*** ci-dessous "Livres-mystiques".: un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011

*** ci-dessous "Livres-mystiques".:  un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011
50.000 pages, cliquer sur un ange pour accéder au site

vendredi 26 mars 2010

BAGLIS TV : Martinisme et Franc-Maçonnerie, un flirt de la Belle Epoque


Par : Roger Dachez - Mars 2010

Il est des mots polysémiques qui engendrent de nombreuses confusions. Roger Dachez, historien de la Franc-Maçonnerie, tente de définir dans cet exposé ce qu’est « le Martinisme », ce que l’on entend par « Martiniste » et les rapports ambigus que Martinisme et Fanc-Maçonnerie ont toujours entretenus.
- Quelle (dis?)continuité constate-t-on entre les idées saint-martiniennes (Louis-Claude de Saint-Martin), martinésistes (son maître : Martinès de Pasqually) et celles de leur « diffuseur » : Gérard Encausse, Papus, créateur de l’Ordre Martiniste un siècle plus tard?

- Que veut dire « être martiniste » ? Est-ce avoir lû les œuvres du Philosophe Inconnu ? Pratiquer la théurgie de Martines de Pasqually ? Ou tout simplement être un Franc-Maçon travaillant au Rite Ecossais Rectifié?

« Il est de bon ton, de nos jours, de porter sur le mouvement occultiste du XIXème siècle un regard hautain et vaguement méprisant » nous précise l’auteur, mais il est très important, si l’on veut bien comprendre cette époque là, de replacer ce mouvement dans son contexte historique. Les occultistes étaient alors les seuls intellectuels à rechercher une « troisième voie », pris en tenaille entre d’un côté une société positiviste, ou la science triomphante expulse toute forme de débat religieux et d’un autre côté une église catholique, vieillissante et sclérosée, qui après six révolutions, « n’en revient toujours pas d’exister encore ».

La théosophie chrétienne, dont les trois piliers sont Jakob Böhme (17ème siècle), Louis-Claude de Saint-Martin(18ème sicèle) et Jean-Baptiste Willermoz (19ème siècle), n’a jamais été aussi florissante de toute son histoire. L’histoire des organisations qui se sont rattachées à ses idées est complexe, et grâce à des chercheurs comme Roger Dachez, elle n’a jamais été aussi bien connue: cet exposé de 65 minutes s’adresse à tous les « Hommes de Désir » qui souhaitent faire la part des choses entre légende et réalité.


Une mise en bouche extrait vidéo sur dailymotion :

http://www.dailymotion.com/video/xcpxrg_martinisme-et-franc-maconnerie-un-f_webcam

Pour voir l'intégralité de cet exposé allez sur :
http://www.baglis.tv/accueil.html

jeudi 18 mars 2010

La revue « Actualité de l’Histoire » vient de consacrer un numéro spécial au Martinisme en général, et à l'O.M.T. en particulier.



Actualité de l'histoire :

numéro consacré au Martinisme


La revue « Actualité de l’Histoire » vient de consacrer un numéro spécial au Martinisme en général, et à l'Ordre Martiniste Traditionnel en particulier. Le Martinisme fait partie, avec la Rose-Croix, des plus grandes traditions occidentales. Ses enseignements se rapportent à l'ésotérisme et à la mystique judéo-chrétienne.

Ce hors-série vous permettra de découvrir ou de mieux connaître la philosophie et l’enseignement martiniste. Vous pouvez vous le procurer sur le site : www.drc.fr.


http://www.drc.fr/catalogue/noel2008/actualite_histoire_omt/courriel_actualite_histoire_omt.html

Bien cordialement,
Diffusion Rosicrucienne

Sommaire :
Le Martinisme : des origines à nos jours – L’Ordre des Chevaliers Maçons Élus-Cohens de l’Univers – L’Ordre Martiniste à la Belle-Époque (1889 à 1918) – Le Martinisme moderne et ses obédiences (1920 à 2010) – Louis-Claude de Saint-Martin (sa vie, son œuvre) – Le Martinisme : un ésotérisme, une théosophie, une gnose – Kabbale et Martinisme – Entretien avec Christian Bernard, Souverain Grand Maître de l’O.M.T. – Le Temple de Salomon – Le processus d’indi­viduation – De la Genèse au prologue de l’Évangile de Jean – L’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix (présentation)

lundi 15 mars 2010

Franc-Maçonnerie et Martinisme : PACS ou divorce?



