*** ci-dessous "Livres-mystiques".: un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011

*** ci-dessous "Livres-mystiques".:  un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011
50.000 pages, cliquer sur un ange pour accéder au site

mardi 23 février 2010

INCONTOURNABLE “Conférences particulières” est le blog de Sagi Nahor, S.I.I. de la Loge Martiniste ”Maharba”.


Bonjour à tous et bienvenue !

Ce blog est consacré au Martinisme, c'est-à-dire à Louis-Claude de Saint-Martin et à Martinez de Pasqually, théosophes chrétiens du XVIIIème siècle.

Son seul but est d'offrir aux Martinistes et aux chercheurs, aux Hommes de Désir, des réflexions, des informations sur cette Tradition Martiniste, qui constitue, à bien des égards, le Coeur du Christianisme.

Bonne lecture à tous,

SAGI NAHOR


http://saginahor.unblog.fr

mardi 16 février 2010

Les 18 et 19 septembre 2010 à Marseille : Colloque du tricentenaire de Martines de Pasqually :



L'Instiut Eleazar, la Société Martines de Pasqually, les Amis Provençaux de Renaissance Traditionnelle et la Librairie l'Etoile du Mage organise un colloque sur le "théurge méconnu" à l'occasion de son tricentenaire de naissance.

Au programme du samedi 18 septembre :

9h00 : Accueil

9h30 – 9h45 : Ouverture de colloque par Serge Caillet.

9h45 – 10h15 : Michelle Nahon, Martines de Pasqually : éléments biographiques.

10h15 – 10h45 : Bruno Marty, L'illuminisme et les courants de « curiosité » en Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles.

10h45 – 11h00 : Pause

11h00 – 11h30 : Roger Dachez, La franc-maçonnerie française au temps de Martines de Pasqually.

11h30 – 12h00 : Questions/réponses.

12h00 – 14h00 : Pause déjeuner.

14hOO : Accueil.

14h15 – 14h30 : Présentation de l’après-midi par Serge Caillet.

14h30 – 15h00 : Christian Marcenne, Martines de Pasqually militaire.

15h00 – 15h30 : Simon Babayan, Martines de Pasqually : un judéo-chrétien au XVIIIe siècle ?

15h30 – 15h45 : Pause.

15h45 – 16h15 : Jean-François Var, Sacerdoce du Christ : sacerdoce primitif selon Martines de Pasqually et sacerdoce des baptisés.

16h15 – 16h45 : Serge Caillet, Martines à l’œuvre dans la chose : l'Ordre des élus coëns.

17h00 – 17h30 : Questions/réponses.

Fin de la première journée.

---------------------------

Au programme du dimanche 19 septembre

9h00 : Accueil.

9h30 – 9h45 : Présentation Serge Caillet.

9h45 – 10h15 : Dominique Clairembault, Louis-Claude de Saint-Martin à l’école de Martines de Pasqually.

10h15 – 10h45 : Jean-Marc Vivenza, Jean-Baptiste Willermoz à l'école de Martines : genèse du Rite écossais rectifié.

10h45 – 11h00 : Pause.

11h00 – 11h45 : Questions/réponses et débat entre les intervenants.

11h45 – 12h00 : Conclusions et clôture du colloque :

Martines de Pasqually, quel message pour notre temps ?

12h00 : Fin du colloque et apéritif dinatoire

http://institut-eleazar.blogspot.com/2010/02/colloque-du-tricentenaire-de-martines.html

http://martinesdepasqually.blogspot.com/


http://www.cuvelier-roy.com/mdp/index.htm


http://aprt.skyrock.com/


http://librairieletoiledumage.blogspot.com/


http://www.philosophe-inconnu.com/index.html


http://www.societedesindependants.org/page8/page8.html

jeudi 11 février 2010

Le GRAND ŒUVRE MINÉRAL de l’ORDRE des ROSE-CROIX d’OR d’ANCIEN SYSTÈME “Voie de l’Antimoine”


Dans la Collection :COLLECTANEA ROSICRUCIANA.

Instructions Spéciales concernant les Opérations du Grand Œuvre Minéral aux Grades de Practicus III°, Philosophus IV° & Minor V°.

1785

Le Grand Œuvre Minéral des Rose Croix d’Or d’Ancien Système, troisième volume de notre collection consacrée aux documents des “Rose Croix d’Or d’Ancien Système”. Nous voici dans la pratique au Laboratoire, pratique qui amène la preuve, aussi bien dans la Nature que par la Grâce de Dieu, que l’avancement des Frères de la Rose-Croix d’Or est bien spirituelle, et non intellectuelle.

