*** ci-dessous "Livres-mystiques".: un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011

*** ci-dessous "Livres-mystiques".:  un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011
50.000 pages, cliquer sur un ange pour accéder au site

samedi 30 novembre 2013

Connaissez-vous la Société Martinès de Pasqually ?




La Société (d'études et d'informations) Martinès de Pasqually, S.M.D.P.,  a été fondée en 1989. Elle a son siège à Bordeaux où Martinès de Pasqually a vécu dix ans et où il a donné forme à son ordre, l’Ordre des Chevaliers Maçons Elus Coëns de l’Univers.
SUITE SUR 

http://rflexionssurtroispoints.blogspot.fr/2013/11/connaissez-vous-la-societe-martines-de.html

vendredi 29 novembre 2013

Sur un petit livre de Louis-Claude de Saint-Martin «ECCE HOMO»

Source : forum Maitrespassés de Mariette Cyvard

L'éditeur Paul Derain (rue Vauban, Lyon) a .publié récemment «Ecce Homo»
en réimpression. de l'édition de 1792 et l'on peut dire, comme le
souligne l'éditeur dans un court avant-propos que « ce petit livre a
gardé toute sa valeur et reste actuel ».

Petit livre par le volume, puisqu'il compte moins de cent pages, et
pourtant grande œuvre par la densité de la pensée qu'il contient, Ecce
Homo » a été pour nous un rayon de lumière ; nous nous faisons donc un
fraternel devoir de l'évoquer assez longuement, non pour dispenser de sa
lecture les gens pressés mais, au contraire, pour y inciter les hommes
de bonne volonté, « les hommes de désir » en général et les Martinistes
en particulier.

SAINT-MARTIN montre tout d'abord par des exemples très simples que
l'homme est « une sainte et sublime pensée de Dieu » et nous invite à
nous représenter ce que fut l'homme en tant que tel, avant sa chute, ce
qu'il devrait être... et ce qu'il est en réalité : du fait de sa
dégradation il n'est plus qu'une manifestation opposée à celle qui était
attendue de lui. Au lieu d'être les témoins de la gloire et de la
vérité, nous ne sommes plus que les témoins de l'opprobre et du mensonge.

Frappés par la Justice divine, les suites de notre condamnation,
seraient mille fois plus douces si nous en reconnaissions l’équité et si
nous pensions combien les vues que notre Juge a sur nous pourraient nous
être profitables.

Mais le principe de désordre qui nous a fait déchoir nous poursuit, nous
trompe sur la chute de l'homme, sur ses conséquences, et cherche à nous
persuader que nous ne sommes pas tombés. Ainsi s'explique le soin
perpétuel que l'homme apporte à cacher ses défauts, à leur donner
l'aspect de la vertu et son souci constant de l'opinion de ses semblables.

Ces erreurs constituent autant de pierres d'achoppement pour notre
évolution, mais il en est de plus graves suscitées elles aussi par
l’esprit des ténèbres, et qui ont le terrible pouvoir de tellement
égarer l'homme qu'il ne peut plus retrouver sa voie.

Et Louis-Claude de SAINT-MARTIN établit un frappant parallèle : d'une
part quelques mortels privilégiés qui, ayant eu le double avantage
d'apprendre combien étaient doux et magnifiques ces trésors dont nous
avons joui et combien est ignominieux le néant dans lequel nous nous
sommes plongés, répandaient ensuite leurs instructions sur les autres
hommes ; d'autre part les œuvres enfantées ou infectées par les ténèbres
qui persuadent l'homme, qu'il jouit encore de tous ses droits et lui
dérobent « la vue de ce dénuement spirituel qui est le véritable signe
caractéristique auquel est attaché le nom d'Ecce Homo ».

SAINT-MARTIN dénonce alors ces extraordinaires manifestations dont tous
les siècles ont été inondés, ces abominations et ces erreurs religieuses
qui ont attiré sur des peuples célèbres les vengeances éclatantes de la
colère divine. Il montre comment l'œuvre partielle prend aisément dans
la pensée de l'homme le caractère de l'œuvre totale et comment l'œuvre
de l'esprit lui paraît facilement l'œuvre de la Divinité... Partout les
hommes ont pris pour des missions spirituelles ce qui n'était que des
missions naturelles, pour des missions naturelles ce qui n'était que des
missions ténébreuses et sous-naturelles.

