*** ci-dessous "Livres-mystiques".: un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011

*** ci-dessous "Livres-mystiques".:  un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011
50.000 pages, cliquer sur un ange pour accéder au site

samedi 30 janvier 2016

LA LETTRE DU CROCODILE

Aleister-Crowley (1875-1947)



    Aleister Crowley
    Écrivain
    Edward Alexander Crowley, dit Aleister Crowley, et également connu comme Maître Therion, Frater Perdurabo ou The Great Beast 666 est un écrivain, occultiste et astrologue britannique. Wikipédia
    Décès : 1 décembre 1947, Hastings, Royaume-Uni
    Épouses : Maria Teresa Sanchez (m. 1929), Rose Edith Kelly (m. 1903–1909)
    Source.: Wikipedia.

Un article le concernant sur 
http://www.esoblogs.net/4358/aleister-crowley-l-ordre-hermetique-de-l-aube-doree/

Les Rosicruciens : passés et présents

Les Rosicruciens : passés et présents, ici et ailleurs par William Wynn Westcott Cet article, rédigé par William Wynn Westcott, membre éminent de la Societas Rosicruciana in Anglia, date environ de 1880. Il dresse un bilan des premières années d’existence de cette société dévouée à l’étude des anciennes traditions rosicruciennes, hermétiques et kabbalistiques. Il est intéressant […]
Lire la suite
http://www.esoblogs.net/14655/les-rosicruciens-passes-et-presents-ici-et-ailleurs/

mardi 26 janvier 2016

Le Parisis Code

mise en ligne    

Le Parisis Code

Le Parisis Code
Notre documentaire réalisé sur la symbolique du gigantesque menhir du Manio, à Carnac dans le Morbihan, montrait d’une manière fort explicite que selon les inclinaisons solsticiales et équinoxiales du soleil : l’ombre d’un phallus gigantesque se présentait face à une cavité "féminine", puis, suivant une logique non seulement calendaire mais aussi architecturale, neuf mois plus tard, cette même ombre nous orientait vers une véritable scène d’accouchement taillée dans la pierre…. Saviez-vous que même sans se rendre en Bretagne, en plein cœur de Paris, les architectes du Second Empire ont orné Paris d’une symbolique toute aussi suggestive, notamment place du Trocadéro ?

vendredi 22 janvier 2016

Rémi Boyer.: LE REGIME ECOSSAIS RECTIFIE


http://rite-ecossais-rectifie.com/publications-editions-tarentes/

jeudi 21 janvier 2016

LES INCROYABLES HISTOIRES DE MEURTHE-ET-MOSELLE NANCY : LE TEMPLE MAÇONNIQUE DÉVOILE SES MYSTÈRES Le décor égypto-Art Nouveau de la loge Saint-Jean-de-Jérusalem vient d'être restauré.



Il est bien caché au premier étage d’un bâtiment, en fond de cour, rue Drouin. Il est vrai que le temple de la loge maçonnique Saint-Jean-de-Jérusalem a subi des actes de malveillance, à plusieurs reprises, dans son histoire. Mais, curieusement, c’est la fumée des 3 à 5 tonnes de bougies, consumées en un siècle, qui avait masqué l’extraordinaire décor du temple aux yeux des frères. Il vient d’être restauré par Emilie Checroun et ressuscite les figures allégoriques de femmes peintes en 1899 par deux artistes nancéiens Henri Maclot et Paul Martignon. Le premier a été l’élève d’Alexandre Cabanel et le second a fréquenté l’Ecole des Beaux-Arts de Nancy, dans la classe de Larcher. Tous deux ont fait partie du cercle des artistes de l’Ecole de Nancy : Weissenburger, Jacques Grüber, Louis Majorelle et les autres. Ils ont représenté, dans un style égypto-Art Nouveau, sur des toiles marouflées, la Force, la Justice, l’Espérance, la Concorde…

Poils pubiens
Au nettoyage, la Vérité est apparue avec des poils pubiens. « Un tag des années 1950 », fait remarquer Jean-Claude Couturier, l’historien de la loge. La restauratrice les a « rasés ». Dans l’abside, le décor est totalement égyptien et encadre une verrière avec le sphinx de Gizeh surmonté du triangle maçonnique. Le plafond est tout aussi remarquable avec des vitraux représentant des scarabées et le zodiaque. Ils sont l’œuvre du maître-verrier Paul Nicolas, disciple d’Emile Gallé et lui-même franc-maçon. Quant à Gallé, qu’on a longtemps prétendu maçon, son nom a été rajouté, avec d’autres patronymes de notables nancéiens, par des profanes, sur un panneau qui avait été volé, pour gêner les familles.

