*** ci-dessous "Livres-mystiques".: un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011

*** ci-dessous "Livres-mystiques".:  un hommage à Roland Soyer décédé le 01 Juin 2011
50.000 pages, cliquer sur un ange pour accéder au site

jeudi 26 novembre 2009

"LE SYMBOLE PERDU" de DAN BROWN.


Source de l' article : D.R.C. Diffusion Rosicrucienne.
http://www.drc.fr

Le nouveau roman de Dan Brown évoque en différents chapitres les Rose-Croix. Ces extraits, que nous vous présentons ci-dessous, ont été traduits de l’édition anglaise The Lost Symbol, New-York, Doubleday, Random House, 2009.

Page 5 :

« Oui, répondit Sato, c’est aussi pourquoi je suis surprise ce soir que vous n’ayez pas encore mentionné les Francs-Maçons. Après tout, vous avez parlé d’une sagesse secrète protégée par un petit nombre de personnes éclairées. Cela semble très maçonnique, non ?
– Effectivement… et cela semble également très rosicrucien, kabbaliste, alumbrado et bon nombre d’autres groupes ésotériques. »

Pages 320-321 :

« La croix, affirma Langdon, ne devient un symbole chrétien qu’au IVe siècle. Bien avant, elle est utilisée par les Egyptiens pour représenter l’intersection de deux dimensions : humaine et céleste. Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. C’est une représentation visuelle du point de jonction où l’Homme et Dieu ne font qu’un.
– Bon.
– Comme nous le savons déjà, continua Langdon, le point circulaire a de nombreuses significations, l’une de ses plus ésotériques étant la rose, le symbole alchimique de la perfection. Mais lorsqu’on place une rose au centre d’une croix, on crée un tout autre symbole : la Rose-Croix. »
Galloway s’inclina sur sa chaise en souriant.
« Ça par exemple, eh bien vous avancez. »
Katherine se leva alors aussi :
« Quelque chose m’échappe ?
– La Rose-Croix, expliqua Langdon, est un symbole courant dans la franc-maçonnerie. En fait, l’un des degrés du Rite Écossais est appelé « Chevalier Rose-Croix » et honore les premiers Rosicruciens qui ont contribué à la philosophie mystique maçonnique. Peter vous a peut-être parlé des Rosicruciens. Des dizaines de grands scientifiques en ont été membres : John Dee, Elias Ashmole, Robert Fludd… »

Page 321 :

« Absolument, lui répondit Katherine. J’ai lu tous les manifestes rosicruciens durant mes recherches. »
« Tous les scientifiques devraient le faire », pensa Langdom. « L’Ordre de la Rose-Croix ou, plus officiellement, l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix, a une histoire énigmatique qui a beaucoup influencé la science et qui est très comparable à la légende concernant les Anciens Mystères… des premiers sages possédant une sagesse secrète transmise à travers les âges et étudiée seulement par les esprits les plus brillants. Il faut reconnaître que la liste historique des Rosicruciens fameux est un bottin mondain des lumières de la Renaissance européenne : Paracelse, Bacon, Fludd, Descartes, Pascal, Spinoza, Newton, Leibniz.
Selon la doctrine rosicrucienne, l’Ordre fut «fondé sur des vérités ésotériques du lointain passé», lesquelles vérités devaient être «dissimulées à l’homme de la rue» et promettaient de grandes perspectives dans le «royaume spirituel». Le symbole de la fraternité s’est développé au fil des années en une rose épanouie sur une croix ornée, mais il a commencé plus modestement par être un point circulaire sur une croix nue la manifestation la plus simple de la rose sur la manifestation la plus simple de la croix.
– Peter et moi-même discutons souvent de philosophie rosicrucienne », indiqua Galloway à Katherine. »

Page 333 :

« Cela ne devrait donc pas vous étonner qu’un alchimiste, Rosicrucien et mystique des premiers temps comme Isaac Newton, accordait également au nombre 33 un statut particulier. »
« […] le grand alchimiste et mystique rosicrucien qui signait ses documents Jeova Sanctus Unus. » [Isaac Newton, N.D.T.]