Quels torts les agents mêmes des missions partielles n'ont-ils pas dû se
faire à eux-mêmes en sortant ainsi de leur sphère; et en s'exposant si
imprudemment et sans forces  suffisantes a tous les chocs opposés ou
corrompus de tant d'autres sphères qui devaient à jamais leur rester
étrangères ?

Il y a des multitudes d'institutions sur la terre qui n'ont pas eu
d'autres principes, soit parmi celles qui ont été honorées comme
sacrées, soit parmi celles qui, par des altérations successives, en sont
venues à ne conserver que de puérils emblèmes et se sont totalement
transformées en pures institutions civiles... Ces institutions ont
montré l'espèce de sources dont elles sortaient soit par les règlements
bizarres qu'elles prescrivaient, soit par l'emploi d'ingrédients et de
substances dont la correspondance décèle clairement des régions purement
naturelles que presque tous les peuples de la terre ont adorées comme
étant divines, vu les mélanges spirituels bons ou mauvais dont elles
sont, susceptibles...

Les missions modernes s'éloignent de l'esprit du Réparateur lorsqu'elles
localisent terrestrement le foyer des grâces divines... lorsqu'elles
assujettissent leurs agents à de puériles règles humaines... Si ce n'est
pas le principe des ténèbres lui-même qui les dirige et qui emploie ces
règles pour étouffer la vraie piété, il se peut que ce soit des
individus déjà sortis de ce monde... qui détenus encore dans des régions
inférieures... peuvent conserver des relations terrestres dans l'ordre
de la piété inférieure.

Le Maitre, visant ensuite les merveilles et manifestations revêtues du
nom de la Vierge ou de plusieurs autres créatures privilégiées, dénonce
les abus auxquels elle donnent lieu en soulignant que « nous sommes
appelés à être le signe et le témoin de la divinité et non point à être
le signe et le témoin d'aucun autre être ».

SAINT-MARTIN ne se contente pas de signaler le danger : il nous montre
encore les moyens de nous en prémunir. Au nombre de ces moyens, il place
notamment « les écritures saintes » qui « nous tracent avec exactitude
le lit qui a servi au fleuve vivifiant de l'amour, pour arriver depuis
la montagne sainte jusque dans notre être... ». Toutefois il nous met en
garde, plus loin, contre le « pouvoir funeste... que possède le principe
des ténèbres d'appuyer... ses fausses doctrines et ses [46]
manifestations par les divers témoignages des écritures Saintes ».

Louis-Claude de SAINT-MARTIN a voulu, par cet ouvrage, nous prémunir
contre « cette faiblesse secrète qui nous porte tous à chercher hors de
nous les appuis que nous ne pouvons trouver qu'en nous... ». C'est
précisément cette faiblesse qui nous entraîne vers ces «'missions » qui
relèvent de la voie extérieure, alors que la seule et véritable voie est
celle de « Ecce Homo ».

Car c’est ainsi que l’auteur qualifie la Voie Intérieure, celle de la
Régénération. Ces mots « Voilà l'homme » appliqués jadis au Réparateur
expriment toute notre dégradation. Le Maître veut que-nous en prenions
conscience, que nous ne cachions plus « cet homme de mensonge dans ses
décombres et dans ses immondices ».

Il nous convie, au contraire, « à faire paraître (cet homme) à découvert
afin que l'air vif le corrode jusque dans ses racines, et que le signe
de la mort, se trouvant ébranlé par là, dans ses fondements, puisse
s'écouler et se perdre pour nous au fond de ses abîmes ».

Nous venons par des citations plus ou moins littérales, d'indiquer les
grandes lignes et la pensée maîtresse de ce précieux petit livre qui,
nous n'hésitons pas à le dire, est une œuvre vraiment inspirée au sens
le plus élevé du terme.

