*** ci-dessous "Livres-mystiques".: un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011

*** ci-dessous "Livres-mystiques".:  un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011
50.000 pages, cliquer sur un ange pour accéder au site

samedi 29 juin 2013

Le Traité sur les communications, un texte inédit qui semble bien être de Saint-Martin :


mise à jour, Le Traité sur les communications, un texte inédit qui semble bien être de Saint-Martin :

http://www.philosophe-inconnu.com/Etudes/traite-sur-les-communications.html

Ce traité aborde le sujet des "manifestations sensibles", qui intéressaient tant les coëns. Cet article me permet de revenir un sujet qui nous intéresse, la copie levée par Prunelle de Lière du Traité sur la réintégration .

Dominique Clairembault

vendredi 28 juin 2013

CATALOGUES DE LIVRES ANCIENS ET MODERNES : VIENT DE PARAITRE

Librairie
Le Songe de Polia
Ariane Touze
7, rue Pascal
94250 - Gentilly
 
Vous pouvez commander le nouveau catalogue N° 10 de 2013 à
songedepolia@sfr.fr
TEL.: 01.46.16.04.28
Mobile : 06.85.18.49.52

incontournable
190-CHAUVET, Auguste-Edouard. Esotérisme de la Genèse. Traduction ésotérique commentée des dix premiers chapitres du Sepher Bereschith. Paris et Limoges, 1946-1947, 5 volumes in-4, brochés, 988 ; 32 pp. (pagination continue). Petites restaurations au dos et en bord intérieur du 1er plat de couverture du tome I, quelques rares traits de stylo en marge des premiers feuillets du même tome. Une trace de pli au petit volume d’annexe. Tomes II, III et IV non coupés. Ensemble fort rare bien complet du supplément de cette traduction du Sepher Bereschith ou Livre de la Genèse établie par le Dr Chauvet, connu également sous le pseudonyme de Saïr. Les connaissances de ce dernier en matière d’hébraïsme proviennent pour une grande part des travaux d’un « Pieux hébraïsant », l’abbé Auguste Latouche, Chanoine d’Angers, auteur de diverses grammaires et lexiques (Dictionnaire hébreux initiant à la science de toutes les langues, 1845 – Panorama des langues, 1836, etc.). Chauvet fut par ailleurs un proche de Saint-Yves d’Alveydre. Il collabora partiellement à la première édition de L’Archéomètre. Il suivit un certain temps, à partir des années 1900, l’enseignement de Papus et fut admis dans l’Ordre martiniste où il devint Saïr. Il collabora également au début des années vingt avec Octave Béliard, Léo Gaubert et James Chauvet, son homonyme. Mais, parmi ses plus proches, il convient essentiellement de signaler le Dr Lalande (Marc Haven). La publication de son oeuvre majeure, ici présente, est publiée en majeure partie à titre posthume sous le contrôle de son dernier disciple, l’abbé Eugène Bertaud (Saïrides) qui s’intéressera entre autre de très près aux écrits de Nostradamus. Voir à propos de cette somme la publication de Robert Amadou : « De la langue hébraïque restituée à l’Esotérisme de la Genèse ». 480 €
----------------
 
Librairie du Graal
15, rue Jean-Jacques Rousseau
75001 - Paris
 
vous pouvez commnander le nouveau catalogue été 2013 à
TEL.: 01.42.36.07.60
Télécopie : 01.42.36.45.58
pal de mail

jeudi 27 juin 2013

 
Illustration Robert Amadou
 
&
 
« Catherine Amadou et les trois enfants de Robert Amadou
(conjoint survivant donataire et héritiers de R.A.)
tiennent à vous informer que
la Bibliothèque de Robert Amadou
a fait l’objet d’un important vol
(plus de 5 000 livres, XVIe - XXIe siècles, des manuscrits)
Ils mettent en garde les amateurs sur l’origine frauduleuse
des livres ou des papiers qui en proviendraient.
Cette origine frauduleuse étant d’ailleurs souvent ignorée
des intermédiaires qui mettent en vente
tel ouvrage dédicacé à R.A. par un grand nom de la littérature ou tel rare document d’archives d’un cercle martiniste de la Belle Epoque.
La famille met en ce moment en place un dispositif juridique pour faire valoir ses droits. »

suite sur
http://sergecaillet.blogspot.fr/

mercredi 26 juin 2013

Revue L'Initiation Traditionnelle. Le numéro 2 de 2013 est paru - Téléchargez-le gratuitement