Page 442 :

« En un instant, un rai de lumière brillante perça l’obscurité de l’histoire et des mythes entourant la Parole Perdue. Comme promis, celle-ci était effectivement écrite dans une langue ancienne et elle possédait un pouvoir mystique dans toutes les philosophies, les religions et les sciences jamais connues de l’homme : l’alchimie, l’astrologie, la kabbale, le christianisme, le bouddhisme, le rosicrucianisme, la franc-maçonnerie, l’astronomie, la physique, la noétique… »


Dimensions : 15 x 23 cm – 650 pages
Editeur : JC Lattès

D.R.C. disponibilité : Livraison prévue à partir du 27 novembre 2009


http://www.drc.fr/cgi-bin/client/modele.pl?session=drc.1349225.1259252300.Sw6qTH8AAAEAACXIYOAAAAAu&manuel_port=&nommod=home_prod&prod=3285

rien à voir avec le livre, juste pour illustration :


mardi 24 novembre 2009

Joseph de Maistre





Joseph de Maistre

http://www.canalacademie.com/spip.php?page=recherche&recherche=Chevalier


-------------------------------------------

Les chiffres d'audience de Canal Académie

octobre 2009

-> 806 229 visites
-> 526 530 téléchargements
-> 16 984 téléchargements par jour
-> 1 332 759 visites + téléchargements


parmi les 5 émissions les plus téléchargées

1/ Les chevaliers de l'Apocalypse, une autre lecture des origines du christianisme

2/ 23 août 1939 : le pacte germano-soviêtique

3/ Hertz, Planck, Einstein, Schrödinger : les débuts de la mécanique quantique

4/ Le mois de... Simone Veil : ''Shoah'' 2/4

5/ Affaires internationales, la Russie et l'Iran

samedi 21 novembre 2009

mercredi 18 novembre 2009

PARIS LE SAMEDI 28 NOVEMBRE 2009 - Programme du Colloque Alchimie d’Atlantis en l’honneur de M. Eugène Canseliet




Programme du Colloque Alchimie d’Atlantis en l’honneur de M. Eugène Canseliet



Sous la présidence d’honneur de Madame Béatrix Canseliet et sa fille Sylvaine Canseliet

RÉALITÉ ET MYSTÈRES DE L’ALCHIMIE

LE SAMEDI 28 NOVEMBRE 2009*

SALLE JEAN DAME*

17, RUE LEOPOLD BELLAN*

75002 PARIS*


M° : Sentier, Châtelet, Les Halles*

de 14 h à 18 h*

Entrée : 10 € adhérents, 12 € non-adhérents*

Avec :

- M. le professeur Joseph Davidovits, égyptologue et géochimiste :

« Naissance de l’alchimie égyptienne » (Vidéoprojection)

- M. Alain Queruel, chimiste :

« L’alchimie médiévale » (Vidéoprojection)

- M. Jacques Grimault, Président d’/Atlantis/ :

« L’alchimie aux mille visages » (Vidéoprojection)

- M. Patrick Rivière, historien et hermétiste :

« Du symbolisme alchimique à la réalisation du Grand-Œuvre»

- M. Jean Artero, écrivain et conférencier :

« Eugène Canseliet et le mystère alchimique de Fulcanelli »

- M. Roland Narboux, Maire-adjoint de Bourges :

« Bourges, Jacques Cœur et l’alchimie » (Vidéoprojection)

mardi 17 novembre 2009

Réédition de SYMMYSTA de Xavier Cuvelier-Roy.






















Suite à de nombreuses demandes, voici la réédition de SYMMYSTA de Xavier Cuvelier-Roy.

2° édition, revue, corrigée et augmentée d'illustrations, aux Éditions CASTELLI, Montélimar, 2009, 249 pages :

http://www.editions maconniques.fr/shopcontent.asp
type=edcastelli



http://www.cuvelier-roy.com/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=24&Itemid=47

----------------------------------------

Chez d' autres éditeurs, du même auteur :



AB IMO PECTORE
, Planches et essais, 1998, 340 pages, inédit.

PAPIER DE FAMILLE, Biographie d' une famille, édition C.A., hors commerce, 2002, 96 pages, épuisé.


SURSUM CORDA, Roman initiatique, Ed. Diffusion-Rosicrucienne, 223 pages.

LES MOSAIQUES, Cahier de Poésies ésotériques, volume I, Edit. C.A., 2005, 70 pages.

LES PARFUMS, Cahier de Poésies ésoitériques, volume II, Edit. C.A., 2006 à paraître.

éternelle mémoire, le 17 novembre 1624, Jacob Böhme rejoignait la lumière sans déclin.



...nous devons considérer, que nous ne possédons rien en propre dans ce monde, et que nous ne sommes pas à nous-mêmes, mais que nous ne sommes ici que des ouvriers pour y travailler un peu de temps, des étrangers et des administrateurs de notre Dieu, établis sur ses créatures : que tout ce que nous travaillons et faisons, nous ne le faisons pas uniquement pour nous, mais pour Dieu et pour le prochain; et que nous tous ensemble ne sommes qu'un en Christ notre salut, qui est lui-même tout en nous tous."
Chemin pour aller à Christ, Traité de la sainte prière.