Comme toujours en pareil cas, tous les lecteurs ne la ressentiront donc
pas de la même manière et les réflexions qu'elle Suggère peuvent, avec
les sujets, varier presque à l'infini.

C'est donc sans nulle prétention d'être exhaustifs que, n'ayant ni
l'emplacement... ni le talent nécessaires pour en faire l'exégèse, nous
allons en toute modestie consigner en terminant cette présentation
quelques-unes des pensées que notre lecture nous a inspirées.

L'homme « pensée de Dieu »... Définition éminemment réconfortante si
nous songeons que toute pensée, même oubliée de son auteur (et Dieu,
Lui, n'oublie pas !) subsiste en puissance et reste liée à l'être dont
elle émane : nous avons donc la certitude d'être indéfectiblement liés à
notre Principe Suprême, ultime but de notre évolution.

Mais une « pensée de Dieu » ne peut qu'être parfaite... Et pourtant,
comme nous sommes loin de la perfection, de notre perfection primordiale
et glorieuse

Or, nous sommes seuls responsables de notre déchéance, dont SAINT-MARTIN
trouve la source dans « la puissance libre de notre être ! ». Nous le
sentons bien d'ailleurs, mais l'orgueil nous empêche de le reconnaître
et nous nous attachons à masquer « nos difformités par toutes sortes de
membres artifi¬ciels » et à faire illusion sur nos semblables « pour
qu'ils flattent nos oreilles de ce doux nom « d'Ecce Deus ». Voilà le
Dieu, au lieu de ce terrible Ecce Homo qui nous rendrait furieux en nous
couvrant d'ignominie ».
[47]
C'est pour nous parer d'une apparente et facile sainteté que nous nous
tournons vers l'extérieur, que nous prêtons l'oreille aux faux
prophètes, que nous tombons dans les pièges de la piété inférieure au
lieu de nous engager, par « l'Ecce Homo », dans « les sentiers de la
Régénération ».

Ecce Homo ! Ce sont, comme chacun le sait, les mots que prononce Pilate
au moment où il livre à la populace Jésus qui vient d'être couvert d'une
pourpre dérisoire, couronné d'épines, Or, le Gouverneur romain ne se
doutait pas qu'en désignant ainsi cet être à l'aspect lamentable,
sanglant et couvert de crachats, il était, en quelque sorte, le
porte-parole choisi par la Divinité pour inviter l'humanité à prendre
enfin conscience de l'état d'abjection auquel sa faute l'avait réduite.

Car ces deux mots ont un sens profond que la méditation devant le
Crucifix nous aide à mieux comprendre si, renonçant à notre orgueil,
nous nous plaçons dans la ligne indiquée par L.-C. de SAINT-MARTIN.

Le Divin Réparateur a pris à son compte toute notre abjection en portant
« pour nous aux yeux des nations le titre humiliant d' « Ecce Homo », en
laissant, comme le dit le Maitre, immoler sa forme matérielle.

Et ce que nous devons voir dans ce corps torturé qui pend sur le gibet,
c'est la symbolique « peau de bête » revêtue par Adam après la chute,
c'est « le vrai signe de notre réprobation ». Ecce Homo Voilà l'homme
tel qu'il s'est voulu, et non pas tel que Dieu l'avait voulu pour s'y
refléter...

— Le poids qui tire ces bras écartelés, déchirant les mains percées de
clous, ce n'est pas celui de cette « forme corporelle pure » de Jésus,
dont Saint-Martin parle dans « les Nombres » c'est celui de la matière
pétrie de péché...

Et lorsque le supplicié murmure d'une voix dolente : J'ai soif ! c'est
toute l'angoisse de l'homme universel qui s'exprime, c'est la soif de
l'Esprit privé de Lumière et du cœur privé d'Amour...

Nous réalisons ainsi la qualité humiliante exprimée par « Ecce Homo »,
cette dégradation que L.-C. de SAINT-MARTIN vient nous remettre en
mémoire car dit-il « ce n'est qu'en faisant manger chaque jour à nos
esprits le pain d'affliction que nous obtiendrons la régénération de
l'homme ».