Revue L'Initiation Traditionnelle

Le numéro 2 de 2013 est paru - Téléchargez-le gratuitement

 
 
Revue L'Initiation Traditionnelle
La revue L’Initiation est la revue de référence de la Tradition initiatique occidentale et gnostique dont le martinisme et la franc-maçonnerie sont les deux plus fidèles représentants.
Créée en octobre 1888 par Papus (Dr Gérard Encausse), elle a cessé de paraître en 1914 pour réapparaître en 1953 grâce à son fils le Dr Philippe Encausse. Sa parution est trimestrielle.
Depuis 2013, elle est publiée au format numérique sous forme de fichier pdf et se nomme L'Initiation Traditionnelle.
Lire la suite
 
L'Initiation Traditionnelle n°2 de 2013

Téléchargez votre revue en cliquant sur l'image
de couverture ci-dessous.
 
Revue L'Initiation
Traditionnelle, numéro 2 de 2013
 
     
 

Cher, chère Claude ,

 
 

Le numéro 2 de l'année 2013 de la Revue L'Initiation Traditionnelle est paru

A partir de 2013, la revue L'Initiation devient une revue en ligne qu'il vous est possible de télécharger gratuitement sur le site Web Papus.info au format pdf. A cette occasion, la revue L'Initiation se nomme désormais revue L'Initiation Traditionnelle pour bien préciser son caractère traditionnel.
Sommaire du numéro 2 de 2013 :
  • Editorial
  • Moïse l’Egyptien, vigneron de Dieu, par Ernest Chenière
  • La pensée : une organisation montante chez un penseur libre !, par Arthur Brunier-Coulin
  • La danse sacrée de Pharaon, par Josselyne Daul
  • Les livres
  • Adieu chère Aude

Découvrez également le numéro 1 de 2013 et les 4 numéros de l'année 2012

Pantacle Martiniste
Vous pouvez télécharger le numéro 1 de 2013 en cliquant ici : numéro 1 de 2013
Vous pouvez télécharger les 4 numéros de 2012 en cliquant ici : 4 numéros de 2012
Les couvertures et sommaires des 4 derniers numéros sont visibles ci-dessous.
Toutes les informations concernant la revue L'Initiation Traditionnelle sont disponibles sur le site officiel Initiation.fr
 
 Numéro 1 de 2013
Revue L'Initiation Traditionnelle, numéro 1 de 2013
 Numéro 2 de 2012
Revue L'Initiation, numéro 2 de 2012
Numéro 3 de 2012
Revue L'Initiation, numéro 3 de 2012
Numéro 4 de 2012
Revue L'Initiation, numéro 4 de 2012
  
 

Sommaires du numéro 1 de 2013

  • Editorial
  • Alighieri Dante et son Temps, par Annie Delcros
  • Albert Poisson, par Nicodème
  • Les mystères de la mort, selon Saint-Yves d’Alveydre, commentés par Yves-Fred Boisset
  • Pèlerinage aux sources de méditations, par Marcus
  • Les livres
  • Les revues

dimanche 23 juin 2013

Mgr Joseph René Vilatte, un homme d'exception

  • Broché: 55 pages
  • Editeur : Lulu.com (10 mars 2013)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 1291333118
  • ISBN-13: 978-1291333114
  • Dimensions du produit: 21 x 14,8 x 0,3 cm
  • Chez Lulu.com : http://www.lulu.com/shop/rapha%C3%ABl-steck/monseigneur-joseph-ren%C3%A9-vilatte-une-vie-en-image/paperback/product-20740625.html
    et votre libraire habituel







    vendredi 21 juin 2013

    LEMEGETON - CLAVICULA SALOMIS REX - COLLECTION GRIMOIRES


     
     
    La Petite Clavicule du Roi Salomon. 

    L'Art de la Magie Cérémonielle pour Commander aux Bons & aux Mauvais Esprits.

    D'après les manuscrits des 16e, 17e & 18e Siècles : Ms Sloane 2731, Ms 3648, Ms 3825 ; Ms Harley 6483 de la British Library, et du Ms 4665 du Wellcome Institute.

    Traité en 4 Livres :I. Ars Gœtia. L'Art de la Gœtie.
    II. Ars Theurgia-Gœtia. L'Art de la Théurgie-Gœtie.

    III. Ars Paulina. L'Art Paulin de Salomon.

    IV. Ars Almadel Solomonis. L'Art Almadel de Salomon.
    Introduction.
    Des centaines d'illustrations dont les Illustration de la Gœtie de Louis Breton.
    Des centaines de Sceaux des Esprits, selon différents Manuscrits. 
    Édition comparée des manuscrits.
    Cinq Appendices

    Livre Grand Format 20 x 28 cm. 256 pages. Tirage limité à 200 exemplaires numérotés.