Ce texte comporte trois parties associées aux trois grades de Practicus III°, Philosophus IV° & Minor V°. Il expose en alternance la Voie Sèche & la Voie Humide. La Voie de l’Antimoine, la Voie des Amalgames, la préparation du “Mercure Animé”, les “Menstruums”, ou dissolvants des 3 règnes, etc. permettant l’obtention de l’Aurum Potabile — l’Or Potable, enseignements typiques des Rose-Croix d’Or des XVIIème & XVIIIème siècles.

Tirage limité à 72 exemplaires numérotés.

50 Pages : 15, 00 Euros port compris.

http://www.sesheta-publications.com/Collection-Rose-Croix-Collectanea-Rosicruciana.html

La Société des Indépendants S.I. a désormais sont site web avec un texte présentant ses fondements spirituels.



La Société des indépendants (S.I.) est une société spirituelle et initiatique saint-martiniste qui s'est créée dans le sillage du Grand Prieuré des Gaules :


http://www.gpdg.org

La Société des indépendants est une société imaginée par Saint-Martin lui-même de manière à ce que puisse s’y effectuer, loin du bruit et du monde, le lent processus de purification, de régénération et de sanctification, processus essentiel fondé sur la prière intérieure, nourri par l’oraison et sous-tendu par l’humilité du cœur.

La S.I. est un organisme martiniste en amitié avec le Grand Prieuré des Gaules - Ordre des chevaliers maçons chrétiens de France. Elle est ouverte aux femmes et hommes de désir souhaitant approfondir la pensée du Philosophe inconnu dans la pratique de la prière intérieure.

http://www.societedesindependants.org

ACTUALITÉS :

Cliquer ici pour accéder aux dernières brèves et aux derniers éditos...

contact :

contact@societedesindependants.org

mercredi 10 février 2010

Colloque du tricentenaire de Martines de Pasqually : 18 et 19 septembre 2010 à Marseille


Maître spirituel de Louis-Claude de Saint-Martin, de Jean-Baptiste Willermoz et de quelques autres émules réunis par lui dans l’Ordre des chevaliers maçons élus coëns de l’Univers, Martines de Pasqually (1710 ?-1774) est une figure essentielle de l’illuminisme. A ce titre, il a marqué le XVIIIe siècle et il continue de marquer le nôtre. Il n’en échappe pas moins partiellement à l’histoire et aux historiens et reste pour les meilleurs de ses biographes le Théurge inconnu.

A l’occasion du tricentenaire supposé de sa naissance, des spécialistes de sa vie et de son œuvre, historiens, philosophes, théologiens, théosophes, se proposent d’essayer de répondre ensemble à la question que beaucoup se posent : qui était Martines de Pasqually ?

Ce colloque est organisé par L’Institut Eléazar et la Librairie l’Etoile du Mage (Marseille), en partenariat avec La Société Martines de Pasqually et Les Amis Provençaux de Renaissance Traditionnelle, à Marseille, les Samedi 18 et dimanche 19 septembre 2010. Les places, limitées à 200, seront retenues dans l'ordre des inscriptions, ouvertes courant mars.

dixit Serge Caillet.

Vous pouvez consulter le programme complet sur le blog de l'Institut :


http://institut-eleazar.blogspot.com/

mardi 9 février 2010

Théologie et philosophie à jamais séparées ? Leur relation dans l’histoire intellectuelle de l’Europe






Théologie et philosophie à jamais séparées ? Leur relation dans l’histoire intellectuelle de l’Europe
Entretien avec Philippe Capelle-Dumont maître d’œuvre d’une Anthologie en quatre tomes « philosophie et théologie »

Théologie et philosophie sont-elles deux disciplines complémentaires ou à jamais séparées ? Le doyen Philippe Capelle-Dumont redéfinit ces deux expériences de pensées, rappelle les données historiques et analyse les nouvelles donnes qui surgissent aujourd’hui.

La théologie semble, en Europe, avoir dominé la philosophie pendant longtemps puis, avec la modernité, la philosophie s’est émancipée de cette tutelle pour accéder à une situation propre, singulière, autonome. Cette situation semble nous avoir conduit à un oubli de la théologie dans le champs de la philosophie – voire à un mépris.

Différentes questions se posent face à cette situation : comment la philosophie s’est-elle séparée de la théologie ? Aujourd’hui, qu’avons-nous a apprendre de la théologie sans pour autant « tomber » dans le champs de la religion ? Peut-il y avoir (et comment ?) fécondation réciproques entre ces deux domaines – conçus comme des domaines séparés, complémentaires ou concurrents ? Faut-il considérer, comme le dit Emmanuel Levinas, que l’histoire de la philosophie en Occident a été une histoire de la « destruction de la transcendance », un abandon du souci de l’infini au profit d’un désir de totalité ?

