous célébrerons dans quelques jours le centième anniversaire de la mort de Saint-Yves d'Alveydre. Or, cet éditorial fut justement celui qui orna le numéro 5 de la vingt-deuxième année de la revue paru en février 1909. Je n’y ai pas changé un mot et seulement réparé les quelques coquilles que l’imprimeur avait alors laissé traîner.

J’ai pensé, avec mes amis de la revue, qu’il serait sans doute opportun de consacrer ce numéro 4 de 2008 à la mémoire de Saint-Yves d'Alveydre qui, par sa pensée et son œuvre, nous a ouvert des voies de réflexion tant sur notre histoire occidentale que sur notre recherche mystique et initiatique.

N’oublions pas que c’est grâce à Papus et aux six fidèles qu’il avait rassemblés à cette occasion que l’Archéomètre en sa forme définitive ainsi que La Mission de l’Inde ont pu voir le jour, entre 1910 et 1912. Il est vraisemblable que, sans le dévouement et le talent de ces personnalités, ces œuvres n’auraient pu venir jusqu’à nous puisque l’Archéomètre était inachevé à la mort de son créateur et que La Mission de l’Inde avait été pilonnée par son auteur dès la sortie des presses en 1886

Avec l’aimable accord du directeur des Éditions Dualpha (BP 58, 77522 Coulommiers Cedex), je reproduirai dans les pages qui suivent quelques passages de mon essai publié en 2005 sous le titre Saint-Yves d'Alveydre, une philosophie secrète, avant de céder la parole à un chercheur qui nous apporte sur l’Archéomètre des éléments inédits et précieux.

Selon le plan que je me suis tracé, je publierai, en premier lieu, une biographie succincte de Saint-Yves d'Alveydre suivie d’une présentation de la « synarchie » et des Missions, des Clefs de l’Orient et je terminerai par une bibliographie sélective des ouvrages de et sur Saint-Yves d'Alveydre.

Au sommaire :
- Éditorial de Papus
- Biographie succincte de Saint-Yves d'Alveydre
- La synarchie et les «Missions»
- Les clefs de l'Orient
- L'Archéomètre philosophique
- L'Archéomètre dynamique, par Antoine de l'Aigle
- Fonctionnement de l' Archéomètre, conférence de Papus
- Une prophétie de Saint-Yves d'Alveydre
- Les livres
- Quelques pensées de Saint-Yves d'Alveydre
- Journées Papus 2008
- Informations.

Le n° : 8 €.
Abonnement annuel (4 numéros) :
France: 30 €, UE et DOM/TOM : 35 €, Étranger : 42 €., soutien : 43 €.
Adresse :
7/2, résidence Marceau-Normandie - 43, avenue Marceau
92400 Courbevoie (France).

http://yves-fred.over-blog.com

(Un spécimen gratuit peut être adressé sur simple demande.)

On peut faire plus ample connaissance avec la revue dans la rubrique qui porte son nom.

http://www.initiation.fr/index.php?option=com_frontpage&Itemid=71