Dommages collatéraux
Car la vie du temple n’a pas été un long fleuve tranquille. Au lendemain du vote de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, en 1905, il a subi les « dommages collatéraux » du refus de l’évêque d’ouvrir la cathédrale pour que les représentants de l’Etat procèdent à l’inventaire des biens de l’Eglise. Le préfet a envoyé la troupe. Des paroissiens très en colère s’en sont pris, en représailles, au temple qu’ils ont saccagé et pillé. Il a fallu attendre 2006 pour que l’abbé Stelly, directeur de la bibliothèque diocésaine, où étaient entreposés ces biens maçonniques, réussisse à convaincre l’évêque de restituer les archives et objets du temple. Durant la Seconde Guerre mondiale, le décor du temple avait été protégé parce que la secrétaire du préfet avait badigeonné, à la hâte, les peintures d’un marron bien couvrant.

Colonnes à roulettes
Reste aujourd’hui à restaurer deux tentures encadrant la porte flanquée de deux colonnes sur roulettes et le ciel encore maculé par la fumée des bougies et cigarettes.

Les frères ont décidé d’ouvrir leur temple à la visite sur inscription préalable, lors des Journées du patrimoine. L’occasion de découvrir ce lieu unique et de se familiariser avec la symbolique maçonnique.

Les colonnes encadrant la porte sont marquées de deux lettres : J pour rappeler que c’est devant cette colonne que les apprentis venaient toucher leur salaire ; B pour les compagnons. Or, selon les rites, le J et le B sont à gauche ou à droite et le temple accueille 17 loges de trois obédiences : le Grand Orient de France, le Droit humain (mixte) et la Grande Loge féminine de France.

La Sagesse coiffée d’un casque, appuyée sur une lance et la poitrine couverte d’une armure se livrera aux non initiés à la rentrée de septembre lors des Journées du Patrimoine.

La Gazette lorraine, revue trimestrielle illustrée qui fête ses 25 ans consacre un grand article, abondamment illustré, au temple de la loge sous la plume d’Arnaud Gentit. Au sommaire également, un dossier sur les Ecrivains combattant en Lorraine pendant la Grande Guerre. La Gazette lorraine n° 97 est disponible en kiosque au prix de 5,50 €.
Didier HEMARDINQUER



mardi 19 janvier 2016

Cours de martinisme par correspondance





Fondé le 11 août 1990, par Serge Caillet, sous la présidence 
d'honneur de Robert Amadou (1924-2006), l'Institut Eléazar 
fêtera ses 20 ans cette année. 
L'Institut Eléazar, qui n'est pas un ordre initiatique, rassemble 
dans l'indépendance des hommes et des femmes de désir 
soucieux d'étudier en toute liberté l'oeuvre de Martines de 
Pasqually (1710 ?-1774) et de Louis-Claude de Saint-Martin 
(1743-1803).
Ce blog de l'Institut Eléazar est principalement consacré à
l'actualité du martinisme : publications, études, découvertes, 
manifestations...
Ce blog complète le site officiel de l'Institut Eléazar : 

www.institut-eleazar.fr

mardi 12 janvier 2016

Bulletins de la Société Martines de Pasqually.



lot de +   numéros 1 à 23 (1990 - 2013). 
une série de bulletins officiels publiant les recherches en cours sur 
la vie et l'oeuvre du thaumaturge.
les numéros sont cousus au surjet pour une meilleur conservation.





Vous semblez dire que l'ésotérisme contient de nombreux pièges; pourquoi ?