éternelle mémoire : un rappel de mon ami Raphäel, merci.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacob_Boehme

http://pegasus.cc.ucf.edu/~janzb/boehme/

http://jean-marcvivenza.hautetfort.com/list/emissions-radiophoniques/les-vivants-et-les-dieux.html

http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/vivants/fiche.php?diffusion_id=58727

lundi 16 novembre 2009

A Valle Sancta . Le blog d'un Chevalier bienfaisant de la cité sainte, "Le Rectifié est-il martinésiste ?"


Des traces de martinésisme existent dans le rituel du premier grade du Régime écossais rectifié. J'en ai établi ici une liste. Evidemment, chaque trace identifiée mériterait d'être développée notamment celle où le caractère martinésien ne coule pas de source et est le résultat d'un effort d'exégèse. De même, il serait judicieux de poursuivre cette enquête pour couvrir les trois autres grades de la classe maçonnique...


En attendant, voici les premiers résultats...


Le Rectifié est-il martinésiste ?

suite sur :
http://blog.avallesancta.com/2009/11/les-traces-de-martinesisme-dans-le_17.html

L' E.P.H.E. - Annuaire de l'École pratique des hautes études, section des sciences religieuses






Présentation

est une publication annuelle qui regroupe principalement les comptes rendus des conférences des enseignants-chercheurs de la section des sciences religieuses,...


Visualisation du site : http://asr.revues.org/index.html

Les comptes rendus de conférences diffusés sur ce site contiennent des caractères issus de langues anciennes ou non occidentales. Pour visualiser correctement ces caractères, vous devez télécharger et installer les polices libres Unicode

Dernier numéro en ligne
115 (2006-2007) | 2008

Vie de la Section en 2006-2007

- Polythéismes antiques

- Judaïsme

- Christianisme et ses marges
Islam

- Religions d’Asie

- Ethnologie religieuse

- Afrique, Amérique, Europe, Océanie

- Épistémologie et méthodes en sciences religieuses

- Laïcités et religions dans le monde contemporain

- Esotérismes


La Section des sciences religieuses : http://asr.revues.org/index.html


Site de l' E.P.H.E. : http://www.ephe.sorbonne.fr/

samedi 14 novembre 2009

Réédition de trois ouvrages de Radiesthésie de Roger CARO

aux Editions Decoopman :

- 1 - Succès pendulaires



A travers cet ouvrage, Roger Caro démontre la réalité de ce «sixième sens» que nous possédons tous, de cette énergie qu’il nous suffit de révéler afin que l’esprit entre en action. L’esprit peut tout, mais c’est à nous de le vouloir.



- 2 - Traité de Thaumaturgie




A partir de croquis, d’expériences, d’explications pratiques basées sur l’expérience de terrain, l’auteur enseigne la manipulation du pendule et la compréhension des événements qui en découlent.



- 3 - Cours de Thaumaturgie en 7 leçons.


Deuxième volet de cette trilogie étonnante, ce Traité de thaumaturgie pendulaire (1954) est un véritable outil de travail et d’étude pour les pendulisants

Ces livres, disparus depuis longtemps des rayons de librairie, sont à nouveau disponibles.

Vous pouvez consulter ces ouvrages en cliquant sur leur titre ou en allant directement sur le site


http://www.decoopman.com

à la catégorie Radiesthésie.

vendredi 13 novembre 2009

L'enseignement et la connaissance selon Saint-Martin par Jules Boucher (1902-1955.


::: L'enseignement de Saint-Martin
















Le Martinisme, dont on a dit qu'il n'était au fond qu'une philosophie comme le « cartésianisme » de Descartes ou le « spinozisme » de Spinoza, est une forme de spiritualité très élevée qui donne à celui qui peut la posséder une vision du monde dégagée de toute contingence matérielle.