Questions adressées à Roger Dachez, Jean-Marc Vivenza et Jean-François Var lors du colloque publique « Martinisme et Franc-Maçonnerie » organisé le 13 mars 2010 à Toulon par la Librairie La Table d’Hermès :


http://www.dailymotion.com/video/xcla98_y-a-t-il-eu-martinisation-de-la-fra_webcam


http://www.dailymotion.com/video/xcl8y4_le-martinisme-peut-il-comme-la-fran_webcam


http://www.dailymotion.com/video/xclaeg_la-rose-croix-fut-elle-le-martinism_webcam


A noter que l’intégralité des interventions vont être disponibles sous peu sur le site BAGLIS TV:

http://www.baglis.tv

dimanche 14 mars 2010

Robert Amadou (1924-2006)- Rappelons nous du 14 mars 2006, à cet effet voici un article de l' époque figurant sur mon site Mystica-Verba-Profaris



Hommage à Robert Amadou
A Catherine, très affectueusement




1. Mon frère, mon ami, mon vieux maître s'est endormi, mardi 14 mars 2006, dans la Paix du Seigneur qu'il avait tant cherché et tant aimé toute sa vie terrestre durant, commencée voilà 82 ans. " L'homme peut soutenir l'homme ; mais il n'y a que Dieu qui le délivre " dit le Philosophe inconnu, que Robert Amadou, son vieil ami, a rejoint dans la lumière sans déclin. Le voici donc délivré et nous voici donc orphelins...suite sur :

http://sergecaillet.blogspot.com/2007/05/hommage-robert-amadou.html

--------------------------------------------------------------------------------

un hommage à Robert Amadou de Thierry Garnier de Thot -Arcadia

(© Arcadia -DR)

« Mon ami, mon frère, mon vieux maître s'est endormi mardi 14 mars dans la Paix du Seigneur qu'il avait tant cherché et tant aimé toute sa vie terrestre durant, qui commença voilà 82 ans. " L'homme peut soutenir l'homme; mais il n'y a que Dieu qui le délivre " dit le Philosophe inconnu que Robert Amadou, son vieil ami, vient de rejoindre dans la lumière sans déclin. Le voici donc délivré et nous voici donc orphelins ».

Voici ce que confiait à quelques amis, Serge Caillet à l’annonce de la disparition de Robert Amadou, que nous savions bien malade depuis maintenant deux années (1). Son décès n’en doutons pas laissera un grand vide, qui prendra toute sa véritable nature au fil du temps passant. Les querelles absconses de chapelles pour ne pas dire de clochers s’atténuant… restera l’œuvre émérite d’un homme hors du commun, exégète admirable du Philosophe Inconnu – entre autres.


(© Arcadia -DR)