    ISBN-13 : 979-1092176032  

    Prix :   26, 00 Euros.Port pour la France : 6, 50 Euros

     

    Note de l' éditeur : http://dervy-medicis.com  
    ISBN 978-2-84454-959-4
    14X22
    363 pages

    Edition revue et augmentée de documents  inédits

    AUTEUR : SERGE CAILLET

    Sujet - Monsieur Philippe (1849-1905), fut perçu comme le "père des pauvres" par certains, un prodigieux guérisseur ou thaumaturge par d' autres, tandis que la médecine officielle échoua à le comprendre et chercha en vain à le discréditer et lui interdire d' exercer.

    Vénéré par ses malades , il soigna avec succès les âmes et les corps de nombreux cas désespérés. Il a œuvré, prié, et vécu sur terre, conscient d' être à sa façon un messager de Dieu. A ce titre, il entrtenait des relations privilégiées avec certains souverains et monarques d' Europe comme Nicolas II.

    LES POINTS FORTS
    - Deux documents publiés pour la première fois viennent fort utilement illustrer cette biographie :
    - le carnet du Dr Encausse dans lequel celui-ci a relevé et classé des propos de Monsieur Philippe.
    - un journal anonyme de comptes rendus de séances de guérisons et d' enseignements.

    POUR QUI ?
    Pour tout public

    L' AUTEUR - Serge Caillet est un grand de l' ésotérisme.

    jeudi 20 juin 2013

    Les Méditations initiatiques de Constant Chevillon

    Les Méditations initiatiques de Constant Chevillon

    Depuis presque soixante-dix ans qu’il a rejoint son Maître, la vie, l’œuvre, le martyr de ce gnostique moderne n’en finissent pas de nous émouvoir. Formé à bonne école, c’est-à-dire au séminaire, à la Faculté de Lettres de Lyon et à l'abbaye de Solesmes, Constant Chevillon (1880-1944) enseigna la philosophie religieuse chez les Jésuites, puis il entra en occultisme, rencontra Papus et devint le plus proche collaborateur de Jean Bricaud. Sans préjudice d’une carrière exemplaire dans le milieu bancaire, il assumera, à partir de 1934, la grande maîtrise du rite de Memphis-Misraïm et celle de l’Ordre martiniste, alors indissociables de l’Eglise gnostique universelle dont il fut élu patriarche. Dix ans plus tard, la mort la plus horrible viendra le surprendre à Lyon, où elle a pris les traits des Miliciens qui l’on assassiné, une nuit de mars 1944.
    suite sur http://sergecaillet.blogspot.fr

    mercredi 19 juin 2013

    BAGLIS TV présente : Surréalisme, romantisme noir et celtisme

    Nous avons le plaisir de vous informer de la mise en ligne des exposés suivants suivants:

    Surréalisme, romantisme noir et celtisme

    Surréalisme, romantisme noir et celtisme
    Si l'intérêt des surréalistes pour le romantisme noir (celui d'Horace Walpole ou de Clara Reeve par exemple) compris comme résurgence de ce refoulé qu'est dans les îles britanniques la culture celte et le côté obscur des Lumières, se manifeste dès les années 20;  il faut attendre les lendemains de la seconde guerre mondiale pour les voir se pencher sur le celtisme,
    Voir la vidéo

    Le numéro 168 de Renaissance Traditionnelle (daté d’octobre 2012)...

     
    Renaissance Traditionnelle met le martinisme à l'honneur
    Serge Caillet nous informe :
    Le numéro 168 de Renaissance Traditionnelle (daté d’octobre 2012) nous offre son lot de trouvailles martinistes. Marchand dans les pas de Robert Amadou, Catherine Amadou a découvert en 2011 un nouveau manuscrit du Traité sur la réintégration de Martines de Pasqually, de la main de Prunelle de Lière, conservé dans le fonds du même nom, bien connu des chercheurs, à la Bibliothèque municipale de Grenoble. Passé inaperçu depuis son entrée à la BMG, ce manuscrit n'a pas échappé à la sagacité de Catherine Amadou, qui nous en fournit ici une analyse documentée.
    suite sur
    http://institut-eleazar.blogspot.fr/
     
    Bonjour Monsieur,
     
    J’ai observé votre site de plus prêt – Bravo pour votre travail – c’est une vraie mine d’or !
     