C'est pourquoi le Maître nous assure en terminant que « si nous savons
lire dans le Réparateur l'histoire universelle de l'homme », l'Ecce Homo
ne sera plus un titre d'humiliation et d'opprobre mais un titre de
gloire. En effet, « nous devons être sûrs de remonter un jour vers les
régions de lumière, et qu'on dira de nous glorieusement à, notre arrivée
dans les cercles supérieurs, ce qu'on en a dit dans notre origine : Ecce
Homo, voilà l'homme, voilà l'image et la ressemblance de notre Dieu,
voilà le signe et le témoin du principe éternel des êtres, voilà la
manifestation vivante de l'universel axiome ».
Robert DEPARIS.

mardi 26 novembre 2013

Nous profitons de la prochaine tenue des Journées Henry Corbin, le 30/11/2013 à Paris ( http://amiscorbin.com/index.php/documents/journee-henry-corbin#journee9), entrée libre et gratuite (et où nous serons présents) pour vous informer  de la mise en ligne des deux exposés suivants:

Qu’est-ce que la mystique musulmane ?

Qu’est-ce que la mystique musulmane ?
Cette vidéo peut apparaître de premier abord un peu ardue, mais si on l’écoute posément, on peut entre-apercevoir la subtilité, la beauté, de la mystique soufie… La richesse du propos, la connaissance des deux intervenants, nous emportent d’emblée dans un domaine peu exploré… mais rendu ici intelligible.
La conférence s’appuie essentiellement sur la tradition chiite qu’Henry Corbin fut l’un des premiers à étudier. 

Le travail sur soi dans l’anthroposophie

Le travail sur soi dans l’anthroposophie
Michel Joseph nous présente la démarche anthroposophique de Rudolf Steiner, avec une simplicité qui permet de comprendre immédiatement ce dont il parle. La voix est calme, la progression dans la transmission du sujet est logique, ce qui fait de son écoute un vrai bonheur.


ADAM DIEU ROUGE D' AMBELAIN ENFIN REEDITE


Voilà 72 ans, en pleine terreur nazie, paraissait aux éditions Niclauss, libraire-éditeur, 38, rue saint-Jacques, à Paris, un livre étrange, dont le titre ne l' était pas moins : Adam, dieu rouge, avec ce sous-titre explicatif :
L' Esotérisme judéo-chrétien. La gnose et les Ophites. Lucifériens et Rose-Croix, sous la signature de Robert Ambelain,
Le voici réédité par les Editions Signatura.

vendredi 22 novembre 2013

ALCHIMIE : un entretien avec Patrick BURENSTEINAS - scientifique écrivain et Patrick LELONG - journaliste



J'aurais dû lui dire, j'aurais pu lui dire, j'aurais su lui dire. Entretien avec Patrick BURENSTEINAS - scientifique écrivain et Patrick LELONG - journaliste

mardi 19 novembre 2013

mise en ligne des deux interviews et exposés suivante

L’incommensurable, une leçon de musique
Dominique Bertrand est un observateur des lois de la résonance et des effets psycho acoustiques à travers différentes traditions : sibériennes, mongoles, mexicaines et japonaises.
Sa pratique du chant des harmoniques s’appuie sur ces traditions, mais il a ajouté un plus à sa quête de diffraction de la voix humaine, à l’image de la lumière : la flûte japonaise shakuhachi.

Le tarot des tailleurs de pierres

Le tarot des tailleurs de pierres
Vous pensez presque tout savoir sur le tarot et votre opinion sur sa valeur hermétique vous est évidente et bien arrêtée ? Eh bien, que nenni ! Après avoir visionné cette conférence de Jean-Michel Mathonnière, le doute – ô combien source de réflexion ! – vous habitera et vous fera remettre en question certaines certitudes. Par exemple, pas d’origine égyptienne au tarot…


mardi 12 novembre 2013

Charles-Rafaël Payeur sera de nouveau en France

Charles-Rafaël Payeur sera de nouveau en France, à partir du week-end prochain, pour y présenter un nouveau cycle de conférences et d’ateliers.
Vous trouverez  le programme des activités proposées en cliquant sur le lien suivant : 

lundi 11 novembre 2013

BAGLIS TV présente

Nous avons le plaisir de vous informer de la mise en ligne des deux table-rondes suivantes:

Tradition et métapolitique 1/2

Tradition et métapolitique 1/2
Table-ronde animée par Thibault Isabel, rédacteur en chef de la Revue Krisis, avec David Bisson, historien des idées, et Jean-Marc Vivenza, philosophe, métaphysicien.
L’inventeur du concept de métapolitique n’est autre que Joseph de Maistre, qui pensait l’histoire comme une succession de rencontres, ou d’évitements, entre les hommes et les opportunités providentielles offertes par l’Eternel. Selon lui, les hommes sont reliés à une chaîne dorée…. et l’appartenance à cette chaîne reste éminemment subjective voire dangereuse : elle peut indifféremment engendrer des héros ou des monstres.

Tradition et métapolitique 2/2

Tradition et métapolitique 2/2
Suite de la table-ronde animée par Thibault Isabel, avec David Bisson, historien des idées, et Jean-Marc Vivenza, philosophe et métaphysicien.
L’oubli de la métaphysique, selon René Guénon, provoqua le passage des hommes de la méta-Histoire à l’histoire, avec comme conséquence les plaies du monde moderne : l’avoir étouffant l’être, la démocratie imposant le matérialisme, le matérialisme génèrant souffrance et uniformité (en lieu et place de son idéal : l’Unité).

dimanche 10 novembre 2013

ENTRETIEN avec // Gino SANDRI - Le GRAND LUNAIRE

ENTRETIEN avec // Gino SANDRI - Le GRAND LUNAIRE

Suite à la sortie de son livre publié chez Arqa ce mois-ci : « Le Grand Lunaire - Robert Ambelain et les milieux occultistes au début du XXe siècle », Gino SANDRI a bien voulu répondre à nos questions et entrer dans les coulisses de cette ténébreuse société secrète qui défraya les chroniques de son temps et qui est surtout connue aujourd’hui pour ces connexions avec l’affaire Fulcanelli. Un livre agrémenté de nombreux documents inédits qui apportent un éclairage prépondérant sur cette période tourmentée de la Belle Epoque et des décennies suivantes. Les Chroniques de Mars © septembre 2013

http://www.editions-arqa.com/editions-arqa/spip.php?article2787


vendredi 8 novembre 2013

Le Grand Manuscrit d' Alger Tome II - Entretien avec l' auteur, mon ami Georges Courts

Entretien avec Georges COURTS // Suite à la sortie de son nouveau livre, l’auteur du Tome Un du Grand Manuscrit d’Alger, a bien voulu répondre à nos questions ce mois-ci pour le numéro 12 des Chroniques de Mars. Comme toujours avec Georges COURTS la « langue de bois » est volontiers laissée au vestiaire et c’est sans animosité aucune mais avec un certain piquant, non dénué d’humour, que l’auteur érudit, un des très rares spécialistes du Martinésisme opératif en France, a bien voulu nous livrer ses impressions du moment et répondre très volontiers à nos questions en toute liberté de ton.



jeudi 7 novembre 2013

"Les Leçons de Lyon aux Elus Coëns" Comptes rendus des réunions que Louis-Claude de Saint Martin eut avec ses disciples à Lyon, sur la doctrine de M. de Pasqually. Présentation et notes de Robert Amadou

Préface de l’ouvrage "Les Leçons de Lyon aux Elus Coëns"
Le texte de Robert Amadou donné ci-après constitue la préface à son ouvrage magistral, Les Leçons de Lyon aux Elus Coëns, publié chez Dervy, dans la collection L’Esprit des Choses. Nous ne saurions que vous conseiller de vous procurer ce livre et de l’étudier en profondeur, de le méditer, le pratiquer enfin, car ces leçons sont indispensables à tout Elu Coën. En voici le sommaire :
http://www.ordre-de-lyon.com/martinisme/lecons-lyon.pdf


mercredi 6 novembre 2013



ESSAIS OCCULTES & ÉSOTÉRIQUES DE DION FORTUNE

Voici réuni en un volume différents essais de la célèbre Occultiste “Dion Fortune, de son vrai nom, Violet Mary Firth, 1890-1946. Traduit en Français de son vivant par un ami et disciple,  Francis Rolt-Wheeler (1876-1960), fondateur de la fameuse Revue l'Astrosophie.