La cérémonie des défunts a eu lieu ce mercredi vingt-deux mars à dix heures trente, à Montfermeil dans la proche banlieue parisienne, en l’Eglise syriaque orthodoxe d’Antioche, Sainte Marie mère de Dieu (2). Autour de Catherine Amadou, son épouse, entourée de quelques proches se retrouvaient en rangs serrés, sur les bancs de l’Eglise, Serge Caillet bien sûr, Jean-Marc Vivenza, le père Laurent Morlet, Pierre Mollier et beaucoup d’autres frères et amis… L’office célébré en syriaque par le père Yakup Aydin, assisté du père Abi Acar prêtre maronite, directeur des éditions Cariscript et du père Jean-françois Var de l’Eglise catholique orthodoxe de France, dignitaire du Grand Prieuré des Gaules, fut d’une exceptionnelle solennité. Elle atteignit son apogée lors d’un discours en hommage à Robert Amadou prononcé sanglots dans la voix par le père Abi Acar, très affecté et qui sut avec une amitié spirituelle toute particulière, mais sans pathos, faire passer une célébration emplie de sensibles émotions. Une fois accomplie la liturgie, la bénédiction du cercueil, ce dernier présenté au sein du chœur de l’église aux quatre points cardinaux, puis l’onction de celui-ci, la dépouille mortuaire de Robert Amadou prit le chemin du cimetière du Père Lachaise à Paris, où l’attendait en tout début d’après-midi une importante assemblée d’amis venus de toute part, honorer une dernière fois Robert Amadou (3).

A quatorze heures trente, sous une pluie ténue battant les pavés du célèbre cimetière parisien qui vit tant de célébrités, mortes et vivantes… déambuler, s’ébranla le cortège au sein duquel on pouvait reconnaître de nombreuses personnalités : Emilio Lorenzo, Michel Léger, François Trojani, quelques frères de la Grande Loge Suisse Alpina, (loge In Labore Virtus de Zurich), avec laquelle Robert Amadou avait de parfaites affinités, et bien d’autres encore, présents pour accompagner le défunt.

Arrivé au caveau familial, après avoir traversé une petite partie de l’immense cimetière maintenant trempé d’eaux célestielles, le convoi funèbre s’immobilisa. L’encens de Jérusalem du diacre s’effaça progressivement dans les futaies environnantes et les chants syriaques mélodieux du Père Aydin s’estompèrent définitivement dans les frondaisons feuillues des arbres centenaires du Père Lachaise.

Un silence bleuté happa l’espace d’un instant un fragment de l’æther ambiant.

L’assemblée très émue, se recueillait un dernier moment avant l’inhumation lorsque l’ancien Grand Maître d’Alpina après un ultime discours entrecroisa trois roses ; rouge, rose et blanche, en symboles de force, sagesse et beauté, sur le couvercle du paletot de bois.

Ainsi s’en vint Robert Amadou.

Avec cet évènement, c’est incontestablement une page très importante, selon nous, de l’Histoire de l’Hermétisme du XXe siècle qui se tourne définitivement, pour laisser place à un autre temps.

Serge Caillet, que Robert Amadou considérait comme son fils spirituel rendra dans un temps prochain un hommage autre à celui qui est maintenant passé à l’Orient éternel, mais qui restera dans bien des consciences, sinon des cœurs, comme l’être qui apporta au Martinisme du XXe siècle une respiration nouvelle, tout empreinte de l’Illuminisme du siècle des Lumières.

Thierry Emmanuel Garnier – La LdT No 40, avril 2006 - © & DR.

sur :
http://thot-arqa.org/arcadia/accueil.html


WebZine - Lettre N° 40 de Thot d' Avril 2006 possibilité de vous abonner et recevoir directement cette publication d' une très grande qualité.

--------------------------------------------------------------------------------

(1) Comme nous le savions, Robert Amadou souffrait ces derniers temps d’une insuffisance respiratoire. Entré dans le coma, il fut aussitôt emmené la semaine précédente, à l’hôpital Cochin, lieu où il s’éteignit le 14 mars 2006.