« L'homme, découvrant la science de sa propre grandeur, apprend qu'en s'appuyant sur une base universelle, son Être intellectuel devient le véritable Temple, que les flambeaux qui le doivent éclairer sont les lumières de la pensée qui l'environnent et le suivent partout ; que le Sacrificateur, c'est sa confiance dans l'existence nécessaire du Principe de l'ordre et de la vie ; c'est cette persuasion brûlante et féconde devant qui la mort et les ténèbres disparaissent ; que les parfums et les offrandes, c'est sa prière, c'est son désir et son zèle pour le règne de l'exclusive Unité ; que l'autel, c'est cette convention éternelle fondée sur sa propre émanation, et à laquelle Dieu et l'Homme viennent se rendre, pour y trouver l'un sa gloire et l'autre son bonheur ; en un mot que le feu destiné à la consommation des holocaustes, ce feu qui ne devait jamais s'éteindre, c'est celui de cette étincelle divine qui anime l'homme et qui, s'il eut été fidèle à sa loi primitive, l'aurait rendu à jamais comme une lampe brillante placée dans le sentier du Trône de l'Eternel, afin d'éclairer les pas de ceux qui s'en étaient éloignés ; parce qu'enfin l'homme ne doit plus douter qu'il n'avait reçu l'existence que pour être le témoignage vivant de la Lumière et de la Divinité. »

Cette citation du Tableau Naturel montre bien que pour Saint-Martin c'est l'Esprit de l'Homme qui est le seul et véritable Temple.

::: La connaissance selon Saint-Martin

La Vérité éclate dans chaque phénomène de l'Univers. La Connaissance intime et profonde est accessible à chacun s'il sait méditer et comprendre. Tel est l'exorde de Louis-Claude de Saint-Martin, dans le Tableau Naturel.

On peut, en effet, comparer l'Univers à un livre :

La Cause Première étant l'écrivain ou Nature naturante.

La Nature, le livre écrit ou Nature naturée.

L'Homme étant le lecteur.


Mais ce lecteur ne comprend pas, ou comprend mal, bien souvent, le sens exact des pages du livre. Il faut pour en avoir l'intelligence de patientes méditations.

Saint-Martin distingue deux natures en l'homme :

l'être sensible et l'être intellectuel. Le premier se manifeste dans l'impulsion des sens et le second dans la délibération de l'esprit. La Pensée créatrice est supérieure et antérieure à l'objet créé par l'homme, qui « pense sa machine avant de machiner sa pensée ».

Mais de quoi ou de qui l'homme tient-il sa faculté de penser ? De quoi ou de qui tient-il son être physique ? Il est impossible de penser que le « hasard » seul ait pu produire le monde. Devant une machine quelconque construite par l'homme peut-on espérer connaître l'inventeur, son être physique d'abord, ses facultés spirituelles ensuite, en examinant la machine ? Et pourtant les matérialistes en scrutant le monde constatent que la machine est faite pour fonctionner, ils examinent attentivement tout le mécanisme, ils s'émerveillent du jeu exact et précis de tous les organes et s'étonnent quand on admet un possible « inventeur » hors de la machine !

Nos découvertes, dans tous les domaines, ne font que rendre manifeste le rapport qui existe entre notre propre lumière et les choses. Cette dépendance de l'homme par rapport aux choses sensibles lui donne l'idée d'une force et d'une sagesse suprême et unique. Toutes les doctrines philosophiques et religieuses tendent vers l'Unité.

Le Martinisme est tout entier la doctrine de l'Unité. Nulle religion, nulle philosophie ne respecte autant l'individualisme de ceux qui s'y sont ralliés que le Martinisme. Cette doctrine élève l'homme spirituellement et « intérieurement », c'est pourquoi elle est véritablement ésotérique.

Extrait de « Du Martinisme et des Ordres Martinistes », Jules Boucher, Le Symbolisme, set.-oct. 1950

BAGLIS TV présente STONEHENGE COMMENT LES HOMMES PREDISAIENT LES ECLIPSES.


Histoire Mégalithe

Par : Robin Heath - Novembre 2009

Robin Heath travaille depuis plus de 25 ans sur les unités de mesure des sites mégalithiques. Grace à celles-ci, il est parvenu à en dégager une signification pratique et symbolique.

Tel un jeu d'enfant, s'aidant d'une maquette de Stonehenge, de deux balles de golf symbolisant le soleil et la lune, ainsi que d'une carte zodiacale, il nous démontre que les premières constructions du site de Stonehenge ont été construites non seulement pour célébrer les levers de soleil au solstice d'été mais encore pour prédire les éclipses.

Les questions que soulèvent Robin Heath sont de différents ordres:

- fonctionnelle: pour quelles raisons les hommes du néolithique construisaient ces calendriers de pierre gigantesques?

- anthropologique: ces hommes, qu'on suppose ne se préoccuper qu'à des tâches de "chasseur-cueilleur", étaient en mesure d'évaluer avec précision la durée d'une journée, d'une semaine, d'une année et pouvaient prédire les éclipses.