Ces essais ont une forte valeur d'enseignements des fondements de base de l'Occultisme Occidental, clairement exprimé à travers la plume de cette femme hors du commun. Cet esprit éveillé nous soumet des pistes de réflexions, de méditations et de travail, bien loin des éternelles livres de recettes “magique”. Pas un mot de trop, pas une pensée inappropriée, Dion Fortune créée à travers ces essais, la parfaite synthèse entre les théories développées par la Société Théosophique de Mme Blavatsky, et les enseignements pratiques de la Golden Dawn. Un vrai régal pour les esprits curieux.

Préface Historique.
Bibliographie Contemporaine de Dion Fortune :
Essais & Études. Romans & Nouvelles Initiatiques.
• Les Maîtres Occultes.
• Le Maître Ésotérique Incarné.
• De la Méditation.
• La Prière de l’Initié.
• L’Ordre des Sciences Ésotériques.
• les Habitant du Monde Invisible : Les Désincarnés, les Âmes Projetées, les Hiérarchies, les Élémentaux, les Esprits de la Nature, les Démons et les Formes Pensées.
• De la Marée de I’Inconnu.
• L’Origine du Spiritisme dans l’Au-Delà.
• Spiritisme & Occultisme.
• L’Établissement de la Sphère de Yesod dans l’Aura.
• La Cabale dans les Talismans.
• La Méthode de la Cabale.
• La Vision Sublime de Pâques.
• La Consécration du Jardin.
• La Maladie du Cancer. Quelques spéculations sur la nature de cette maladie d’origine inconnue, du point de vue de la Philosophie Occulte.
• L’Occultisme dans la Race Celte .
• Celui qui devait Naître. Nouvelle est extraite de “The Secrets of Doctor Taverner”.
• Une Invocation d’Adonai Melekh ha-Aretz.
• Le Corps de Lumière.

200 pages, dos carré collé, couverture couleur.  Tirage limité à 100 exemplaires.

I.S.B.N.979-10-92176-04-9

22, 00 Euros. Port  France : 4, 50 Euros


LES OUTILS MACONNIQUES DU XXIe SIECLE : PLANCHES COMMENT LES REUSSIR , un petit guide bien pratique

  Extrait

Pourquoi ce livre ?

La planche maçonnique est un travail original par rapport à des activités profanes qui lui sont similaires. La planche n'est pas un discours, bien qu'elle exige une présentation orale, ni un exposé, alors qu'elle demande une structure solide, ni une confession, même si elle n'est belle et productive qu'en y mettant une dimension personnelle et introspective. Ce sont toutes ces composantes qui doivent être intégrées, elles en font la difficulté et la richesse.

Ma soeur, mon frère, ou toi, profane qui souhaites avoir des lumières sur l'activité maçonnique, nous allons ensemble scinder les difficultés. En tant qu'auteur, je souhaite t'apporter des méthodes simples, claires, précises, immédiatement applicables. Mon objectif, si tu es initié(e), est que ta future planche soit l'occasion d'un substantiel enrichissement personnel, et qu'elle soit un magnifique cadeau à offrir aux membres de ta loge, et à toi-même, par la joie qu'elle va te procurer, à la construire, puis à la dire.

Le travail du franc-maçon, c'est quoi ?

Notre culture occidentale aime et cultive l'analyse. Elle sépare la réflexion de la religion, le rationnel du spirituel. Elle prône des valeurs qui se doivent d'être universelles. La franc-maçonnerie, paradoxalement, se consacre à la recherche de la vérité, c'est-à-dire d'un tout cohérent, qui pourrait être tout aussi bien cosmique que personnel. Elle est donc une sorte de contre-culture. C'est de cet affrontement avec la réalité sensible et profane que naît la nécessité d'un travail personnel. Sans lui, le franc-maçon ou la franc-maçonne ne progresserait pas.