    Je me permets de vous signaler également le site ami des éditions Beya, qui mettent tout en œuvre pour un renouveau hermétique. Ils travaillent notamment autour des œuvres de Louis Cattiaux (le Message Retrouvé) et ont récemment publiés les œuvres de Dorn, disciple de Paracelse (inédit), ainsi qu’un traité « Questions Homériques » qui recueille tous les commentaires sur Homère depuis l’Antiquité – un must ! A noter également, la correspondance entre Cattieux et Guénon récemment publiée… et bien d’autres choses encore !
     
    Vous y trouverez également de nombreux articles, revues et liens sur la Tradition, l’Art, l’alchimie etc.
     
     
    Si vous avez des questions n’hésitez pas, surtout !
     
    Merci encore pour votre soutien.
     
    Bien à vous,
     
    Antoine de Lophem
     
    Librairie ARCA
    Rue du Lambais 70
    B-1390 Grez-Doiceau
    Belgique
    0032(0)479 47 45 42
     
     

    La nature de l’Ordre maçonnique


    CM
    Le Régime écossais rectifié est construit comme chacun sait en trois cercles concentriques :
    • Deux classes ostensibles :
      • La classe maçonnique
      • L’Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte
    • Une classe seulement connue de ceux-là mêmes qui la composent
     
    Nous souhaitons identifier dans cette courte étude la nature de la classe maçonnique avant d’étudier dans un second texte la nature de l’Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte.
     
    Il ne s’agit pas ici de faire une dissertation érudite qui n’aura pas sa place sur un site web : nous souhaitons simplement tenter une définition de ce qu’est la Franc-maçonnerie telle que la propose le Régime écossais rectifié. Pour réussir cet essai de définition, nous avions plusieurs textes à notre disposition. En effet, le Régime écossais rectifié a cet avantage d’avoir transmis à ses membres contemporains des écrits de l’époque de sa fondation permettant une bonne compréhension du dessein des fondateurs de ce système maçonnique resté intact depuis sa création en 178-1782. Mais d’une part nous ne voulons pas ici trop dévoiler les textes rituéliques (même si, malheureusement, ils se trouvent, facilement pour la plupart, en librairies ou sur le web) et d’autre part nous considérons qu’un texte publié sur le web nécessite un certain esprit de synthèse.
     
    Nous nous appuierons donc uniquement sur trois textes :

     

    dimanche 16 juin 2013

    ARCA LIBRAIRIE : Catalogue N°4 – Juin 2013



    Cher(e)s ami(e)s bibliophiles et quêteurs en tous genres,

    voici leur nouveau catalogue que vous pouvez consulter en cliquant ici. Liste des livres catalogue 2013

    Vous y voyagerez entre autres parmi :

    - Les fac-similés des Heures de Bruxelles, les petites Heures, Heures de Turin-Milan…

    - Les traces d’Égypte et de l’Antiquité avec Mayassis, Enel, Roux, Slosman, sans oublier l’incontournable « Questions Homériques » de Hans van Kasteel.

    - Le monde ésotérique où nous suivrons le « Rassemblement des aigles d&rsq uo;Ittahor », Schwaller, Pernety et Grillot de Givry mais aussi la traduction inédite des œuvres de Dorn, disciple de Paracelse et une magistrale étude sur le symbolisme belge fin 19
    - Des ouvrages maçonniques dont « L’Apocalypse » de Van Hamme avec un dessin original, Lantoine, Dupuy, Taxil…

    - De nombreux ouvrages de magie, astrologie, philosophie, judaïca, littérature initiatique, arts divinatoires, médecines, Islam, radiesthésie, théosophie, etc.

    Antoine de Lophem
    Rue du Lambais 70
    B-1390 Grez-Doiceau Belgique
    0032(0)479 474542

    
    info@arca-librairie.com

    Catalogue N°4 – Juin 2013
    http://www.arca-librairie.com/pdfs/Catalogue_juin_2013.pdf
     
    Les ouvrages sont consultables à la librairie, sur rendez-vous.

    Vous trouverez des photos pour la plupart de nos articles ainsi que d’autres livres sur notre site :

    www.arca-librairie.com




     
     

    samedi 15 juin 2013

    Des pensées, des citations et des textes pour réfléchir et rêver.

     
    La rose
    ~~~~~~

    Un certain homme planta une rose et l' arrosa fidèlement, et avant qu' elle ne fleurisse Il l' examina. Il vit le bouton qui fleurirait bientôt et aussi les épines. Et il pensa, "Comment est-il possible qu' une fleur si magnifique provienne d' une plante chargée d' autant d' épines pointues ?"