Au départ, on ne sait pas très bien ce que l'on cherche, une vérité, oui, mais laquelle?
C'est une quête ou une enquête que l'on mène et qu'on tente de conduire du mieux possible, sans savoir où se situent la frontière du bien et du mal et pour cause, puisque c'est justement ce que l'on recherche!
Dans ces conditions la naïveté fragilise certaines personnes et peut les mettre à la merci du premier initiateur venu, d'autant que certaines vivent cette quête de façon parfois douloureuse et consentent de grands sacrifices, allant même jusqu'à abandonner le cas échéant tout leur avoir, confort ou bien-être.
D'ailleurs, ne serait-ce que pour cette seule raison, on ne doit jamais 
juger, rejeter ni condamner celles qui se sont trompées ou ont été trompées.   
Il y a en effet des individus avides de pouvoir et d'argent qui 
abusent délibérément de la crédulité de leurs semblables, 
ceux-la mêmes qui, pour arriver à leurs fins, trafiquent 
l'histoire ou la vérité des religions en inventant de prétendus 
savoirs secrets, accessibles seulement à leurs propres élèves et 
disciples!
Singeant alors les saints ou les véritables mystiques, ils n'hésitent 

pas à s'inventer des filiations presti- gieuses et, de plus, prétendent 
fréquemment accomplir guérisons et miracles.
Trouver le bon chemin dépend souvent d'une main secourable et 

surtout gratuite.suite sur .: 
http://livres-mystiques.com/Temoignage/frame.html

lundi 11 janvier 2016

Conférence : Structures des Mondes Invisibles selon la Tradition Ésotérique Occidentale

Conférence : Structures des Mondes Invisibles selon la Tradition Ésotérique Occidentale

Quels sont ces Mondes, et comment ils s'articulent ?


Quels sont leurs habitants, les Dieux, les Esprits, les Intelligences, les Anges & les Élémentaux.
Comment entrer en contact avec eux.

Conférence animée par Fred MacParthy. Auteur et Éditeur. Sesheta-Publications.


Auteur de Formule et Rituel du Pilier du Milieu, et Liber Tabularum Mago-Kabbalisticum et Hermeticum. 


Tables de correspondances et de concordances magiques & kabbalistiques.

Participation: 15 euros.
Informations et réservations au 02.35.36.92.80.


https://www.facebook.com/events/208537629492820/

vendredi 8 janvier 2016

Sous les auspices de la Rose-Croix, Salutem Punctis Trianguli.: nouveau Manifeste intitulé «Nouvelles Noces chymiques de Christian Rosenkreutz

"...nouveau Manifeste intitulé «Nouvelles Noces chymiques de Christian Rosenkreutz». Comme vous l’aurez compris, il constitue en quelque sorte une suite des «Noces chymiques de Christian Rosenkreutz» parues en 1616, c’est-à-dire il y a quatre siècles.
Le contenu et le style des «Nouvelles Noces chymiques de Christian Rosenkreutz» sont très différents de ceux de la «Positio Fraternitatis» et de l’«Appellatio Fraternitatis», publiées respectivement en 2001 et 2014, comme l’étaient ceux des «Noces chymiques de Christian Rosenkreutz», comparés à ceux de la «Fama Fraternitatis» (1614) et de la «Confessio Fraternitatis» (1615)." S.T. 

http://www.rose-croix.org/Documents/manifesto-nouvelles-noces-chymiques-rosenkreutz.pdf 

À l'heure ou les livres sur la Magie foisonnent, peu d'entre eux offrent un réel aperçu de ce qu'est réellement sa branche la plus noble et la plus spirituelle, “la Théurgie”. Cette pratique, bien au-delà de la simple “Magie Naturelle”, bien qu'étant directement liée à elle, est aujourd'hui trop souvent ignorée, parfois même détournée de son sens initial. Sans Théurgie, pas de Haute-Magie, car cette dernière amène l'Homme à ce qu'il a de plus sacré, sa propre Âme Divine. Et sans ce contact, nul ne peut prétendre obtenir des résultats concrets sur les plans supérieurs & avant tout, sur sa propre personne.