- spirituelle: quelles significations symboliques attribuer à ces constructions dont la pérennité et la disposition sont en droit de laisser l'homme moderne songeur: ne seraient-elles pas une tentative de matérialisation d'une harmonie céleste?
Et si c'est le cas, quel est leur message ?

A vous de vous faire une idée grâce à ce reportage de 51 minutes tourné lors le cadre de l'événement "Solstice d'été à Plouharnel" .

un extrait sur : http://www.baglis.tv/accueil.html

lundi 9 novembre 2009

A ces mots, Jacques Cazotte (1719-1792) salua et sortit.






















Or, vers ce temps, une scène eut lieu, qu'il faudrait passer sous silence si des témoins graves ne l'avaient solennellement attestée[19] 1. Un dîner splendide ayant été offert par un académicien à beaucoup de gens de cour et de philosophes.

il se trouva parmi les convives un écrivain qui, destiné à combattre la Révolution et à y périr, comptait alors au nombre des illuminés-martinistes[20]2.

C'était Jacques Cazotte.

Le repas fut très-gai. On y parla des progrès de la raison, des événements qui s'annonçaient ; et chacun de saluer le règne prochain de l'intelligence affranchie. Seul, Cazotte gardait le silence.

Interrogé, il répondit qu'il apercevait dans l'avenir des choses terribles ; et, comme Condorcet le prenait sur un ton de raillerie :

« Vous, M. Condorcet, lui dit-il, vous vous empoisonnerez pour échapper au bourreau. »

Des rires joyeux se firent entendre. Cazotte continua :

il prédit à Chamfort qu'on le réduirait à se couper les veines ; à Bailly, à Malesherbes, à Roucher, qu'ils mourraient sur l'échafaud.

« Mais notre sexe du moins sera épargné ? » s'écria en riant la duchesse de Grammont :

« —Votre sexe ?... Vous, madame, et bien d'autres dames avec vous, vous serez conduites en charrette à la place des exécutions, les mains liées derrière le dos. em>

En parlant ainsi, Cazotte avait le visage altéré ; ses yeux bleus étaient remplis de tristesse: et ses soixante-huit ans, sa chevelure blanche, sa physionomie patriarcale imprimaient à ses paroles une gravité lugubre: les convives tressaillirent.

« Vous verrez, reprit madame de Grammont, qu'il ne me laissera pas un confesseur

— Non, madame. Le dernier supplicié qui en aura un, ce sera...»

Il hésita un instant.

« Ce sera... le roi de France. »

Saisis d'une invincible émotion, tous les convives se levèrent. Quant à Cazotte, il allait se retirer, lorsque, s'approchant de lui et voulant provoquer de moins sombres présages, madame de Grammont lui dit :

« Et vous, monsieur le prophète, quel sera votre [101] sort ? »

II resta quelque temps la tète penchée, le regard pensif, puis :

« Pendant le siège de Jérusalem, répondit-il, un homme fit sept jours de suite le tour des remparts, criant d'une voix sinistre : Malheur à Jérusalem ! Le septième jour, il cria :

Malheur à moi-même !


Et dans ce moment, une pierre énorme, lancée par les machines ennemies, l'atteignit, le mit en pièces.

A ces mots, Jacques Cazotte salua et sortit.

Source : texte extrait de "Histoire de la Révolution française" de Louis Jean Joseph Blanc - 1848

Sur la toile :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Cazotte

http://www.lisons.info/Cazotte-Jacques-auteur-536.php

http://www.bookine.net/cazottebiographie.htm

http://www.insecula.com/oeuvre/O0028502.html

vendredi 6 novembre 2009

BAGLIS TV : Hermétisme et alchimie de Notre-Dame de Paris 1/3, par Jean-François Blondel.




La cathédrale Notre-Dame à Paris occupe aujourd'hui l'emplacement d'un ancien temple païen dédié à Jupiter ou Vulcain. Elle fut fondée sur les ruines de la première église chrétienne de Lutèce sous l'ordre de l'Evêque de Sully en 1163, nous raconte Jean-François Blondel.
Cathédrale vient de "cathèdre" qui signifie "siège de l'évêque". Pour l'auteur, Notre-Dame de Paris est à l'image du temple qui figure la réduction du cosmos. Orientée de l'ouest à l'est, comme toutes les églises chrétiennes, elle symbolise le parcours du croyant qui s'achemine des ténèbres vers la lumière, représentée par le choeur de l'édifice. Vue d'en haut, elle prend la forme d'une croix latine, symbole par excellence du Christ sauveur.
Bestaire animal, signes astrologiques, travaux ruraux, cycles des saisons, arts libéraux, etc., tout concourt à donner à Notre-Dame un sens alchimique et profond.
Comment sont cryptés les oeuvres au noir, au blanc et au rouge des fils d'Hermès dans les portails de Notre-Dame? Quels mystères hermétiques révèle cet immense livre de pierre? Réponse de Jean-François Blondel dans ce premier reportage (sur trois) de 30 minutes..