    Attristé par cette pensée, il négligea d' arroser la rose et avant qu' elle ne fut prête à fleurir elle mourut.

    Il en est ainsi pour beaucoup.

    A l 'intérieur de chaque âme il y a une rose. Les qualités divines plantées en nous à la naissance grandissent parmi les épines de nos erreurs. Beaucoup d' entre nous se regardent eux-mêmes et voient seulement leurs épines leurs défauts.

    Nous désespérons, en pensant peut-être que rien de bon ne peut sortir de nous. Nous négligeons d' arroser le bien qui est en nous, et finalement, il meurt.

    Nous ne réalisons jamais notre potentiel. Quelques personnes ne voient pas la rose à l' intérieur d' elles-mêmes quelqu'un d' autre doit la leur montrer. Un des dons les plus extraordinaires qu' une personne puisse posséder est d' être capable de passer à travers les épines et de trouver la rose à l' intérieur des autres.

    C' est la caractéristique de l' amour, de regarder une personne et connaissant ses erreurs, de reconnaître la noblesse dans son âme. Et de l' aider à réaliser qu' elle peut dépasser ses erreurs. Si nous lui montrons la rose, elle fera la conquête des épines. Alors elle fleurira, et plus loin fleuriront trente, soixante une centaine de plants comme celui qui lui a été donné.

    Notre devoir en ce monde est d' aider les autres en leur montrant leurs roses et non leurs épines. Alors seulement nous atteindrons l' amour que nous devrions ressentir pour chacun alors seulement nous fleurirons dans notre propre jardin.

    ~~~

    Apprendre à méditer " sans but ni profit ", pour le plaisir d' être, et d' aimer la lumière. " L'amour est à lui-même sa propre récompense ", disait saint Bernard. " La rose fleurit parce qu' elle fleurit sans pourquoi ", disait encore Angelus Silesius.

    ~~~

    La rose rouge, dans la symbolique chrétienne, représente les plaies du Christ, et donc, l'amour céleste. Cette rose est appelée Rosa Candida dans la Divine Comédie de Dante. La rose blanche représente quant à elle, la perfection et la Vierge. La poésie courtoise au Moyen Age considérait au contraire la rose comme le symbole de l'amour terrestre, bien que cet amour soit épuré, sublimé et d'essence quasi mystique. C'est ainsi qu'on la retrouve dans la première partie du Roman de la Rose, qui se déroule dans un jardin merveilleux, un hortus conclusus engendré par la puissance du rêve. La figure de la "dame" tend à s'assimiler à celle de la Vierge Marie ; la rose, depuis lors, est restée un symbole amoureux.

    ~~~

    La rose est donc un des symboles de l'amour. Son parfum, sa beauté et sa grâce, sont autant de thèmes pour les poètes. Ils l'ont chanté avec passion et mystère. Voici une sélection des plus beaux poèmes.

    ~~~

    L'Antiquité faisait remonter l'origine de la rose à la mort d'Adonis, l'amant d'Aphrodite, dont le sang avait fait naître les premières roses rouges. La rose devint alors le symbole de l'amour qui parfois vainc la mort et aussi celui de la renaissance.

    ~~~

    Le Petit Prince vit avec sa rose une histoire d'amour difficile. Sa rose est en effet souvent "capricieuse", parfois "orgueilleuse" et dans tous les cas, "pas trop modeste". Elle exige ses petits déjeuners quand elle a faim, son paravent pour les courants d'air et son globe dès que le froid se fait sentir ! Et le Petit Prince s'exécute avec bonne volonté jusqu'au jour où cette situation le rend trop malheureux. Il décide alors de voyager pour découvrir l'univers. Ce voyage lui apprendra une des choses les plus importantes pour lui : son amour pour sa rose. Le renard son ami, sage de son expérience, lui révèle un précieux secret. Ce secret est aujourd'hui un des plus connus au monde ("même si les hommes ont oublié cette vérité").
    C'est grâce au Petit Prince que tout le monde se souvient de cette maxime :
    L'essentiel est invisible pour les yeux. Or, vous souvenez-vous de ce qui suit ?
    C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose...
    Ainsi c'est le renard qui lui fait comprendre que sa rose est unique au monde et le Petit Prince se rend compte, avec un peu de recul, qu'il était "trop jeune pour savoir l'aimer".