Edward John Langford Garstin illustre parfaitement cette définition de la  Magie :
Dans les esprits de nombreuses personnes, la Magie est associée aux Grimoires et à de la littérature de cette espèce ; avec la Nécromancie et autres Arts déplaisants, comme la fabrication de figurines de cire pour y planter des épingles, etc. Au contraire, les Théurgistes ont affirmé que c’est la Sagesse et la Philosophie de la Nature, ainsi qu’une connaissance parfaite des œuvres de Dieu et de leurs effets. Un Mage, c’est dès lors un Contemplateur des choses Célestes et Divines ; un Philosophe et un Prêtre…”

Beaucoup de gens se heurtent à la complexité des textes anciens, et ils ne savent pas par où commencer leurs études… Ce livre leurs permettra d'avoir une vision juste de ce qu'est l'Initiation à la Théurgie, ses voies et ses sources, à travers la Tradition Occidentale, de l'Hermétisme, des Néoplatoniciens, en passant par la Kabbale, l'Alchimie et la Symbolique.

L'Auteur : E.J. Langdord-Garstin (1893-1955) fut un occultiste reconnu de la première moitié du XXe siècle. Il participa à différentes aventures liées à la Spiritualité en Grande-Bretagne. Il fut le secrétaire de la Quest Society, dirigée par George Robert Stow Mead & Arthur Edward Waite. Sa spécialité demeura l'Hermétisme sous toutes ses formes. Il fut aussi un des dirigeants, entre les deux guerres, d'une des Branches de l'Ordre Hermétique de la Golden Dawn (l’Ordre Rosicrucien de l’Alpha et Omega) de Londres,  sous le nom mystique de Frater Animo et Fide. Il créa sa propre maison d’éditions, Search Publishing Company.

Table des Chapitres 

Préface de Denis Labouré, préface de l’Auteur, Quatorze chapitres. Quelques mots à propos de Edward John Langford-Garstin, Bibliographie de l’auteur, Bibliographie.

Livre format 14 x 22 cm. 220 pages, dos carré collé, couverture couleur.  Tirage limité à 200 exemplaires numérotés. ISBN : 979-10-92176-23-0

20, 00 Euros.  Frais de port  pour la France et traitement : 4, 50 Euros.


jeudi 7 janvier 2016

Revue Pantacle 2016

La revue Pantacle est la publication officielle de l'Ordre Martiniste Traditionnel. Elle propose un numéro par année. Chaque membre de l'O.M.T. la reçoit en privilège de son affiliation, cependant, il est également possible à toute personne de s'y abonner en utilisant le formulaire ci-contre.
revue
Au sommaire du n° 24, janvier 2016 :
  • Les applications pratiques de la philosophie martiniste - Édouard Glombard
  • Instruction pour avancer dans la vie intérieure - L’Imitation de Jésus-Christ
  • La marche vers la Terre Céleste - Didier Gilles
  • La vie au-delà des sens - Jacob Boehme
  • Sohravardî : « théosophe » persan - Josselyne Chourry
  • Vers la conscience divine - Jean-Claude Mondet
  • Document : Carte d’Inspecteur du Suprême Conseil de Papus

Abonnement à la revue Pantacle La revue Pantacle est une revue annuelle publiée par la Grande Heptade de l’Ordre Martiniste Traditionnel. Les membres de l'O.M.T. reçoivent cette revue comme privilège de leur affiliation, mais elle est également disponible pour toute autre personne. D'une manière générale, tous les articles qui y figurent sont liés au mysticisme à l’ésotérisme et à la spiritualité. L'abonnement annuel à la revue Pantacle est de 6 €. Les anciens numéros sont au même prix - Ce prix est valable pour la France et l'Étranger. - Les règlements peuvent être effectués par chèque bancaire, mandat ou chèque postal adressé à : O.M.T. Revue Pantacle Château d'Omonville Scribe I.N.T. 27110 Le Tremblay FRANCE Revue Pantacle



lundi 4 janvier 2016

L' art sacré templier

VIENT DE PARAITRE 
 

L'art des templiers décortiqué dans ce numéro avec les signatures de
Myriam Philibert, Jacques d'Arès... etc.