un extrait sur BAGLIS TV : http://www.baglis.tv/accueil.html

PARIS - Le samedi 5 décembre 2009 - XXVe COLLOQUE INTERNATIONAL DE POLITICA. HERMETICA

à l’Ecole pratique des hautes Etudes, section des sciences religieuses, Sorbonne, Escalier E, 1er étage, salle Mauss.

La Franc-Maçonnerie et les Stuarts au XVIIIe siècle, stratégies politiques, réseaux, entre mythes et réalité

Samedi matin 9 heures


1) Michel Duchein :
« Le contexte politico religieux dans l’Angleterre des derniers Stuarts :
de Jacques II aux hanovriens »

2) Steve Murdoch :
« Jacobites and Hanoverians :
British Freemasons in their Scandinavian Context » (une présentation en français sera faite)

3) Jean-Marie Mercier :
« Les origines jacobites de la franc-maçonnerie avignonnaise, une mythologie historique à repenser ».

Samedi après-midi, 15 heures

4) Jose-Antonio Ferrer-Benimelli :
« La présence de la maçonnerie jacobite à Madrid et à Rome », (titre provisoire)

5) Robert Collis :
« L’influence des Jacobites sur le développement de la maçonnerie en Russie ».

6) Pierre-Yves Beaurepaire :
« Le Parnasse de Chaulnes, et l’Art royal, peut-on parler d’une franc-maçonnerie jacobite au XVIIIe siècle ? »

Si vous disposez d’une adresse électronique vous nous éviterez de gros frais de poste en nous la communiquant à l’adresse suivante :

laurant.veza.laurant@orange.fr

mercredi 4 novembre 2009

à Cabriès-Calas, le 4 Décembre 2009 à 19h30 - Diner Littéraire avec Jean-Marc Vivenza.


Les Amis Provençaux de Renaissance Traditionnelle




Bonjour à tous,

Après la venue d'Alain de Keghel, Les Amis Provençaux de Renaissance Traditionnelle vous invitent à venir écouter Jean-Marc Vivenza lors de notre prochain dîner littéraire du vendredi 04 décembre, qui nous présentera son dernier ouvrage :


"La Sophia et ses divins mystères"

Vous trouverez l'invitation en cliquant ICI ou en fichier joint.


Diner-Débat. Jean-Marc Vivenza:

"La Sophia et ses divins mystères"

Vendredi 4 Décembre 2009 à 19h30

Auberge de La Guérine à Cabriès-Calas

Diner Littéraire ouvert à tous

Jean-Marc Vivenza
présentera son livre:


La Sophia et ses divins mystères


Diner et Débat: 20€

Réservations Impératives et Informations auprès de:

Robert Guinot : 06.22.56.22.54

email : imfprovence@orange.fr






















Extraits

La Sagesse, Sophia ou « éternelle SOPHIE », dont Louis-Claude de Saint-Martin a très souvent, dans son œuvre [1], évoqué l'importance spirituelle, occupe une place centrale dans l'économie de la Révélation judéo-chrétienne et, depuis l'origine la plus lointaine, après avoir traversé les traditions de l'Egypte et de la Mésopotamie [2], est intimement associée à l'activité divine dans les livres sapientiaux de la Bible, des Proverbes à l'Ecclésiastique.
Dès les premiers commencements nous la voyons présente aux côtés de l'Eternel, s'imposant dans son rôle essentiel et invisible, ainsi que nous l'expose le Livre des Proverbes de Salomon, fils de David, roi d'Israël.
[...]
Pénétrant toute réalité, elle habite les cœurs en tant que pur reflet de la Lumière divine, c'est la sainte auxiliaire du Plan divin, la pieuse servante du Seigneur collaborant depuis l'origine des choses, visibles et invisibles, à l'œuvre créatrice, la féconde dispensatrice des grâces vivifiantes répondant, avec une docilité parfaite et une doux acquiescement, aux volontés célestes.