(2) Seule église en France dévolue exclusivement aux fidèles de ce rite, elle fut entièrement construite en 2004 par toute la communauté syriaque de la banlieue parisienne. Les offices de l’Eglise syriaque orthodoxe d’Antioche peuvent être célébrés en France dans d’autres églises, orthodoxes, arméniennes etc. Voir :

http://cso-france.site.voila.fr/index.html


(3) Le Père Lachaise est le plus ancien cimetière de Paris intra-muros. Le nombre de célébrités qui y reposent est impressionnant. Bien sûr, hormis les grands hommes de lettres, des arts et des sciences, que l’on connaît bien et qui figurent sur les tombes, on s’arrêtera volontiers sur quelques autres de grands initiés tels Papus, Nerval, Kardec, Nodier, … entre autres. Voir aussi :
http://www.pere-lachaise.com


Par ailleurs, sans présager d’une sortie du livre de Robert Amadou que nous annoncions voila maintenant 3 années, ce travail quasi achevé n’est toutefois pas remis en question et nous envisageons toujours sa possible publication prochaine aux éditions Arqa.

Nous voulons également remercier ici, Claude Calmels Beaulieux, Xavier Basher, Brice Mébo, Jean-Marc Vivenza, pour l’accueil amical qui me fut accordé lors de mon déplacement à Paris, pour cette cérémonie d’adieu.

En illustration : L’Eglise Syriaque Sainte Marie mère de Dieu © Photo Arcadia DR - Robert Amadou © Photo Rémi Guerrin – Infographie TEG // Arcadia DR - Cérémonie au Père Lachaise & Roger Bénévant © Photo Arcadia DR.

Nota Bene : Cet Article comme les photographies l’illustrant ont un © Arcadia. Ils sont libres de droit et peuvent être cédés sans contrepartie, sous réserve de l’indication de leurs sources (© Arcadia -DR) ainsi que de l’URL du site internet de THOT. (La Lettre de THOT No 40).

--------------------------------------------------------------------------------

Le 24/05/2006
un hommage à Robert Amadou du site philosophe-inconnu

Le martinisme vient de perdre l’un de ses historiens les plus zélés. En effet, Robert Amadou est décédé le 14 mars 2006 à l’âge de 82 ans. Ses obsèques ont été célébrées le 22 mars à l’église syrienne orthodoxe de Montfermeil, en araméen et en français, par le prêtre de Montfermeil, assisté de deux amis du défunt, le père Jean-François Var, de l’Église catholique orthodoxe, et le père Antoine Abi Acar, de l’Église maronite.

Nombreux sont ceux qui sont venus lui dire adieu et témoigner leur soutien à celle qui fut pendant toutes ces années sa collaboratrice, son épouse Catherine. C’est entouré de ses proches et de ses amis qu’il a ensuite été conduit dans sa dernière demeure, au cimetière du père Lachaise.

Robert Amadou, prêtre et écrivain, personnage atypique, avait voué une grande partie de son existence à des recherches sur l’histoire du martinisme et de l’ésotérisme. Il nous a semblé intéressant de retracer les grandes lignes de son itinéraire, c’est la raison pour laquelle nous lui consacrerons prochainement un article.

--------------------------------------------------------------------------------

un hommage à Robert Amadou de la G.L.d.F. :

Robert Amadou est passé à l'Orient Eternel
Robert Amadou et Henri TN, Grand Maître de 1983 à 1985, dans la bibliothèque de la Grande Loge de France, an printemps 2000. Tous les deux étaient des travailleurs infatigables et des hommes bons.
II était l'une des grandes figures de l'ésotérisme français contemporain. Son cheminement intellectuel et spirituel fut extraordinairement riche varié. Spécialiste de la Gnose, de la Théosophie, de la Rose+Croix, de la Franc-maçonnerie et surtout de Louis-Claude de Saint-Martin et du Martinisme, il a écrit plusieurs livres et de nombreux articles; une bibliographie raisonnée est en cours. II pratiqua la Kabbale, fut un temps converti à l'Islam puis jusqu'à sa mort il fut prêtre dans l'Église syrienne d'Antioche.
Initié en 1942, son parcours maçonnique fut lui aussi riche et varié. II intégra la Grande Loge de France en 1967, dans la Loge La Chaîne d'Union, participa activement à la Loge de recherches historiques Clio. II fut avec Henri T-N l'un des animateurs enthousiastes des premières années des «Journées de Royaumont» instituées par le Grand Maître de l'époque Pierre Simon.
En 1977, résidant à Zurich, il quitta la Grande Loge de France pour la Grande Loge Suisse Alpina à laquelle il resta fidèle jusqu'à son passage à l'Orient Éternel. Lors de son inhumation, après les chants et les rituels orthodoxes, le Vénérable de sa Loge à l'Orient de Zurich, après une allocution, déposa sur son cercueil trois roses de couleurs différentes qu'il appela «Sagesse», « Force » et « Beauté ».