Assister aux tenues, écouter le rituel, les planches, les interventions des frères, est loin d'être suffisant. Cette activité peut être qualifiée de passive, dans la mesure où l'initié ne produit rien, ni pour lui ni pour ses frères. Même si, comme on peut l'espérer, ce qu'il reçoit des autres constitue un enseignement qui provoque un travail intérieur. Toutefois, on peut douter que cette façon de vivre son évolution initiatique soit suffisante.

Le travail personnel, soutenu, pugnace, est indispensable. Il est constitué de moments de réflexion, de travail sur soi, et sur son comportement. Il comporte aussi des recherches, des lectures, des méditations, des discussions, la présence régulière aux tenues, l'écoute attentive durant leur déroulement, des interventions orales, lorsque «la parole circule», et enfin, et surtout, des tracés de planches.

L'essentiel n'est pas dans l'aboutissement. Tout initié recherche la vérité, ou sa vérité, mais jusqu'à son dernier souffle, il est peu probable qu'il l'atteigne. C'est donc dans le cheminement initiatique, par un travail assidu et approfondi, qu'il va se réaliser. L'important est de marcher, et non pas d'arriver.

  Biographie de l'auteur

Pierre Audureau est normalien, agrégé de mathématiques et il a mené de front une carrière d'enseignant et une activité d'entreprise. Il est franc-maçon de Rite Ecossais Ancien et Accepté, membre de la loge anglaise 204, qui a été créée, à Bordeaux, en 1732 aux premiers temps de la franc-maçonnerie française. L'auteur a écrit des livres scientifiques et des essais consacrés à l'initiation maçonnique.
Editions Dervy 
ISBN :978-2-84454-976-1 
8,50 euros

samedi 2 novembre 2013

Les ENSEIGNEMENTS SECRETS DE LA GOLDEN DAWN

ou “les 36 FLYING ROLLS” du Second Ordre, R.R. et A.C.

Par Wynn Westcott, Samuel & Moina MacGregor Mathers, Florence Farr, Annie Hornimann,
Edward Berridge, John Williams Brodie-Innes & Co.


Voici la réédition de notre second volume de notre collection consacrée aux enseignements et aux pratiques de l’ORDRE HERMÉTIQUE DE LA GOLDEN DAWn, ou ORDRE HERMÉTIQUE DE L’AUBE DORÉE, pour la première fois reéunis en un seul volume, les fameux “FLYING ROLLS” du Second Ordre de la Golden Dawn, “L'ORDO ROSÆ RUBEÆ ET AUREÆ CRUCIS”. Trente-six documents qui étaient jusqu'alors réservés aux seuls Adeptii Minores 5°= 6·.

Ces documents traitent aussi bien de Théurgie, de Magie, d'Astrologie, de Tarot, de Talismanie, de Géomancie, du Voyage Astral par la Vision de l'Esprit, des Tattwas, de Magie Énochéenne, d'éthique Rosicrucienne mais aussi des enseignements et commentaires qui concernent les Rituels d'Initiations et les pratiques des membres de l'Ordre Intérieur.

Vous aurez également accès au “CURSUS D'ÉTUDES” qui était appliqué, aussi bien dans l'Ordre Extérieur de la G.D. que dans l'Ordre Intérieur de la R.R. et A.C., d'après les sources officielles, à travers des documents datant de 1888 à 1897.

Mais aussi, une biographie des plus éminents membres, rédacteurs de ces documents, William Wynn WESTCOTT, Samuel & Moina McGREGOR MATHERS, John Williams BRODIE-INNES, Florence FARR, Annie HORNIMANN, Edward BERRIDGE & Co ; biographie qui vous éclairera également sur l'histoire de cette éminente Fraternité Rosicrucienne que fut l'ORDRE HERMÉTIQUE DE LA GOLDEN DAWN à travers toutes ces années où Dieu prêta vie à ces protagonistes, ces fabuleux occultistes et grands érudits Britanniques du XIXe et du XXe Siècle.