    ~~~

    Le Roman de la Rose , écrit vers 1230 par Guillaume de Lorris, raconte les étapes initiales d'un parcours amoureux au milieu d'un "jardin d'Amour". Ce texte est la mise en récit, à travers la fiction d'un songe autobiographique, des thèmes de la lyrique courtoise, une sorte de synthèse poétique de la fin'amor , un art d'aimer complexe et subtil, dans lequel l'allégorie est utilisée avec beaucoup de légèreté.

    ~~~

    La rose est donc un des symboles de l'amour. Son parfum, sa beauté et sa grâce, sont autant de thèmes pour les poètes. Ils l'ont chanté avec passion et mystère. Voici une sélection des plus beaux poèmes.


    Prends cette rose aimable comme toi, Qui sers de rose aux roses les plus belles, Qui sers de fleur aux fleurs les plus nouvelles, Dont la senteur me ravit tout de moi.* Prends cette rose, et ensemble reçoi Dedans ton sein mon coeur qui n'a point d'ailes : Il est constant, et cent plaies cruelles N'ont empêché qu'il ne gardât sa foi. La rose et moi différons d'une chose : Un soleil voit naître et mourir la rose, Mille Soleils ont vu naître m'amour,** Dont l'action jamais ne se repose. Que plût à Dieu que telle amour enclose, Comme une fleur, ne m'eût duré qu'un jour.

    Prends cette rose... Pierre de Ronsard (1524-1585) Amours de Cassandre, XCVI

    ~~~

    De mémoire de rose...
    Si les roses qui ne durent qu' un jour faisaient des histoires... elles diraient: "Nous avons toujours vu le même jardinier; de mémoire de rose on n' a vu que lui... assurément il ne meurt point comme nous, il ne change seulement pas."

    Bernard Le Bovier de Fontenelle, 1657-1757, philosophe et poète français. Entretiens sur la pluralité des mondes.

    ~~~

    L' homme d' affaires qui se lève à l' aube pour s' occuper de ses roses avant sa journée de travail en ville, qui est prêt, si nécessaire, à sortir avec une bonne lanterne une nuit de novembre pour vérifier si la terre a la condition idéale pour planter immédiatement les quelques rosiers standards ou nains qui viennent d' arriver, qui, plus tard dans l' hiver, sortira dans le noir et la neige pour protéger un peu plus ses parterres, voilà une sorte d' homme qui me plaît et qui plaît aux roses aussi.

    Révérend Melliar "Le livre de la rose"

    ~~~

    Y-a-t-il une oreille assez fine pour entendre le soupir des roses qui se fanent ?

    ~~~

    De mémoire de rose on n' a vu mourir un jardinier.

    Julos Beaucarne, poète et chansonnier belge. De mémoire de rose. (Chanson)

    ~~~

    Les roses sont rouges et les bleuets sont mauves. Pourquoi ?

    ~~~

    La main qui garde une rose, en garde à jamais le parfum.

    ~~~

    Je regarde une rose Et je suis apaisé.

    Victor Hugo (1802-1885)

    ~~~

    "Elle m'embaumait et m'éclairait. Je n'aurais jamais dû m'enfuir ! J'aurais dû deviner sa tendresse derrière ses pauvres ruses. Les fleurs sont si contradictoires ! Mais j'étais trop jeune pour savoir l'aimer."

    ~~~

    Les éléments symboliques du Roman de la Rose


    Ils sont nombreux, toujours à triple sens, évidemment, et relativement éparpillés au sein d' un récit par ailleurs touffu et signifiant.
    Je vais tenter de les énumérer, sans trop les couper de leur contexte.

    ~~~

    La Rose

    Le premier élément symbolique, bien évidemment, c' est la Rose, qui donne son titre au roman.
    Cette Rose que Clément Marot chantera trois siècles plus tard, dans son poème :


    " De la Rose envoyée pour Estreines ":
    La belle Rose à Venus consacrée
    L'Oeil & le Sens de grand plaisir pourvoit
    Si vous diray, Dame qui tant m' agrée,
    Raison pourquoy de rouges on en voit.
    Ung jour Venus son Adonis suyvoit
    Parmy Jardins pleins d' Espines & Branches
    Les Pieds tous nudz & les deux Bras sans manches ;
    Dont d' ung Rosier l' Espine luy mesfeit.
    Or estoient lors toutes les Roses blanches,
    Mais de son sang de vermeilles en feit.
    De ceste Rose ay ja faict mon proffit
    Vous estrenant, car, plus qu' à aultre chose,
    Vostre Visage en doulceur tout confict
    Semble à la fresche & vermeillette Rose.