En commande au numéro :
http://www.liber-mirabilis.com/lm93l-art-sacre-templier-c2x19274643 

Ou dans le cadre d'un abonnement :http://www.liber-mirabilis.com/lm100-abonnement-d-un-semestre-c2x7500572 

BAGLIS TV

mise en ligne d'un entretien:   

Alchimie du verbe et langue des oiseaux

,vers une herméneutique  de la littérature 

ésotérique ?

Alchimie du
verbe et langue des oiseaux, vers une herméneutique de la littérature ésotérique ?







L’alchimie a, de tout temps, fait couler beaucoup d’encre, trompé de 
nombreux naïfs et rapporté beaucoup d’argent à ses commentateurs; 
plus rarement à ses expérienceurs d’ailleurs, contrairement à une 
certaine idée reçue. Qu’ils soient donc de vulgaires souffleurs de verre, 
des escrocs patentés ou de réels initiés à cet Art Royal : 
quel est donc leur bréviaire ? Sur quel fondement "littéraire" ou 
"théurgique" reposent donc leurs recherches ?
http://www.baglis.tv/index.php?option=com_redshop&view=product&pid=801



dimanche 3 janvier 2016

La Gnose ancienne et moderne


Par Johannes (Joanny Bricaud).
Il existe une différence entre la Gnose telle qu’elle était enseignée aux premiers siècles de l’ère chrétienne et la Gnose moderne ; aussi, c’est une erreur que nous tenons à bien signaler que de considérer les gnostiques contemporains comme les disciples de Simon le Mage, de Valentin, de Basilides, etc.
Afin de bien établir cette différence, nous devons d’abord définir ce qu’est la gnose 

***Renaissance Traditionnelle (Commande) possibilité de s' abonner voire d' acheter les anciens numéros

Formulaire dédié à l'achat de numéros et à l'abonnement à la revue (par chèque, CB ou Paypal), et permettant également de suivre vos commandes ou votre abonnement.Pour rappel :