Poursuivant son œuvre d'assistance auprès de Dieu, elle est, effectivement, « l'ouvrière de toutes choses », dominant la création et surplombant l'univers de sa bienveillante et amoureuse protection ; Dieu agit par elle, n'oublions pas, comme il agit par la puissance mystérieuse de son Esprit : « Et ta volonté, qui l'aurait connue, si toi-même n'avais donné la Sagesse et n'avais envoyé d'en-haut ton Esprit-Saint ? » (Sagesse, IX, 17). Il semble donc, si l'on veut bien y songer un instant avec un minimum d'attention, que du point de vue de notre relation à Dieu, cela soit parfaitement identique que d'obéir à la Sagesse, de se soumettre à ses vues, d'avoir confiance en son action bienfaisante, de s'ouvrir sincèrement à son influence secrète, que d'accueillir, avec humilité, l'Esprit du Très Haut [3].

mardi 3 novembre 2009

POUR LES CHERCHEURS, l' INCONTOURNABLE BULLETIN de la Société Martinès de Pasqually



N° 19 - 2009

SOMMAIRE

Avant-propos de Ia Présidente

- La patente de 1738 par André Kervella

- Antilles et paradoxes par André Kervella

- Une puissance maçonnique méconnue : la Grande Loge du Chevalier de Beauchaîne (1757 - 1774) par Jean-Pierre Lassalle

- À propos du manuscrit " Baylot " - Du contexte de sa composition. Quelques éléments par Thierry Lamy

- Un précurseur du spiritisme su XVIIIe siècle par Jean-Louis Boutin

- A propos d' un manuscrit inédit de Martinès de Pasqually par Jean-Louis Boutin

Documents

- 1) le chanoine Dubourg et la Franc-maçonnerie par

G. L. E. Du Fresne Beaucourt, P. Allard, J. Guiraud, 1906

- 2) Martinez Pasqualis par Walter K. Firminger, 1906 transmis par Cyvard Mariette

Notes de lecture

par Jean-Claude Drouin et par Michelle Nahon

Courriers/courriels des lecteurs

Errata

Couverture du Traité traduit en russe et paru en 2008

Programme du Colloque du 18 et 19 septembre 2010 à Marseille

Société Martinès de Pasqually
Librairie "Aux Vieux Grimoire"
46 rue des Bahutiers
33000 - Bordeaux

-------------------

Avant-propos

Dans le bulletin 18, nous avons posé la question:
qui sont Cambray et Courpon que Martinès cite dans ses « officiers principaux » à Saint-Domingue ? André Kervella y répond dans ce bulletin en donnant de nombreuses précisions sur ces deux personnages et nous l'en remercions vivement ici. Nous aimerions que toute question posée autour et au sujet de Martinès trouve des réponses aussi rapides !

Cet écrivain', spécialisé dans la maçonnerie écossaise, nous a adressé un autre article, un article d'importance. Il a étudié très longuement la fameuse patente que détenait Martinès dont il y avait encore une copie à Bordeaux en 1848 comme nous l'avons vu dans ce même précédent bulletin, cette patente qui a suscité tant de questions. André Kervella répond à nombre de ces interrogations. Cet article va certainement susciter des réactions mais, comme vous le savez, nous sommes une société de recherches historiques et la démonstration d'André Kervella est étayée. Nous sommes prêts à publier vos réactions dans le bulletin suivant si elles sont argumentées. J'ai demandé à André Kervella d'ajouter à la fin de son article le fac-similé de la patente de 1747 qu'il a en sa possession et qu'il a bien voulu nous communiquer. La qualité en est médiocre mais il m'a paru intéressant d'avoir l'occasion d'en publier au moins une, à titre d'exemple, puisque celle de Martinès n'a pas été retrouvée. Enfin, cet article contient aussi la biographie détaillée de Langeron, le colonel du régiment de Foix, ce qui nous fait découvrir des aspects inattendus de ses activités liées à la maçonnerie écossaise, même si elles ne sont pas apparemment en relation directe avec celles de Martinès.

Jean-Pierre Lassalle, bien connu de nos lecteurs, en particulier par sa publication importante de documents inédits' sur Martinès parus dans le Bulletin n° 8, s'intéresse à un personnage, le chevalier de Beauchaîne, sur lequel des clichés circulent qu'il est nécessaire de rectifier. Il se trouve qu'André Kervella, au cours de son article évoque aussi ce personnage, contemporain de Martinès. Les deux approches permettent de situer un épisode historique important concernant la maçonnerie écossaise et de donner vie à cette période où Martinès lui aussi s'efforce d'apporter sa pierre à cette construction.

Deux auteurs qui ont déjà collaboré à notre bulletin nous ont fait le plaisir d'envoyer de nouveaux articles : Thierry Lamy revient sur le riche manuscrit Baylot et Jean-Louis Boutin nous fait part de deux découvertes. Quant à Cyvard Mariette, grand chercheur d'archives publiées sur la Toile, il nous a adressé des textes de première importance et plusieurs références dignes d'intérêt.