    ~~~

    Blanche ou rouge, la rose est la fleur symbolique par excellence, et plus spécialement pour les alchimistes, qui intitulent d' ailleurs souvent leurs traités : Rosier des philosophes. C' est dire que, dans cette acception, cueillir la rose au rosier signifie trouver la pierre philosophale, c' est-à-dire atteindre la Lumière de la Connaissance.

    Le processus alchimique comporte trois étapes principales, que l' on appelle l' œuvre au noir, l' œuvre au blanc ou petit œuvre et l' œuvre au rouge, ou grand œuvre. La rose blanche est liée au petit œuvre et la rose rouge au grand œuvre. Autrement dit, la rose symbolise le processus alchimique, et la rose rouge plus particulièrement l' obtention de la pierre philosophale, et par extension, la pierre elle-même. Donc, tout récit dans lequel une rose tient une place importante peut être soupçonné de dissimuler un sens alchimique.

    Mais bien sûr, ce seul élément n' est pas suffisant pour apporter une certitude.

    ~~~

    L' Amour

    Le second élément est l' Amour.

    L' Amour symbolise la Foi qui anime les Alchimistes, leur certitude que le chemin qu' ils ont choisi est le bon, leur persévérance à travers les obstacles, les difficultés, les échecs, la ruine parfois ; leur amour, en un mot, pour l' œuvre entreprise. Leur science est d' ailleurs constamment appelée Science d' Amour, et leurs traités, également, parfois, "Miroir des Amoureux", ce qui nous rappelle la citation ci-dessus.

    ~~~

    Le Miroir

    Comme troisième élément nous trouvons donc le miroir, d' où jaillissent soit la vie soit la mort, et qui est symbolisé par la fontaine.

    Deux fontaines sont décrites au cours du roman.

    Au début, au centre du jardin carré de Déduit, est la Fontaine de Narcisse. Au fond de son bassin se trouvent deux pierres de cristal qui reflètent, suivant le côté où on les regarde, une moitié ou l' autre du jardin. Cette première fontaine, si trouble que " quiconque y met la tête pour se mirer n' y voit goutte ", c' est le but du premier œuvre, le dissolvant universel, la coction au cours de laquelle le mercure et le soufre seront unifiés par le sel et, par la putréfaction, mèneront à l' œuvre au noir.

    Ceux qui liront le Roman remarqueront peut-être qu' il y est question, à certain endroit, d' un troupeau de moutons blancs et noirs qui doivent être séparés. Si cela les intéresse, ils pourront aller voir au musée de Cluny (Ce tableau se trouvait auparavant à l' église Saint-Merri.) à Paris, un tableau représentant Sainte-Geneviève gardant ses moutons, et qui n' est pas sans rapport avec ce symbole.

    A la fin, est la Fontaine de Vie, située au centre du Parc de l'Agneau, qui a la forme d' un cercle parfait. Et au fond est placée une escarboucle admirable, dont les vertus sont longuement décrites. Cette escarboucle flamboyante, c' est évidemment la Pierre Philosophale, située au centre du Paradis Terrestre ouvert à l' Adepte, et dont, comme l' a signalé René Alleau, " il n' a jamais été indiqué qu' il eut été définitivement perdu ".

    Quant au passage du carré au cercle, de la table carrée rationnelle à la table ronde mystique, il nous rappelle que seule la corde à douze nœuds des druides permet, comme le firent tous les compagnons constructeurs, de résoudre la quadrature du cercle, dont la solution mathématique reste introuvable.

    Cf La Cathédrale de Chéops et la Pyramide de Chartres

    Tout comme l' alchimiste doit laisser l' oeuvre s' accomplir avec l' aide du temps, en respectant le rythme et la durée des cycles cosmiques, Guillaume de Lorris fait dire à Bel-Accueil :

    " Je serais bien quinaud si j' avais ôté le bouton de son rosier... Laissez-le croître et s' amender. Je ne voudrais le cueillir pour rien au monde, tant je l' aime ".

    Ceci nous dit clairement que l' œuvre doit être poursuivie jusqu' à son terme pour être accomplie, que le compost évolue, et qu' il ne doit être ôté de l' athanor qu' après maturité.