I.S.B.N. 979-10-92176-05-6

362 pages, dos carré collé. De nombreuse Illustrations, dont 12 pages couleurs.

Prix : 32,00 Euros + port colissimo pour la France 5,50 Euros.

http://www.sesheta-publications.com/

vendredi 1 novembre 2013

Au-Delà de toutes les sublimations spirituelles et intellectuelles
de la philosophie et de la théologie, l' homme est prédisposé à aider l' homme-
Il a le devoir d' être frère.

AUJOURD' HUI LA TOUSSAINT : ECOUTE PLUS SOUVENT..............

Birago Diop

Né le 11 Décembre 1906 à Ouakam, un quartier de Dakar au Sénégal1933 : Etudes de médecine vétérinaire à l'Université de Toulouse
Rencontre avec Léopold Sédar Senghor 
Mariage avec Marie-Louise Paule Pradère le 5 avril 1934 
1937-1939 : Vétérinaire au Soudan 
1940 : Vétérinaire en Côte d'ivoire et Haute Volta 
1950 : Vétérinaire en Mauritanie 
1960-1965 : Ambassadeur en Tunisie 
1965 : Ouverture de sa clinique privée à Dakar 
Décédé le 25 Novembre 1989 à Dakar 



SOUFFLE, son poème préféré :

Écoute plus souvent
Les choses que les Êtres
La voix du Feu s'entend,
Entends la voix de l'Eau.
Écoute dans le Vent
Le Buisson en sanglots
C'est le Souffle des ancêtres.

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis
Ils sont dans l'Ombre qui s'éclaire
Et dans l'ombre qui s'épaissit.
Les Morts ne sont pas sous la Terre
Ils sont dans l'Arbre qui frémit,
Ils sont dans le Bois qui gérnit,
Ils sont dans l'Eau qui dort,
Ils sont dans la Case, ils sont dans la Foule
Les Morts ne sont pas morts.

Écoute plus souvent
Les Choses que les Êtres
La Voix du Feu s'entend,
Entends la Voix de l'Eau.
Écoute dans le Vent
Le Buisson en sanglots :
C'est le Souffle des Ancêtres morts,
Qui ne sont pas partis
Qui ne sont pas sous la Terre
Qui ne sont pas morts.

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :
Ils sont dans le Sein de la Femme,
Ils sont dans l'Enfant qui vagit
Et dans le Tison qui s'enflamme.
Les Morts ne sont pas sous la Terre
Ils sont dans le Feu qui s'éteint,
Ils sont dans les Herbes qui pleurent,
Ils sont dans le Rocher qui geint,
Ils sont dans la Forêt, ils sont dans la Demeure,
Les Morts ne sont pas morts.

Écoute plus souvent
Les choses que les Êtres
La voix du Feu s'entend,
Entends la voix de l'Eau.
Écoute dans le Vent
Le Buisson en sanglots
C'est le Souffle des ancêtres.

II redit chaque jour le Pacte,
Le grand Pacte qui lie,
Qui lie à la Loi notre Sort,
Aux Actes des Souffles plus forts
Le Sort de nos Morts qui ne sont pas morts,
Le lourd Pacte qui nous lie à la Vie.
I-a lourde Loi qui nous lie aux Actes
Des Souffles qui se meurent
Dans le lit et sur les rives du Fleuve,
Des Souffles qui se meuvent
Dans le Rocher qui geint et dans l'Herbe qui pleure
Des Souffles qui demeurent
Dans l'ombre qui s'éclaire et s'épaissit,
Dans l'Arbre qui frémit, dans le Bois qui gémit
Et dans 1' Eau qui coule et dans I' Eau qui dort,
Des Souffles plus forts qui ont pris
Le Souffle des Morts qui ne sont pas morts,
Des Morts qui ne sont pas partis,
Des Morts qui ne sont plus sous la Terre.

Écoute plus souvent