Je termine par l'événement qui se prépare pour septembre 2010 : le colloque de Marseille. Vous trouverez dans ce bulletin le projet actuel, les dates en sont fermes et le programme quasi définitif. Nous vous tiendrons au courant par courrier ou courriel de l'ouverture des préinscriptions, début 2010. En nombre suffisant, elles permettront la tenue de ce colloque. Mais je ne doute pas que nous soyons assez nombreux pour couvrir les frais d'une grande salle marseillaise de 250 places pour le premier colloque sur Martinès de Pasqually. Optimiste, je crains même qu'elle ne soit pas assez grande !

Nous essaierons de prévoir la sortie du bulletin n° 20 pour le colloque et de le remettre aux adhérents présents. Ainsi, nous aurons l'occasion de le commenter de vive voix avec les participants et de recueillir en direct éloges ou critiques ou mieux compléments d'informations. Là encore, guère d'incertitude autour de ce projet. Déjà trois textes sont en préparation dont un article de Georges Courts qui vient de publier un superbe ouvrage Le Grand Manuscrit d'Alger et qui fait un rapprochement fort intéressant et, je crois, inédit, entre les livres d'Henri Cornelius Agrippa et le recueil des hiéroglyphes de Grenoble. Il a découvert que ce sont ces ouvrages qui servent de base aux travaux théurgiques coëns et non ceux d'Abramelin (ou Abrahmelin) comme certains auteurs l'ont pensé. Je n'oublie pas non plus Christian Marcenne qui n'a pu terminer ses articles en préparation pour des raisons de santé et qui participera lui aussi au prochain bulletin.

Colloque et anniversaire, eh oui, 20 ans de publications de la Société Martinès de Pasqually, l'année 2010 s'annonce sous les meilleurs auspices...


Saint Aubin, le 15 septembre 2009, Michelle Nahon,

Présidente de la Société Martinès de Pasqually


Après la mise en ligne du sommaire n° 19 du Bulletin 2009 :

http://www.cuvelier-roy.com/mdp/bulletins.htm

et

d'une fiche d'Adhésion à la Société Martinès de Pasqually :


http://www.cuvelier-roy.com/mdp/pdf/bulletin_adhesion.pdf

annonce de la découverte d'un nouveau manuscrit du Traité


L'actualité martiniste de l'automne 2009 est marquée par deux événements liés à Martinès de Pasqually. Le premier concerne la traduction en langue russe du Traité sur la réintégration. Le second se rapporte à l'annonce de la découverte d'un nouveau manuscrit du Traité par Mariette Cyvard.
A cette occasion Xavier Cuvelier-Roy vient de procéder à une mise à jour de son article :
Le traité sur la réintégration des êtres :
des manuscrits aux éditions.

Mise à jour la plus récente :
3 découvertes dans l'étude Traité sur la réintégration des êtres.
suite sur :

http://www.philosophe-inconnu.com

lundi 2 novembre 2009

Venez découvrir et retrouver le site des éditions l'Originel dans sa nouvelle version


Originel, Revue et Maison d' Edition, aventure éditoriale phare de la Tradition, explore un corpus de références, sorte de "Trésor du Savoir" offrant des dossiers très denses sur les différentes filières littéraires, philosophiques ou spirituelles d' Occident comme d' Orient.

Bien-être, Santé, Réussite, Tradition, Développement personnel, Hypnose ericksonienne, Voies d' Eveil, Littérature et Avant-garde, Franc-Maçonnerie, Hermétisme, Alchimie, Paganisme d' Occident, Chamanisme, Traditions de la Chine ancienne, Taoïsme, Feng-Shui, Arts Martiaux internes, Enseignements Soufis.

L'Originel, explore un corpus de références de toutes sortes, une sorte de Trésor de Savoir. Il propose d'y puiser pour y trouver la voie vers l'Absolu Collectif : pour Charles Antoni, chaque tradition a ses rites, ses mythes, ses enseignements initiatiques, ses mystères, son savoir ésotérique.
Ce sont des Masques, tous passionnants, ils recouvrent un même visage, celui d'un Savoir Absolu commun à l'humanité entière. Cet héritage intemporel, un courant essentiel y conduit, c'est celui de l'Eveil.

Venez découvrir et retrouver le site des éditions l'Originel dans sa nouvelle version à l'adresse suivante :

http://www.loriginel.com.

Cordialement,