    Quelques vers plus loin, l' Amant ajoute d' ailleurs :

    "Lorsque je me fus approché de la rose, je la trouvai un peu grossie, et remarquai qu' elle avait crû depuis que je ne l' avais vue de près ; elle s' élargissait par en haut ; je vis avec plaisir qu' elle n'était pas ouverte au point de découvrir la graine, mais qu' elle était encore enclose de ses feuilles qui se tenaient droites et remplissaient tout le dedans. Pleine et épanouie, elle était, Dieu la bénisse!, plus belle et plus vermeille qu' auparavant. Je m' ébahis de la merveille et je sentis qu' Amour m' enlaçait de ses liens plus fort que jamais."

    Derrière l' allégorie sexuelle évidente, le processus alchimique est bien caché, mais aussi bien présent.




    Un autre élément me renforce dans ma conviction de la signification symbolique du roman.

    Pour protéger la rose contre l' amant, Jalousie l' enferme à double tour :

    " Il est temps maintenant que je vous dise ce que fit Jalousie. Il n' y a dans le pays maçon ou pionnier qu' elle ne mande, et elle fait creuser tout d' abord à grand frais autour des rosiers un fossé très large et très profond, puis les maçons élèvent au-dessus un mur de carreaux taillés... Le mur forme un carré bien régulier, et chacun des pans a dix toises... Au dedans, au milieu de l' enceinte, les maîtres de l' œuvre construisent avec grande habileté une tour puissante, large et haute... La tour est toute ronde ; il n' en est pas de plus riche ni de mieux aménagée au-dedans ..."

    Cette forteresse est à l' image du Louvre primitif de Philippe-Auguste, dont la signification symbolique est la suivante : l' enceinte carrée évoque un domaine terrestre et matériel, tandis que la tour, dans sa verticalité, est le lien entre le ciel et la terre où elle est plantée, rejoignant ici très clairement le symbolisme de l' arbre, autre Symbole souvent utilisé par les Alchimistes.




    Au Chap VII du Roman, à Raison qui l' exhorte à quitter le dieu Amour pour suivre ses conseils, l' Amant répond :

    " Dame, je ne puis ; il me faut servir mon maître qui me fera mille fois plus riche, quand il lui plaira, car il doit me donner la Rose, si je sais bien la mériter. Dans ce cas, je n' aurai pas besoin d' autres richesses ... "

    Allusion évidente, bien qu' au troisième degré de lecture, à l' acquisition de la "science d' amour" qui s' obtient par l' intelligence du cœur, par opposition à la science de Raison "la pauvrette" qui ne mène qu' à la richesse matérielle. C' est l' accomplissement de l' Oeuvre qui donne la Richesse absolue, au plan spirituel.




    La fin du roman peut paraître claire : l' allégorie érotique y est si évidente qu' il semble superflu d' y chercher autre chose. On ne saurait pourtant douter qu' il y soit question, sous la description à peine voilée des efforts et des laborieuses réitérations qu' accomplit l' amant pour déflorer sa partenaire, et mener à bonne fin l' acte d' amour, d' une besogne moins profane.

    Voici comment l' auteur lui-même évoque les travaux d' Hercule qui constituent la phase difficile entre toutes de la préparation que l' artiste doit accomplir au printemps, sous le signe du Bélier :

    " Il me fallut l' attaquer fortement, souvent heurter, souvent faillir. Si vous m' aviez vu behourder, il vous serait souvenu d' Hercule quant il voulut tuer Cacus : trois fois il assaillit la porte, trois fois y renonça et s' assit dans la vallée, exténué, pour reprendre haleine, tant il avait fait d' efforts. Et moi qui me donnais tant de mal pour forcer la palissade que je suais à grosses gouttes, j' étais autant qu' Hercule, sinon d' avantage ; je finis cependant par apercevoir une voie étroite par où je pourrais passer, mais il me fallut briser le palis "

    Pour les personnes que cela intéresse, signalons que cette allégorie herculéenne et alchimique est représentée, dans Paris, au sus et au vu de tous. A l' extrémité occidentale de l' île Saint-Louis, un immeuble de pierres blanches fait face à l' île de la Cité. Les deux extrémités de sa façade sont ornées du même bas-relief deux fois répété, représentant Hercule tuant le Centaure.




    Et le roman se termine ainsi :

    "Avant que je partisse de ces lieux où je fus encore demeuré volontiers, je cueillis à grande joie la fleur du beau rosier feuillu, et j' eus la rose vermeille. Alors il fit jour et je m' éveillai."

    Cette fin si soudaine, si abrupte, après tant de digressions apparentes, rappelle avec une surprenante puissance d' évocation la surprise que tout adepte doit ressentir en parachevant l' obtention de la fameuse pierre philosophale, dont je crois utile de rappeler qu'elle symbolise la lumière de la Connaissance.