Considérons la théologie comme ce que nous pouvons dire de Dieu, du divin et de l’au-delà ; et la philosophie comme un champs de connaissance qui fait l’expérience de la raison et s’appuie sur elle pour penser le monde et l’homme. Ces deux « expériences de pensées » sont désormais séparées ce qui conduit à une ignorance profonde de l’inspiration religieuse de la philosophie et, sans doute, à la limitation de la « culture ».

Or, nous dit Philippe Capelle, notre invité, nous assistons à une « nouvelle donne » :
« l’oubli est en passe d’être levé. La théologie chrétienne se trouve de plus en plus sollicitée sur la base de ses objets propres » (Philippe Capelle, Finitude et mystère, Cerf, 2005.)

Qui est Philippe Capelle-Dumont ?

Il est docteur en théologie, docteur en philosophie, doyen de la faculté de philosophie de l’Institut Catholique de Paris, professeur à l’université de Strasbourg et à l’Institut catholique et fondateur de la toute récente Académie catholique de France. Son travail, depuis des années, tourne autour de l’articulation de la foi et de la raison, de la théologie et de la philosophie.

Citons différents livres :
Dieu existe-il encore ? (Cerf, 2005 – débat avec André Compte-Sponville),
Philosophie et théologie dans la pensée de M. Heidegger (Cerf, 1998), - Finitude et mystère (Cerf, 2005)

Citons surtout (pour cet entretien) :

l’Anthologie de philosophie et théologie (en quatre Volumes, 140 notices et 90 spécialistes, anthologie par auteurs avec, pour chacun d’entre eux, une petite notice et beaucoup de textes) :

Tome I :
Philosophie et théologie dans la période antique, volume dirigé par Jérôme Alexandre (Cerf, 2009, 397 pages, ) (Volume couvrant la période allant de Platon à Jean Damascène (au VIII ème siècle.) avec 29 notices sur des philosophes soucieux de théologie ou des théologiens soucieux de philosophie.

Tome II :
philosophie et théologie au Moyen-Age, volume dirigé par Olivier Boulnois (Cerf, 2009, 466 pages) (Volume couvrant la période allant jusqu’au XV ème siècle avec 24 notices.)

Deux autres volumes seront publié en 2010 :
la période moderne (XVI ème siècle) et la période contemporaine (XX ème siècle)

Philippe Capelle-Dumont, dans la première partie de cet entretien exclusif, rappelle les raisons de cette séparation entre philosophie et théologie et, dans une seconde partie, l’histoire des relations entre théologie et philosophie dans la période antique et au moyen-âge.

En quelques mots...

Quelques mots pour résumer les divers points abordés ici par notre invité qui donne largement plus de détails et de précisions :

Souvenons-nous que le mot de « theo-logia » vient de Platon (la République Livre II). Socrate dit « Or, Dieu n’est-il pas essentiellement bon et n’est-ce pas suivant cette idée qu’il faut en parler ? ».

Les premiers Pères de l’Eglise, considérant que « l’âme est naturellement chrétienne » (Tertullien) vont assimiler la philosophie grecque, se confronter à elle et faire de la « religion chrétienne » « notre philosophie » selon ce qu’en dit Clément d’Alexandrie.

Quant au moyen-âge, certains considèrent qu’existe alors une servitude complète de la philosophie à la théologie. Or, dit Olivier Boulnois, dans sa préface au second volume de l’anthologie, le moyen-âge a inventé ces deux pôles (celui de la philosophie et de la théologie). Reprenant ce qu’en dit Remi Brague(philosophe récemment élu à l’Académie des sciences morales et politiques), il indique que le décollage de l’Occident n’a été possible qu’à partir du moment où la théologie a admis une « vérité extérieure à elle » au point de considérer que les sciences ne sont pas chrétiennes mais, tout simplement, vraies. Cette séparation est essentielle à la sphère chrétienne-européenne et instaure une différence avec, par exemple, la religion musulmane. Mais, bien entendu, il faut aussi considérer qu’une certaine scholastique tardive, sous l’influence de Guillaume d’Ockkam, a mis en avant un « Dieu arbitraire : un Dieu qui trompe et abuse l’homme, tout en exigeant de lui une obéissance aveugle », selon ce qu’en dit Walter Kasper (La foi au défi, 1889).


Emission proposée par :

Damien Le Guay

Référence : pag706

Adresse de cet article :

http://www.canalacademie.com/Theologie-et-philosophie-a-jamais.html

Emission proposée par :

Damien Le Guay

Référence : pag706

Adresse directe du fichier MP3 :

http://www.canalacademie.com/emissions/pag706.mp3

Date de mise en ligne : 7 février 2010