Contact : rt92info@gmail.com

Les Rose-Croix
Le gong vient de retentir. A ce signal, hommes et femmes ont interrompu leur conversation pour gravir lentement les marches qui mènent au temple. Derrière les grandes portes de cuivre, flanquées d’imposantes statues de scribes égyptiens, ils pénètrent dans l’antichambre, où veillent Anubis, le dieu des morts, et Noût, la déesse du ciel. Quelques pas encore et les voilà dans une vaste salle rectangulaire où, sous une voûte constellée, l’encens de rose mêle son parfum aux volutes d’une apaisante musique. Un à un, les participants viennent s’asseoir sur les bancs disposés le long des côtés nord et sud du temple. De part et d’autre s’élèvent les élégantes silhouettes de douze colonnes sculptées. Tout autour les murs sont couverts de fresques décrivant les différentes étapes de la progression spirituelle. Au centre, enfin, se dresse un autel triangulaire sur lequel reposent trois bougies qu’un membre de l’assistance vient allumer. Aussitôt la musique s’éteint et le gong résonne à nouveau. L’assemblée se lève pour saluer l’entrée de l’officiant, qui s’avance en direction du soleil levant, jusqu’à son pupitre. Alors, la cérémonie peut commencer.
C’est de cette manière, à la fois sobre et solennelle, que débutent les réunions en Loge de la plus importante fraternité rosicrucienne existant de nos jours : l’Antiquus Mysticusque Ordo Rosae Crucis, plus connu en France sous le nom d’Ancien et mystique ordre de la Rose-Croix (Amorc). Cette société a été fondée en 1915, à New York, par Harvey Spencer Lewis (1883-1939), un ancien journaliste qui, six ans plus tôt, aurait bénéficié des enseignements de mystérieux initiés rencontrés près de Toulouse. Établi depuis 1927 à San Jose, en Californie, l’Amorc s’est développé aux quatre coins de la planète grâce, notamment, au dynamisme de ses membres européens. Aujourd’hui, l’Ordre compte quelque 250 000 membres répartis entre seize Grandes Loges couvrant autant de zones linguistiques (1). Chacune de ces juridictions est dirigée par un Grand Maître élu pour un mandat renouvelable de cinq ans par le Conseil suprême, composé de l’ensemble des Grands Maîtres en exercice et présidé par l’Imperator. Ce dernier, dont le mandat de cinq ans est également renouvelable, doit s’assurer du bon fonctionnement des Grandes Loges et de leur fidélité à la Tradition recueillie par Harvey Spencer Lewis. Une fonction qu’assume, depuis 1990, le Français Christian Bernard.
"Mouvement philosophique, initiatique et traditionnel mondial, non sectaire et non religieux, ouvert aux hommes et aux femmes, sans distinction de race, de religion ou de rang social", comme il se présente lui-même, l’Ordre s’est constitué, en France, en association à but non lucratif. A l’image d’autres organisations qui, à travers le monde, se réclament de la Rose-Croix, l’Amorc se définit moins comme une société secrète que comme une fraternité discrète ; sans réellement chercher l’exposition aux médias, elle fait peu de secrets autour de ses activités. Quant à sa doctrine, elle s’appuie en premier lieu sur trois textes considérés, historiquement, comme fondateurs du rosicrucianisme.
Les origines historiques
Parmi ces écrits, on trouve d’abord deux "manifestes" anonymes, la Fama Fraternitatis et la Confessio Fraternitatis, publiés respectivement en 1614 et 1615 à Kassel, en Allemagne. A cette époque, l’Europe, divisée par la Réforme, se trouve à la croisée des chemins. D’un côté, les sciences bénéficient d’immenses progrès. De l’autre, d’anciennes prophéties sur la fin des temps resurgissent à la faveur d’étranges phénomènes célestes. Dans ce contexte équivoque, à la veille de la guerre de Trente Ans, la Fama et laConfessio affirment la nécessité d’une réformation générale pour guérir le monde de ses maux politiques, sociaux et spirituels. Cette entreprise, l’Ordre de la Rose-Croix promet de la mener en rétablissant l’unité des chrétiens et en réconciliant la foi et la raison. Mais cette ambition ne pourra aboutir sans une transformation de l’individu lui-même. C’est ce que suggère le troisième "opus" rosicrucien, les Noces chymiques de Christian Rosenkreutz, un conte initiatique publié en 1616 à Kassel et à Strasbourg.