Extrait à but pédagogique du "journal" de la gldf N° 67 - mai 2006

http://www.mystica-verba-profaris.org/hommages.php

samedi 6 mars 2010

SOUS LE VOILE D’ELIAS ARTISTA -LA ROSE-CROIX COMME VOIE D’EVEIL- Une Tradition orale par Rémi Boyer.

Vient de paraître chez Rafael de Surtis

Contribution et illustrations de Lima de Freitas
Postface de Manuel Gandra

Nouveau titre de la collection L’Esprit des Choses, née de la collaboration entre le Centre International de Recherches et d’Etudes Martinistes et les Editions Rafael de Surtis, cet essai est le troisième et dernier volet d’un triptyque formé de La Franc-maçonnerie comme voie d’éveil et de Masque, Manteau, Silence, le Martinisme comme Voie d’Eveil, du même auteur.
Cet ouvrage s’attache à distinguer l’Initiation au Jardin, à laquelle se rattache la Rose-Croix, de l’Initiation dans la Cité, à laquelle se rattache la Franc-maçonnerie. Cette distinction, qui n’est pas une opposition, indique une articulation, et un chemin possible, entre l’expérience duelle de l’initiation et la conscience non-duelle caractéristique d’Elias Artista et de son insaisissabilité. Pour la première fois, sont publiés des éléments de traditions orales qui illustrent la permanence de courants d’une Rose-Croix méditerranéenne, davantage orphique que prométhéenne, poïétique que pragmatique. Elle n’en est pas moins subtilement opérative et porteuse des arcanes majeurs de l’alchimie interne. Lima de Freitas, dans un texte magnifique, explore le mythe fondateur de Christian Rosenkreutz et en éclaire certains mystères. Enfin, l’ouvrage se clôt par un conte chevaleresque et alchimique, les Mémoires de Rossinante, une plongée contemporaine et traditionnelle dans le célèbre Don Quichotte de Cervantès. Ce conte sert notamment à l’interrogation des candidats sur la voie du Cinabre interne et externe.
Sommaire : La Rose-Croix comme voie d’éveil, une Tradition orale par Rémi Boyer : Introduction mystérique - Initiation au Jardin et Initiation dans la Cité - La Voie à suivre Seul - La Voie d’Elias Artista - La Géométrie Supérieure des Constructeurs - Fernando Pessoa et le tombeau de Christian Rosenkreutz par Lima de Freitas - Les Mémoires de Rossinante par Rémi Boyer. Postface de Manuel Gandra.

Bon de souscription à retourner aux
Editions Rafael de Surtis, 7 rue Saint-Michel, 81170 Cordes-sur-Ciel

Nom : Prénom :
Adresse :

Je souscris à ... exemplaire(s) du livre Sous le Voile d’Elias Artista de Rémi Boyer au prix de 22 Euro l’unité (prix de lancement franco de port). Ci-joint mon règlement à l’ordre des Editions Rafael de Surtis.

vendredi 5 mars 2010

ROGER CARO - 1/ UNE VIE PRESQUE ORDINAIRE


En cliquant sur les liens ci-dessus vous serez automatiquement dirigés :

Auteur : Daniel Caro fils de Roger Caro.