Pour comprendre ces textes, et les Noces chymiques en particulier, il faut, d’après l’historien Roland Edighoffer, considérer les interrogations théologiques qui se font alors jour en Allemagne. En réaction au développement de l’anabaptisme et d’autres mouvements considérés comme déviants, le luthéranisme s’enfonce, à l’aube du XVIIe siècle, dans une "orthodoxie rigoureuse, pointilleuse". De plus, l’idée, chère à Luther, d’un salut qui s’obtiendrait par la foi et non par les œuvres (sola fide), ouvre la voie à un laxisme moral qui commence à gagner le clergé luthérien. Face à ces dérives, d’aucuns défendent une existence conforme à celle du Christ et prônent un attachement tant à la foi qu’aux œuvres. Ces idées séduisent Johann Valentin Andreae (1586-1654), un étudiant en théologie issu d’une importante dynastie du luthéranisme souabe, qui deviendra lui-même inspecteur ecclésiastique (équivalant à la fonction d’évêque). Avant de se consacrer à l’Église luthérienne, celui-ci aura appartenu à un groupe de férus de kabbale, d’alchimie et de mystique chrétienne que les historiens ont baptisé "Cercle de Tübingen". Et c’est précisément à ce groupe, composé de théologiens, de médecins et de juristes, que la Fama et la Confessio sont aujourd’hui attribuées. Quant aux Noces chymiques,Andreae finira, dans son autobiographie, par en reconnaître la paternité. Ce dernier texte décrit l’expérience régénératrice dont Christian Rosenkreutz, fondateur mythique de l’Ordre de la Rose-Croix, aurait bénéficié au terme d’une édifiante mise à l’épreuve de sa foi et de ses vertus. Plus que d’une œuvre ésotérique, il s’agit donc d’un récit allégorique illustrant des aspirations spirituelles qui donneront bientôt naissance au piétisme.
Les origines traditionnelles
Mythe littéraire ou réelle assemblée de sages, l’Ordre de la Rose-Croix a très tôt déchaîné les passions. Jusqu’au début du XVIIIesiècle, pas moins de neuf cents textes lui ont été consacrés par ses laudateurs, qui considéraient les trois manifestes comme de véritables révélations, et ses contempteurs, qui n’y voyaient que farce ou supercherie. Bon nombre de chercheurs se sont également interrogés sur l’origine de sa doctrine, encouragés dans cette démarche par la Fama, qui affirmait : "Notre philosophie n’est rien de nouveau". Michael Maïer, célèbre médecin et alchimiste du XVIIe siècle, en était d’ailleurs persuadé : le rosicrucianisme n’était pas né, selon lui, dans l’Europe de la Renaissance, qui n’avait fait que redécouvrir cette tradition héritée des écoles de mystères de l’Égypte ancienne.
Cette origine est de nos jours revendiquée par l’Amorc, ce qui explique la place toute particulière que les cultes égyptiens occupent dans ses enseignements et dans ses symboles. D’après l’Ordre rosicrucien, la spiritualité égyptienne a gagné l’Europe et traversé les siècles, en marge des doctrines religieuses officielles et du savoir académique, en s’enrichissant des apports du néoplatonisme, de l’alchimie médiévale ou encore de la kabbale. Et si, autrefois, ses secrets ne se transmettaient que de bouche à oreille, de maître à disciple, l’Amorc dispense aujourd’hui un enseignement écrit sous la forme de monographies. En une dizaine de pages, ces textes abordent des sujets aussi divers que les origines de l’univers, la structure de la matière, le but de l’évolution ou les mystères de la naissance et de la mort.
L’enseignement
On trouve dans ces monographies des thèmes d’études qui rattachent directement l’Amorc aux manifestes rosicruciens, comme l’idée de régénération, la science des nombres ou la kabbale. A l’instar du légendaire Ordre de la Rose-Croix, l’Association propose en outre à ses membres de travailler sur certaines facultés psychiques, comme la transmission de pensées ou la clairvoyance. Mais ces aptitudes sont jugées "secondaires par rapport à l’évolution de l’âme, cette évolution étant fondée sur le développement de nos facultés spirituelles" (2). La doctrine de l’Amorc se présente en effet comme une gnose, c’est-à-dire un système de pensée pour lequel l’âme humaine est une émanation de la divinité, qu’elle va chercher à réintégrer au terme d’un long processus de purification. Ce retour de l’âme à son origine ne s’opère ni par la grâce divine ni par les œuvres, mais par l’acquisition de connaissances sur l’homme et l’univers. En mettant l’accent sur le perfectionnement moral, le rosicrucianisme, tel qu’il est présenté par l’Amorc, se distingue toutefois de bien d’autres gnoses : d’après l’ordre, les connaissances acquises ne suffisent pas à la progression spirituelle, et il appartient à chacun d’éveiller, par des actes concrets, l’étincelle divine qui sommeille en lui. Il s’agit d’opérer en soi une véritable"alchimie spirituelle", en transformant chaque défaut en sa qualité opposée.
Ce processus ne se réalise cependant pas au terme d’une seule vie, mais de multiples existences. Rien d’étonnant, donc, à retrouver la croyance en la réincarnation dans l’enseignement de l’Amorc. Une thématique qui pourrait rapprocher l’ordre rosicrucien des religions orientales, telles que l’hindouisme et le bouddhisme, mais qui, à y regarder de près, l’inscrit plutôt dans un modèle proprement occidental : tandis qu’en Orient le cycle des réincarnations est vécu comme un malheur dont il faut coût que coûte se libérer, les "réincarnationnistes" occidentaux y voient la chance, donnée à l’âme, de se parfaire à chaque existence. A cette idée d’une réincarnation positive, il faut ajouter le concept oriental de "karma", ou "loi de compensation", pourtant absent des manifestes fondateurs. Selon ce principe, le cours de notre existence est en partie déterminé par nos actes et attitudes passés : nos bienfaits contribuent à notre bien-être tandis que nos mauvaises actions se traduisent, tôt ou tard, par des épreuves supplémentaires.
"Longtemps étrangères à la tradition occidentale", d’après Roland Edighoffer, les idées de réincarnation et de karma ont de quoi surprendre chrétiens, juifs et musulmans qui s’intéresseraient au rosicrucianisme. Les dirigeants de l’Amorc en ont bien conscience, mais les objections à ce propos ne leur semblent pas rédhibitoires. Tout en se démarquant de l’ensemble des religions, l’ordre a fait du respect des croyances sa devise, résumée dans une formule : "La plus large tolérance dans la plus stricte indépendance".
Hier et aujourd’hui
Dans le prolongement des premiers écrits rosicruciens, un manifeste (3) récemment publié par l’Amorc note d’ailleurs : "Les grandes religions, que nous respectons en tant que telles, ne détiennent plus le monopole de la foi. Si tel est le cas, c’est parce qu’elles répondent de moins en moins au questionnement de l’homme et ne le satisfont plus sur le plan intérieur". Forts de ce constat, les rédacteurs n’hésitent pas à soutenir que la disparition des grandes religions leur semble "inéluctable et que, sous l’effet de la mondialisation des consciences, elles donneront naissance à une Religion universelle qui intégrera ce qu’elles avaient de meilleur à offrir à l’humanité pour sa régénération".
Ce discours semble particulièrement bien s’adapter à des sociétés occidentales marquées par une évidente désaffection à l’égard des religions qui en ont longtemps constitué le socle et par un intérêt sans précédent pour les spiritualités détachées de toute dogmatique. D’où l’écho particulièrement favorable qu’il rencontre aujourd’hui. Mais cette simple constatation ne suffit pas à expliquer le succès que n’a cessé, au fil des siècles, de connaître le rosicrucianisme. Depuis la publication des fameux manifestes, le symbole de la Rose-Croix a mis en quête les chercheurs les plus divers. Parmi eux, René Descartes, Baruch Spinoza, Isaac Newton, Benjamin Franklin, Claude Debussy, Érik Satie ou encore Édith Piaf.
Pour Roland Edighoffer, une seule et même interrogation est à l’origine, à la fois du formidable engouement rencontré par le rosicrucianisme au XVIIe siècle, et de l’intérêt qui lui est aujourd’hui porté. Cette question, "Peut-on unir l’esprit et la matière ?",resurgit à chaque moment de l’histoire où les valeurs matérielles semblent prendre le pas sur les aspirations de l’esprit. Tout comme il s’agissait, pour les ésotéristes du XVIIe siècle, de se démarquer de la sécheresse du rationalisme naissant, il s’agit, pour les spiritualistes modernes, de retrouver un sens perdu. "Il y a toujours eu, au long de l’histoire, un balancement entre l’esprit et la matière", précise Roland Edighoffer. "Or, malgré tous les biens matériels auxquels ils ont accès, les gens restent aujourd’hui insatisfaits. Il s’agit toujours de trouver un équilibre entre les deux termes, de savoir de quelle manière l’esprit se matérialise et la matière se spiritualise".
Dossier réalisé par
José Eduardo Pereira
(1) La Grande Loge francophone, qui réunit 30 000 personnes, a été créée en 1931. Depuis 1969, elle siège au Château d’Omonville, dans l’Eure.
(2) Entre autres : l’humilité, la tolérance, l’altruisme et l’intégrité. Voir Humanisme et Spiritualité, par Serge Toussaint (LPM éditions, 2000).
(3) Positio Fraternitatis Rosae Crucis (Amorc, mars 2001).
Imperator : Titre dérivant du latin "Imperare sibi" – "Maître de soi" – qui aurait été utilisé dès le XVIIIe siècle pour désigner le plus haut responsable de l’Ordre de la Rose-Croix.
Anabaptisme : Doctrine du réformateur allemand Thomas Müntzer (1489-1525), d’après laquelle seul a de valeur le baptême reçu par les adultes.
Piétisme : Mouvement, apparu au XVIIe siècle au sein de l’Église luthérienne d’Allemagne, privilégiant la vie spirituelle et l’expérience religieuse personnelle plutôt que la simple adhésion à une doctrine.

http://systerofnight.net/esoterisme

https://fr.wikipedia.org/wiki/Rose-Croix