I -(1911-1947) Une vie (presque) ordinaire"

http://www.massanne.com/index.php?option=com_content&view=article&id=98:partie-i&catid=58:roger-caro&Itemid=117


- Sous-menu "Biographie de Roger Caro"

http://www.massanne.com/articles-alchimiques/biographie-de-roger-caro/presentation.html


Nous vous souhaitons une très bonne lecture.

Bien cordialement

jeudi 4 mars 2010

Patente et Constitution de Martinès de Pasqually.


.....elevé sur l’Or :. de Toulouse où j’ai laissé le F :. marquis de SAINT-PAULET, pour mon député, dont l’absence actuelle m’a engagé de lui substituer depuis le 14 du courant le F :. de LAPEYRIE, Trésorier de France, pour lequel je vous demande la réparation qu’exige l’indécent procédé des trois loges de Saint-Jean réunies à Toulouse…… »/
Signé : DON MARTINEZ-PASQUALIS

Nous donnons à titre de curiosité la copie exacte, moins de nombreux emblèmes des lettres-patentes dont était porteur le Fr DON MARTINEZ-PASQUALIS « LES QUATRE PORTES DU TEMPLE ÉTANT OUVERTES PAR LE POUVOIR DU G :. A :. ET DE CHARLES STUARD, roi d’Ecosse, d’Irlande et d’Angleterre) G.M. de toutes les loges répandues sur la surface de la terre
LA LOGE DE STUARD :. CONSTITUTION dans la province d’Aix en France, le 20 mai 1738.
En vertu de notre pouvoir et autorité, nous G :. M :. de la maçonnerie d’Ecosse, d’Irlande et d’Angleterre, avons confié notre droit et pouvoir de G :. M :. de Loge à notre R :. M :. DON MARTINEZ PASQUALLIS, Ecuyer, âgé de 67 ans natif de la ville d’Alicante en Espagne, afin qu’il puisse diriger et construire en paix sur toute la surface de la terre un Temple au G :. A :., l’ayant constitué à cette effet et le constituant en vertu de notre pouvoir bon et valable. Amen, Amen, Amen :.
Nous, G :. M :. de la loge de Stuard, donnons ordre à notre député G :. M :. de
diriger nos ouvrages et ceux de F :. M :. Joachim Dom MARTINEZ-PASQUALIS, son fils aîné, âgé de 28 ans, natif de la ville de Grenoble en France, et que cette même cons-titution et patente il lui remettra dans la forme ordinaire avant sa mort ou à sa bonne volonté afin qu’il puisse jouir, se servir de son droit et pouvoir, ayant publié cette constitution et Patente de G :. M :. de la loge de STUARD le 20 Mai dans la G :. L :. de l’or :. en 1738
Donné etc
Après examen des documents qui précèdent, la G :. L :. répondit :

« .....nous avons vu, par la copie de vos constitutions, qu’elles étaient emanées
de la G :. L :. de STUARD. On ne peut rien ajouter au respect que la G : L : de
.....

De ce document, on peut déduire

* que De Loucelles a bien eu en mains une patente constitution qui portait de nombreux emblèmes, mais il est vraissemblable qu’il s’agissait d’une traduction, (cf. le Manuscrit d’Alger).

* que Don Martinez Pasquallis, père, était écuyer, âge de 67 ans en mai 1738, ce qui fait qu’il serait né vers 1671.

* que Don Martinez Joachim était son fils aîné, était Maître en 1738 à l’âge de 28 ans ;

* que sur la foi de ce document, Joachim serait né à Grenoble, vers 1710, alors qu’aucune trace de cette naissance n’a été retrouvée, et ce malgré les recherches dans toutes les paroisses de Grenoble. Mais il est fort possible que les enfants des régiments de passage ne soient pas déclarés dans les paroisses de la Ville.

autorisation de publier :
transcription et copyright Georges Courts Tome 2 en cours d' édition "Le manuscrit d’Alger."